ISSN 2271-1813

    

   

Correspondance littéraire

Le projet

 

Plusieurs facteurs ont concouru, depuis quelque trente ans, à renouveler en profondeur l'intérêt porté à Friedrich Melchior Grimm et à sa fameuse Correspondance littéraire, périodique manuscrit bimensuel, servi à un nombre limité d'abonnés secrets, qu'il fonda et dirigea d'abord personnellement.

Ce renouveau s'inscrit évidemment dans le cadre général des recherches sur l'histoire de la presse, dont les avancées ont été si décisives durant les dernières décennies. Il est intimement lié, d'autre part, au nouvel essor qu'ont connu les études sur Diderot, grand ami de Grimm, grâce aux travaux préparatoires de l'édition en cours de ses Œuvres complètes – maints textes de Diderot, on le sait, ayant été révélés en exclusivité dans la Correspondance littéraire. Dans le même temps, divers inventaires des «feuilles» manuscrites de Grimm ont montré les graves défauts de l'ancienne édition qui fit si longtemps référence, celle qu'en avait donnée Maurice Tourneux en 1877-1882. Des recherches d'archives ont dégagé des vestiges importants de la vaste correspondance privée et diplomatique de Grimm, que sa fonction de médiateur culturel plaçait au cœur du rayonnement des Lumières françaises en Europe; d'autres études plus spécialement consacrées aux abonnés de ses «feuilles» et à leurs conditions respectives d'abonnement ont apporté également des éclairages inédits. Enfin l'essai d'une nouvelle forme d'édition, mais limité à quelques années du texte et d'ailleurs préparé avec des moyens réduits, s'est matérialisé dans une série de trois thèses soutenues à l'Université d'Uppsala en Suède. Le travail de base pouvait et devait dès lors être repris, étendu, généralisé. Tous les spécialistes appelaient de leurs vœux la réalisation d'une édition enfin exacte et complète de la plus fameuse des «correspondances littéraires» du XVIIIe siècle et d'un document si essentiel à la connaissance et à l'intelligence de la propagation des Lumières françaises en Europe.

Constituée à l'occasion d'un colloque fondateur réuni au château de Friedenstein, à Gotha, en septembre 2000, l'équipe éditoriale compte actuellement dix-sept membres. Mesurant l'immensité d'une tâche qui vise à donner à terme l'ensemble de la Correspondance littéraire sur ses soixante années d'existence, il a été décidé de se limiter, dans un premier temps, à ce qu'il est convenu d'appeler la «période Grimm», celle qui va de mai 1753 à fin février 1773.

Nous souhaitons que cette édition suscite de nouvelles vocations de chercheurs, qu'elle puisse faciliter ou encourager de nouveaux travaux dans les divers domaines auxquels elle tient, l'histoire de la presse, de la littérature, des beaux-arts, et plus largement l'histoire des transferts culturels.

Cette édition critique du texte intégral de la Correspondance littéraire comprend les deux éléments de la revue: d'une part, le texte de Grimm et celui de ses collaborateurs (Mme d'Épinay, Diderot...); d'autre part, le texte des écrits insérés dans les livraisons de la Correspondance littéraire, et qui en font partie intégrante. Elle tient compte de tous les manuscrits connus. L'orthographe des textes a été modernisée. L'annotation vise à identifier les ouvrages, personnes, événements, citations et autres références. Elle tente aussi de mettre en lumière les rapports entre la Correspondance littéraire et la presse de l'époque. Pour chacun des ouvrages recensés par Grimm sont donnés: les titre, lieu et date de publication indiqués sur la page de titre; le format; la date d'entrée de l'ouvrage dans le Journal de l'inspecteur d'Hémery ou le Catalogue hebdomadaire. Chaque année est précédée d'une introduction succincte portant sur: les activités de Grimm – voyages, rencontres, contacts nouveaux; le contexte littéraire et politique – publications, controverses, événements; les abonnés (surtout les nouveaux), les copistes, les manuscrits. Chaque volume se termine par un index des titres d'ouvrages antérieurs à 1800 mentionnés par Grimm ou par l'éditeur ainsi qu'un index des noms de personnes et institutions. Le dernier volume comportera des index cumulatifs et des études de bilan. L'édition s'étendra à une vingtaine de volumes. Pour les volumes disponibles, voir c18.net/18/p.php?nom=p_cl.

L'édition paraît à la fois sur papier et sous forme électronique. Les deux versions sont publiées par le Centre international d'étude du XVIIIe siècle avec le soutien du Centre national du livre.

Pour tout renseignement éditorial contacter Ulla Kölving, Centre international d'étude du XVIIIe siècle, BP 44, F-01212 Ferney-Voltaire cedex, téléphone +33 (0)4 50 28 06 08.