ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 1006

NOUVELLE BIBLIOTHÈQUE OU HISTOIRE LITTÉRAIRE 1 (1738-1744)

1Titres Nouvelle Bibliothèque, ou Histoire littéraire des principaux Ecrits qui se publient.

2Dates Octobre 1738 - juin 1744. Dix-neuf volumes. La publication est mensuelle jusqu'à la fin de 1742 (t. XIII); à la suite du rachat par Pierre Gosse, elle devient trimestrielle. Toutefois, Paupie s'était efforcé de vendre sa revue à la fois par livraisons mensuelles et par volumes: «Lorsque j'entrepris de publier cet Ouvrage, je formai le dessein d'en donner tous les mois une partie; de façon néanmoins que quatre réünies ne fissent qu'un Volume de grosseur raisonnable» (Avertissement en fin du t. I). Les livraisons sont donc indépendantes, mais toutes les collections conservées sont constituées de volumes de quatre livraisons, ou de trois mois à partir de 1742.

3Description Du t. I au t. XIII, chaque volume comprend quatre livraisons mensuelles, avec page de titre indépendante; la livraison est de 120 ou 144 p., correspondant à 5 ou 6 feuilles de 24 p., format in-12, 83 x 142. A partir de 1742, le volume rassemble environ 14 articles avec un seul sommaire en fin de volume. T. I, oct.-déc. 1738, avec un Supplément, 467 p.; t. II, janv.-avril 1739, 492 p.; t. III, mai-août 1739, 576 p.; t. IV, sept.-déc. 1739, 600 p.; t. V, janv.-avril 1740, 581 p.; t. VI, mai-août 1740, 564 p.; t. VII, sept.-déc. 1740, 566 p.; t. VIII, janv.-avril 1741, 554 p.; t. IX, mai-août 1741, 556 p.; t. X, sept.-déc. 1741, 557 p.; t. XI, janv.-avril 1742, 565 p.; t. XII, mai-août 1742, 577 p.; t. XIII, sept.-déc. 1742, 568 p.; t. XIV, janv.-mars 1743, 341 p.; t. XV, avril-juin 1743, 365 p.; t. XVI, juil.-sept. 1743, 360 p.; t. XVII, oct.-déc. 1743, 344 p.; t. XVIII, janv.-mars 1744, 284 p.; t. XIX, avril-juin 1744, 336 p.

4Publication A La Haye, chez Pierre Paupie (t. I-XIII); à La Haye, chez Pierre Gosse (t. XIV-XIX).

5Collaborateurs Jean-Baptiste de Boyer d'ARGENS, Charles CHAIS, Armand de LA CHAPELLE, Jean BARBEYRAC, Charles de LA MOTTE.

6Contenu La Nouvelle Bibliothèque est un journal savant destiné à fournir des extraits et comptes rendus des principales publications dans tous les domaines: histoire, belles-lettres, philosophie, théologie, sciences, etc. Les nouvelles littéraires, assez brèves, sont regroupées à la fin de chaque livraison, et dans un article particulier à la fin des t. XIV-XIX. Dans les trois premiers volumes, on retrouve sans mal les auteurs favoris du marquis d'Argens: Crousaz, Burnet, Pope, Voltaire (t. I), Mme du Châtelet (t. III). A partir du t. IV se multiplient les comptes rendus de grands ouvrages protestants de Beausobre, Barbeyrac, La Motte; on remarque une attention particulière à l'histoire de l'imprimerie (t. V, IX, X); l'histoire, la philosophie et la théologie tendent à prendre une place de premier plan, avec des comptes rendus d'ouvrages de Rousset de Missy, Pluche, Baumgarten, Leibniz et de nombreux déistes anglais (t. VI); la controverse religieuse s'étend au long des t. VII (Burnet, Turretin, Montgeron, Le Courayer), VIII (déistes anglais, controverses autour de Wolf), IX (histoire ecclésiastique, histoire des jésuites); la variété semble reprendre ses droits dans les volumes de 1742, avec des comptes rendus de Warburton, Savary, Eckard, Middleton, Weidler, Oliveyra, Cheyne (t. XI); mais les mémoires historiques et les pièces diverses envahissent le t. XIII et se multiplieront dans les derniers volumes.

Tous les volumes comportent un index alphabétique d'une douzaine de pages non chiffrées.

7Exemplaires B.N., Z 56690-56708; Ars., 8ºH 26634; Sorbonne, HJj 31; B.M. Grenoble, F 18975.

8Bibliographie DP2, art. «Argens», «Barbeyrac», «Chais», «La Chapelle», «La Motte, Charles de». – Sgard J., «Voltaire et la passion du journalisme», dans Le Siècle de Voltaire, Hommage à René Pomeau, Oxford, Voltaire Foundation, 1987, t. II, p. 847-854.

Historique En 1738, Paupie entreprend de se placer sur le marché des grandes revues savantes comme la Bibliothèque germanique, la Bibliothèque française ou la Bibliothèque raisonnée. Ses conseillers littéraires sont alors P. Marchand, qui a son domicile chez lui depuis 1737, et le marquis d'Argens, qui a publié chez lui les Lettres juives et les Lettres cabalistiques, et qui lui donnera encore les Lettres chinoises. La Nouvelle Bibliothèque devait permettre à Paupie de faire connaître ses propres éditions, dont il donne régulièrement le catalogue, et de concurrencer les grands éditeurs d'Amsterdam, Bernard, Du Sauzet, Wettstein. P. Marchand est sans doute la cheville ouvrière de l'entreprise: il fournit une bonne part des nouvelles littéraires; il sert depuis 1736 d'intermédiaire entre Paupie et le marquis d'Argens; c'est lui qui transmet au marquis les ouvrages à recenser, ou qui lui verse ses droits d'auteur (voir C. Berkvens-Stevelinck, Prosper Marchand, la vie et l'œuvre, Leyde, Brill, 1987, p. 117 et suiv.). Il corrige les épreuves de la Nouvelle Bibliothèque, du moins au début de la publication, car une brouille semble survenir en août 1739 (cf. lettre de P.M. à d'Argens, datée du 8 août 1739, dans la Correspondance entre Prosper Marchand et le marquis d'Argens, publiée par S. Larkin, Studies on Voltaire, t. CCXXII, 1984, p. 190). Le marquis d'Argens eut sans doute une part importante dans le lancement de la revue, et il semble bien qu'il se soit adressé à Voltaire pour lui demander son patronage et une préface; cette préface ne serait autre que les «Conseils à un journaliste», rédigés par Voltaire en mai-juin 1739, alors que les premiers numéros avaient déjà paru (voir J. Sgard, «Voltaire et la passion du journalisme», p. 850). D'Argens publia en tout cas plusieurs articles dans le t. I de la N.B., et sans doute dans les trois tomes suivants. Les principaux auteurs de la revue à cette époque sont probablement comme le suppose La Motte dans une lettre à Desmaizeaux du 3 avril 1739, d'Argens, Chais, La Chapelle, celui-ci très malade (B.L., add. mss. 4287). Charles de La Motte est associé à l'entreprise, et on le trouve nommé à plusieurs reprises à la fin du t. IV (sept.-déc. 1739); peut-être est-il appelé pour renforcer l'équipe, au moment où d'Argens décide de gagner la Prusse (en 1740). C'est le moment où la revue semble passer complètement sous l'emprise des pasteurs. Dans une lettre à La Motte, datée du 11 février 1743, malheureusement difficile à déchiffrer, Armand de La Chapelle rappelle ce que fut sa collaboration à la N.B.: «Ce que vous me dîtes, Monsieur, au sujet de la Nouv. Bibliothèque est très flatteur. Mais je crois que vous ne trouverez pas mauvais que je vous y donne quelques éclaircissements. Ce ne fut probablement qu'après la mort de M. [...] que je me déterminai à contribuer quelque chose de plus qu'en passant à ce journal. Je commençai au mois de décembre 1741 et m'engageai alors à en faire 4 feuilles de [6...?] par mois. Dans l'année 1742, il y a peu de chose de M. [Chais?]. Tout le reste, s'il n'était pas de ma façon, venait ou de quelques uns des journalistes précédents, ou des pièces envoyées d'ailleurs par diverses personnes [...]. En général quoique j'aie eu en gros l'inspection de ce journal pendant 1742, je n'ai pu le mettre sur le pied où je l'aurais souhaité parce que les affaires de Paupie allaient assez mal [...]. Les affaires du libraire étant tout à fait dérangées vers la fin de décembre, force lui a été de vendre sa Bibliothèque à Gosse» (Bibl. d'Hist. du Protestantisme, ms. 295, fº 63). La Chapelle écrit cette lettre au moment où le journal est passé entre les mains de Gosse, qui recourut surtout à des collaborateurs passagers. Parmi ceux-ci, il faut compter Barbeyrac: à sa mort, survenue le 3 mars 1744, les articles qu'il laissait en manuscrit furent ajoutés au t. XIX et dernier de la collection (sur la participation de Barbeyrac, voir le «Mémoire sur la vie et les œuvres de M. Jean de Barbeyrac», N.B., t. XIX, art. XI, p. 271-304).

La collaboration des pasteurs libéraux et du marquis d'Argens a donné pendant quelques années un rôle de premier plan à la Nouvelle Bibliothèque dans la controverse philosophique; le réseau de collaborateurs dont s'était entouré Paupie, et sans doute aussi la précision méticuleuse de Prosper Marchand dans le rôle de correcteur et d'intermédiaire littéraire, ont donné à cette revue une régularité et un sérieux qui permettent de la compter parmi les grandes bibliothèques savantes de l'époque. Après ce brillant début, la N.B. semble avoir manqué d'un directeur en titre et tourna peu à peu, après 1742, au recueil de pièces diverses.

Jean SGARD

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)