ISSN 2271-1813

    

   

Publications

Correspondance d'Émilie Du Châtelet... en préparation

Édition sous la direction d'Ulla Kölving et André Magnan, avec la collaboration de François Bessire, Andrew Brown, Jean-Daniel Candaux, Olivier Courcelle, Pierre Crépel, Linda Gardiner, Irène Passeron, Gilles Plante, Anne-Lise Rey, Charlotte Simonin et Anne Soprani

Préface d'Élisabeth Badinter

La figure d'Émilie Du Châtelet (1706-1749) – née Gabrielle-Émilie Le Tonnelier de Breteuil et marquise Du Châtelet-Lomont par son mariage – ne s'est dégagée qu'à la fin du siècle dernier de cette aura de gloire auxiliaire qui avait si longtemps masqué, devant l'histoire, ses mérites et ses qualités propres: on l'avait le plus souvent réduite, par une misogynie généralement bien assumée, à rester l'«Émilie» de Voltaire, la dame et l'âme du «paradis terrestre» de Cirey, maîtresse passionnée, compagne d'étude et de vie, égérie d'une carrière orageuse, partageant dans une liaison mythique les travaux, les plaisirs et les peines du grand homme. Voltaire avait pourtant célébré en sa «divine Émilie», publiquement, avec une absolue sincérité, au-delà de la tendresse humaine, la femme d'exception douée de tous les dons de l'esprit, transcendant tous les préjugés de l'époque, du sexe, du rang, et portée par l'ambition moderne du savoir à investir d'un désir de survie une œuvre intellectuelle autonome et authentique. Tous les écrits d'Émilie Du Châtelet, ses Institutions de physique, son commentaire méthodique des Principia de Newton, partaient de là; et ils lui valurent de fait, dans un univers scientifique massivement masculin, une reconnaissance et un renom personnels, sans interférence trouble avec ceux de Voltaire. Le découplage récent des deux figures, effet complexe du développement de l'histoire des femmes, de l'histoire des sciences et de progrès décisifs intervenus dans l'analyse des sources et l'interprétation du dossier, rétablit une vérité historique trop longtemps refoulée.

Cette révolution trouvera son prolongement naturel dans une nouvelle édition de la correspondance d'Émilie Du Châtelet, la seconde après celle qu'en donna Theodore Besterman en 1958. Le caractère pluridisciplinaire du collectif éditorial, les éclairages nouveaux tirés des avancées de la recherche, les additions nombreuses apportées au corpus, en particulier de lettres relatives aux écrits savants et à leur réception, l'exploitation systématique des documents du temps, de la presse européenne entre autres, permettront de recentrer l'intérêt sur la figure de l'auteur et de l'épistolière. La distribution du travail entre les collaborateurs a permis d'apporter une attention égale et aussi précise que possible aux diverses séries épistolaires – lettres savantes, intimes ou familiales, lettres de réseau, de dispute ou d'affaires – et aux divers correspondants dont la galerie reflète la richesse des intérêts et des rapports d'une vie: des amis de cœur et de cour, des adversaires d'idées, un prince royal puis roi de Prusse, Frédéric II, des scientifiques français et européens, Maupertuis, Wolff, Clairaut, Cramer, Euler et Johann Bernoulli, des hommes de loi, des nouvellistes et même des poètes. Les lettres échangées avec Voltaire manquent encore – reparaîtront-elles un jour? mais cette lacune avive un paradoxe du recueil augmenté: ce lien privilégié, fait de séduction, d'admiration et de respect mutuels, diffuse ailleurs son exceptionnelle intensité, en creux ou en écho, jusque dans les lettres du dernier amour de Mme Du Châtelet pour Saint-Lambert, laissant au cœur du recueil la voix féminine trop longtemps minorée. Peu de correspondances historiques et intellectuelles présentent une telle densité de passions, d'engagements, de risques, et l'évocation d'un accomplissement personnel aussi intense.

L'ouvrage comprendra une introduction générale sur la personnalité, la vie et l'œuvre de Mme Du Châtelet, une présentation du recueil et des correspondants, le texte modernisé et annoté de toutes les lettres conservées, des annexes documentaires et des notices biographiques, une chronologie, une bibliographie et un index général.

 

Pour commander nos publications, contacter votre libraire ou notre distributeur, Amalivre, 62 avenue de Suffren, F-75015 Paris, téléphone +33 (0)1 45 67 18 38 (Mme Anne-Sophie Annino), fax +33 (0)1 45 66 50 70, courriel