ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 1014

NOUVELLES DE L'ORDRE DE LA BOISSON (1703-1709?)

1Titres Nouvelles de l'Ordre de la Boisson Avec Privilège du Grand Maître.

2Dates Jeudi 29 novembre 1703 et 25 février 1704. Un volume.

3Description Numéros 1 et 2. Cahier de 4 p., in-4º, 167 x 220. Devise: Donec totum impleat. Illustration: armoiries bachiques (gravure sur bois).

4Publication [Fr. Museau Cramoisi, Imprimeur et libraire ordinaire de l'Ordre de la Boisson].

5Collaborateurs François MOURGIER (DP2) et abbé Louis-Antoine de CHARNES.

6Contenu Sous forme de gazette, nouvelles de «l'étranger» (la vie bachique dans le monde) et de l'Ordre de la Boisson avignonnais. «Statuts de l'Ordre de la Boisson» (en vers). Piquante liste de livres fictifs en vente chez «Museau Cramoisi» (nom jouant avec celui du célèbre libraire parisien Mabre Cramoisy).

7Exemplaires B.N., Zp 168; Zz 3600 N: numéro du 29 décembre 1703 avec une apostille d'une main anonyme en p. 1: «Nº 1. Il y en a 4. Ce pamphlet est fort rare. Il parut aussi in-4º. J'en donnai un exemplaire in-4º au célèbre Goujet en 1749».

8Bibliographie Ménard L., «Mémoire pour servir à l'histoire de l'Ordre de la Boisson», Mercure de France, janv. 1742, p. 88-122. – Crozet L. de, Etudes et recherches scientifiques et archéologiques sur le culte de Bacchus en Provence au XVIIIe siècle, Toulon, 1860, et Suppléments, 5 lettres, 1861-1862 (B.N., Rés. 8º LI28 58 et 58 bis). – Dinaux A., Les Sociétés badines, bachiques, littéraires et chantantes, Paris, 1867, t. I, p. 102-118. – Moulinas, L'Imprimerie, la Librairie et la Presse à Avignon au XVIIIe siècle, Grenoble, 1974, p. 418.

Historique Il existe plusieurs éditions de ce périodique: des versions in-4º, dont l'exemplaire décrit et un autre (coll. part.) portant une marque identique mais gravée sur cuivre. D'autre part, une ou plusieurs «contrefaçons» in-12 ont circulé; la B.N. en possède une du nº 1 postdaté d'un mois (29 déc. 1703), sans doute pour rafraîchir la marchandise (24 p.): B.N., Y2 56918. L'édition originale est d'Avignon; Crozet (p. 27) signale des rééditions à Orange et à Toulouse.

De périodicité incertaine, les Nouvelles continuèrent jusqu'en «juin de l'an 1705» (4 numéros) selon Ménard et jusques «vers 1709» selon Crozet (Supplément, Lettre 3, p. 25). Cet auteur signale une résurrection en 1734 chez le même «Museau Cramoisi» à «Bergue-Saint-Vinox» (p. 28), dont il y aurait eu au moins deux numéros. François Morénas, né en 1702, à qui l'on attribue parfois les Nouvelles ne peut évidemment être l'auteur que de cette dernière feuille.

Le périodique avait été précédé par une gazette de même type, plus mystérieuse encore, publiée à Arles en 1703, les Nouvelles de la grappe, «Theline, chez les frères Belletrogne». Il s'agissait de l'émanation de l'Ordre de la Grappe, autre société bachique créée en Arles par Amat de Graveson. Le rédacteur en était Mesnier. Un numéro in-8º de 4 p. fut encore publié par l'Ordre sous la date du 15 janvier 1705 et le titre de Journal des dipnosophistes (Crozet, p. 16-18; Supplément, Lettre 2, p. 15-18, avec extrait; G. Vicaire, Bibliographie gastronomique, 1890, p. 631). Le périodique imprimé aurait été précédé d'une gazette manuscrite: Crozet (Supplément, Lettre 2, p. 19-20) cite une livraison du 29 août 1701.

Pour en revenir à l'Ordre de la Boisson, créé par M. de Posquières vers le commencement de 1703, il donna lieu à diverses fêtes et cérémonies bachiques à Villeneuve-lès-Avignon, en dehors du territoire pontifical... Mourgier, viguier de Villeneuve et l'abbé de Charnes, chanoine et auteur des Conversations sur la princesse de Clèves furent les historiographes de cette société dont les activités sont décrites complaisamment dans les Nouvelles. Le Grand Inquisiteur d'Avignon, d'après des archives citées par Crozet (p. 27), aurait été scandalisé d'une livraison du 29 juillet 1707. Cela aurait amené la mise en sommeil de l'Ordre, bien que Posquières, alias François Réjouissant, Grand Maître, soit mort seulement en 1735 et Mourgier en 1723: ils durent se faire plus discrets.

François MOUREAU

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)