ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 1017

NOUVELLES DE LA RÉPUBLIQUE DES LETTRES 2 (1775-1777)

1Titres Nouvelles de la République des Lettres. Aurait dû être continué par les Observations périodiques sur la philosophie et les belles-lettres.

2Dates Juillet 1775 - août 1777. 11 volumes. «Avec Approbation» disent toutes les pages de titre. Il s'agit sans doute de l'approbation des deux censeurs en exercice à Lausanne, les professeurs de théologie Chavannes et de Bons à cette époque, dont on ne conserve apparemment aucun registre[101].

Aucun véritable prospectus n'a été retrouvé, mais on connaît en revanche une «lettre d'avis» de 2 p. in-4º, imprimée et datée de juillet 1775[102].

La périodicité bimensuelle annoncée dans cette lettre («Il paroîtra tous les mois deux cahiers») a été respectée une année durant, de juillet 1775 à juin 1776. Dans le second numéro de mai 1776, un Avis sur ce journal (1776, t. IV, p. 89-91) fait état des déceptions et déboires des éditeurs, invoque des «circonstances imprévues» et des «occupations plus importantes» et annonce que la publication se poursuivra, mais au rythme d'«un cahier tous les mois» seulement, pendant une nouvelle année «d'essai». Après une interruption estivale, cette nouvelle périodicité sera respectée en effet, de septembre 1776 à août 1777. La publication, suspendue ensuite, aurait dû reprendre en janvier 1778 sous un nouveau titre[103]. Les «cahiers» intitulés «parties» sont datés du mois seulement, même lorsqu'il en a paru deux par mois, et sont groupés par trois, puis par quatre, en volumes à pagination continue.

3Description La collection regroupe donc deux séquences. La première englobe les 24 «cahiers» ou «parties» de la première année de parution et compte 8 tomes de 336 à 366 p., soit 4 tomes numérotés I-IV pour 1775 et 4 tomes également numérotés I-IV pour 1776. La deuxième séquence comprend les 12 «cahiers» de la seconde année de parution et ne compte que 3 tomes, mais plus gros (de 514 à 575 p.), l'un pour 1776, les deux derniers pour 1777, sans aucune indication de tomaison[104].

Chaque livraison compte en principe cinq feuilles de format in-12 donc 120 p. la première année, six feuilles donc 144 p. la seconde année. Dimensions: 95 x 158.

Aucune devise, mais ce vers de Virgile (Enéide, X, 108) en épigraphe: Tros Rutulusve sit, nullo discrimine habebo. Aucune illustration.

4Publication L'adresse qui figure au titre de chaque numéro: «A Lausanne, Chez la Société Typographique» est parfaitement réelle[105].

Le prix de souscription, annoncé dans la «lettre d'avis» et figurant au verso du titre dès la deuxième livraison, était de 18 # de France (soit 12 # argent de Suisse) pour les 24 «cahiers» de la première année. Pour les 12 numéros de la seconde année, ce prix fut ramené à 9 # de France ou 6 # argent de Suisse.

Distribution: au verso de la «lettre d'avis» ainsi qu'au verso du titre de chaque «cahier» figure, dans l'ordre alphabétique des villes, la liste des libraires chez lesquels on pouvait souscrire. Cette liste, au départ, est la suivante: Augsbourg (Stage), Avignon (Chambeau), Bâle (Schweighauser), Berne (la Société typographique, Emanuel Haller), Berlin (Haude & Spener), Besançon (L'Epargnet cadet), Bologne (Guibert), Colmar (Fontaine), Florence (Bouchard), Francfort-sur-le-Main (Eslinguer), Genève (Chirol, Bardin), La Haye (Gosse fils), Lyon (les frères Perisse), Milan (J. Bayle Barrelle bibliothécaire, Galeazi), Neuchâtel (la Société typographique, Fauche), Nîmes (Gaude père & fils), Strasbourg (Bauer & Cie), Turin (les frères Reycends), Zurich (Hess). Dès les mois d'août ou septembre 1775, s'ajoutent encore: Lyon (Godinot), Toulouse (Dupleix), Valence en Dauphiné (Aurel). Enfin, la Société typographique de Neuchâtel disparaît en septembre 1775 (t. II, partie VI) au profit de J. Renaud & Cie.

5Collaborateurs Jean-Pierre-Louis de La Roche Du Maine, marquis de LUCHET (1739-1792) a toujours passé pour avoir été le fondateur et le principal rédacteur de ce périodique[106]. L'examen attentif de la publication confirme cette tradition, mais seulement pour la première année de parution. En effet, si Luchet est nommé jusqu'à sept fois aux emplacements significatifs entre juillet 1775 et juin 1776[107], son nom disparaît ensuite complètement et, qui plus est, la première livraison de la seconde année s'ouvre sur cette note: «Les articles de ce journal, qui ne sont pas marqués d'une lettre initiale, sont de Mr. Mallet, ci-devant professeur de belles-lettres françoises à Cassel». Paul-Henri MALLET (1730-1807) ainsi désigné était alors professeur (honoraire) d'histoire civile à l'académie de Genève; il était l'historien de la maison de Hesse-Cassel dont Luchet était précisément devenu le bibliothécaire en 1776; il avait participé déjà à la rédaction de plusieurs périodiques[108]. On peut donc admettre, à titre d'hypothèse tout au moins, qu'il fut le principal rédacteur des Nouvelles de la République des Lettres de septembre 1776 à août 1777.

Le périodique eut-il des collaborateurs réguliers? Si l'on fait le relevé des signatures et des initiales, on s'aperçoit que 18 «extraits» sont marqués de l'initiale B. et qu'une dizaine de pièces de vers sont signées du nom de Berenger. On peut se demander dès lors si le prosateur B. et le poète Berenger ne seraient pas une seule et même personne, identifiable au publiciste et politicien genevois Jean-Pierre Berenger (1737-1807), condamné à l'exil avec les autres chefs des «Natifs» contestataires le 10 février 1770 et retiré dans le Pays de Vaud, où il devint l'un des collaborateurs de la Société typographique de Lausanne[109].

Dans sa «lettre d'avis» déjà, l'éditeur des Nouvelles de la République des Lettres avait fait appel aux collaborations extérieures. Celles-ci ne manquèrent pas, mais, conformément aux habitudes de l'époque, restèrent cantonnées dans l'anonymat. Tout au plus trouve-t-on certaines pièces de vers marquées des initiales C., D.L., M.P., M.D.L.C. ou V., quelques extraits signés J., J.L. ou W., cinq lettres d'un certain Mr. D. (ou D***), une autre du père vicaire J.F.R., une autre encore de L.C.M. Seule exception: un article de juillet 1777 est «de Mr. Prévost, citoyen de Geneve»[110].

6Contenu La «lettre d'avis» annonce que le journal intitulé Nouvelles de la République des Lettres porte «le titre de celui de MM. Bayle et Basnage, parce qu'il est destiné à lui servir de suite, fait sur le même modèle, écrit dans un pays où l'on permet une liberté honnête [...]. On y inserera les ouvrages en entier, lorsqu'ils n'excèderont pas deux feuilles d'imprimerie [...]. On y indiquera les livres qui méritent d'entrer dans une Bibliothèque, et ceux qui ne supportent qu'une lecture rapide. Cet ouvrage [...] est dédié à ceux qui aiment à occuper utilement leur loisir».

Le long préambule qui ouvre le premier numéro n'est guère plus explicite: «L'objet de ce journal est d'annoncer les ouvrages qui nous paroitront avoir les droits les mieux fondés à l'attention du public» (p. 18). S'étant réclamé de nouveau de Pierre Bayle, mais également de l'abbé Desfontaines, le journaliste énumère complaisamment les «qualités» qui distingueront son ouvrage: «1) Les égards que les honnêtes gens se doivent dans la défense de leurs opinions. [...] 2) Une grande variété dans le choix des livres analysés. [...] 3) Des connaissances étendues, sinon profondes. [...] 4) Un style aisé, et plus agréable encore qu'épuré. [...] 5) L'impartialité non-seulement sur les auteurs (c'est la plus aisée) mais sur les principes. [...] 6) Une sévérité soutenue dans l'admission des morceaux destinés à enrichir son journal. [...] 7) L'art de douter; ouvrage qui manque à la république des lettres» (p. 13-17).

Le contenu réel semble correspondre assez bien à ces diverses annonces. Pour l'analyser, il est commode de distinguer les textes originaux d'une part (soit en vers soit en prose), les recensions d'autre part.

A l'exception des quatre derniers numéros (mai-août 1777), tous les «cahiers» contiennent des pièces de vers: épîtres, fables, contes, odes, épigrammes, etc. Les seules qui ne soient pas anonymes sont les dix poèmes signés Berenger attribuables à Jean-Pierre Berenger (voir section 5) et quatre poèmes de Voltaire: son Epitaphe de Voisenon (1775, t. IV, p. 216), son Epître à Turgot du 29 juin 1776 (1776, t. IV, p. 360-361), sa Réponse à Tressan: «Tandis qu'aux fanges du Parnasse» et ses vers à Mme de Saint-Julien: «Dans un désert un vieux hibou» (1776, t. V, p. 128-129). Au total, plus de soixante pièces de vers.

Les textes en prose sont à peine moins nombreux, mais tiennent beaucoup de place. Une dizaine d'entre eux proviennent indubitablement de collaborations extérieures: il s'agit de réflexions sur la jurisprudence criminelle, de lettres sur les œuvres de Boileau, de «réflexions faites à l'occasion des ouvrages d'éducation de M. De la Blancherie», du plan d'éducation de Pierre Prévost, etc. Quelques textes sont expressément tirés d'autres ouvrages (Annales de Linguet, Nécrologe de la France). La lettre de Linguet à Louis XVI du 24 avril 1777 et deux lettres de Voltaire à Frédéric II et à Mirbeck[111] sont des pièces communiquées ou empruntées. D'autres lettres en revanche sont des apports éditoriaux, telle la lettre de Buffon à Luchet (1776, t. I, p. 117-120). Reste enfin une quarantaine de textes qui paraissent provenir de la plume même des rédacteurs du périodique. Trois seulement portent le nom de «Mr. de Luchet»: «Lettre à Mr. de ... sur quelques observations critiques qu'il a adressées aux éditeurs» (1775, t. III, p. 123-144); «Considérations philosophiques sur l'histoire» (1775, t. IV, p. 263-280); «Dissertation sur Jeanne d'Arc» (1776, t. I, p. 231-300 et t. II, p. 3-64). Le nom de Mallet n'apparaît qu'une fois (1777, t. II, p. 364-379), mais il est vrai que dès septembre 1776, les articles non signés sont censés être de lui. Parmi ces quelque quarante textes, on trouve des notices biographiques ou des nécrologies de Belloy, Chesterfield, Colardeau, Fielding, Fréron, Gresset, P.J. Laurent, Pope, Voisenon et du général Waren; des anecdotes sur J.J. Rousseau, des «Notes attribuées à Mr. Diderot écrites dernièrement par lui à la marge d'une traduction de Tacite» (1776, t. III, p. 194-205); des traductions de l'allemand, notamment de Wieland; des observations sur les lettres de Clément XIV, sur les tragédies de Belloy, sur l'Homme au masque de fer; un «pot-pourri» sur les préfaces, des réflexions sur la ressemblance des portraits, sur l'état actuel de l'Europe (1776, t. V, p. 236-262), sur un cas d'hydrophobie, etc.; enfin des œuvres de fiction, contes, «histoires» et nouvelles («Phoedime», «Richard 1er, roi de Bath», «Rhodope», «Les Mannequins», «La prise de Strasbourg»). En outre chaque numéro contient quelques pages de «Nouvelles littéraires».

Quant aux recensions, elles portent sur les ouvrages suivants (dans l'ordre alphabétique des auteurs nommés ou restitués, et des titres anonymes): Almanach des muses, 1776, 1777; Almanach littéraire ou Etrennes d'Apollon, 1776; L'Ami du peuple françois, Limoges, 1776; Anecdotes dramatiques, 1775, 3 vol.; Antoine Arnauld, Œuvres, Lausanne, 1775; Fr. de Baculard d'Arnaud, Le Prince de Bretagne, Paris, 1777; Jacques Ballexserd, Dissertation sur cette question: quelles sont les causes principales de la mort, Genève, 1775; J.F. de Bastide, Variétés littéraires et galantes, Amsterdam-Paris; Fr. Bernard, Analyse de l'Histoire [de l'abbé Raynal], 1775; Arnaud Berquin, Choix de tableaux, Paris, 1775; et Idylles, 1775; Elie Bertrand, Le Thevenon, Neuchâtel, 1777; Jean Bertrand, Elemens d'agriculture, 1775; Bibliothèque universelle des romans, 1775; William Blackstone, Tableau de la législation pénale d'Angleterre; William Bolts, Etat civil, militaire et commercial du Bengale, La Haye; Bossu, Nouveaux voyages dans l'Amérique, Amsterdam, 1777; Marc-Théodore Bourrit, Description des aspects du Mont-Blanc, Lausanne, 1776; Brydone, Voyage en Sicile et à Malte, Londres-Neuchâtel, 1775; J.Fr. Cailhava, Lettre à Mr. de La Harpe; Calendrier des anecdotes, 1776; Louis-Antoine de Caraccioli, Lettres du pape Clément XIV, Paris, 1777; La Pologne telle qu'elle a été [etc.], Varsovie-Poitiers, 1775; Vie de l'abbé Laurent Ricci, 1776; Olof Celsius, Histoire d'Eric XIV, roi de Suède, Paris, 1777; Jean de Champigny, Histoire abrégée de Suède, Amsterdam, 1776; François-Jean de Chastellux, Eloge de Mr. Helvetius; Choix économique et moral; Ch. Collé, Théâtre de société, nouvelle éd., La Haye-Paris, 3 vol.; C.A. Collini, Journal d'un voyage, Mannheim-Lausanne, 1776; Condillac, Principes d'instruction, Paris, 1775, 16 vol.; Condorcet, Lettre d'un laboureur de Picardie, Paris, 1775; Correspondance d'histoire naturelle, Paris, 1775, 8 vol.; Joseph-Henri Costa de Beauregard, Essai sur l'amélioration de l'agriculture, Chambéry; Jean-Pierre Costard, L'Ame d'un bon roi, Londres-Paris, 1775; Le Génie du pontife, 1775; abbé G.Fr. Coyer, Voyages d'Italie et de Hollande, Paris, 1775, 2 vol.; J.A. Cramer, Vie de Gellert; J.M. Crommelin, Encyclopédie élémentaire, Autun, 1775; John Dalrymple, Mémoires de la Grande-Bretagne, Londres, 1776, 2 vol.; J.A. Deluc et P.G. Dentand, Relation de différens voyages dans les Alpes du Faucigny, Maestricht, 1776; abbé C.Fr. Deschamps, Lettre sur l'institution des sourds et muets; Claude-Joseph Dorat, Le Célibataire, Paris, 1776; Fables nouvelles, 4e éd., Paris, 1776; Mes nouveaux torts, Paris; Les Prôneurs; Les Victimes de l'amour, Paris, 1776; Ch.Fr. Dumouriez, Etat présent du royaume du Portugal, Lausanne, 1775; L.A. Duwicquet d'Ordre, Naru, fils de Chinki, Londres, 1776; Education parfaite, Amsterdam, 1776; Eon de Beaumont, Les Loisirs, Amsterdam, 1775, 13 vol.; Esprit des journaux, janv. 1776; Fastes de la nation françoise, 1775; Le Faux Pierre III, Londres, 1776; Favart, La Belle Arsène, 1775; Adam Ferguson, Institution de philosophie morale, Genève, 1775; Fontenelle, République des Philosophes; Gazette littéraire de l'Europe, 1775; N.J.L. Gilbert, Le Dix-huitième siècle, satyre, Amsterdam, 1776; Oliver Goldsmith, Précis philosophique et politique de l'histoire de l'Angleterre, Londres, 1776, 2 vol.; John Gregory, Legs d'un père à ses filles, Neuchâtel, 1775; P.P. Gudin de la Brenellerie, Aux mânes de Louis XV, Deux-Ponts; Caius Marcus Coriolan, Paris, 1776; Alb. von Haller, Histoire des plantes indigènes de la Suisse, Berne-Lausanne, 1776; Histoire d'une princesse infortunée, 1776; Histoire naturelle de l'ancien monde; Holbach, La Politique naturelle; Homère, Odyssée, éd. G. Dubois de Rochefort, Paris, 1777; L'Intolérance éclairée, 1777; abbé Joubert, Histoire des révolutions de Pologne, Varsovie; Journal anglois, 1775; La Beaumelle, Commentaire sur la Henriade, Berlin-Paris, 1775, 2 vol.; J.Fr. de La Harpe, Le Comte de Varvic, nouv. éd., Yverdon, 1776; Discours de réception dans l'Académie françoise; Eloge de Nicolas de Catinat; Max Lamberg, Mémorial d'un mondain, Francfort, 1776; Lectures pour les enfans, Genève, 1776; P.Fr. A. Lefebvre, Zuma, tragédie, Paris, 1777; Sophia Lennox, Le Don Quichotte femelle, Lyon, 1775; G.E. Lessing, Mina de Barnheim, Berlin; J.C. Lettsom, Le Voyageur naturaliste, Amsterdam, 1775; S.N.H. Linguet, Annales politiques; Essai philosophique sur le monarchisme, Paris, 1775; Œuvres, 28 vol.; Luchet, Histoire de Messieurs Paris, Lausanne, 1776; Mably, De la législation, Lausanne, 1777, 2 vol.; James MacPherson, Ossian, Paris, 2 vol.; P.A. O'Heguerty de Magnières, Essai de finance, Paris, 1775; Joseph de Maistre, Eloge de Victor-Amédée III, duc de Savoye, Chambéry, 1775; J. Mallet Du Pan, Doutes sur l'éloquence et les systèmes politiques; Manuel pour les jeunes princes, Bâle, 1776; Marmontel, Essai sur les révolutions de la musique en France, Paris; Les Incas, Paris-Lausanne; J.S. Maury, Discours choisis, Paris, 1777; Mémoires de Louis XV, Rotterdam, 1775; Mirabeau, Essai sur le despotisme, Londres, 1775; Montanari, Dizionario istruttivo per la vita civile, Verona, 1776; J. Necker, Sur la législation et le commerce des grains; Nicolson, Essai sur l'histoire naturelle de l'isle de St. Domingue, Paris, 1776; Adrien Maurice, duc de Noailles, Mémoires; Nouveaux amusements sérieux et comiques, Paris, 1776; Nouvelles éphémérides économiques, 1775; Ch. Palissot de Montenoy, Les Courtisanes, Paris-Lausanne, 1775; D.P.J. Papillon de La Ferté, Extrait de différens ouvrages sur la vie des peintres, Paris, 1776, 2 vol.; J.J. Paulet, Le Seul Préservatif de la petite vérole, Amsterdam-Paris, 1776; R.A. Pellisery, Le Caffé politique d'Amsterdam, Amsterdam, 1776; Emilien Petit, Traité sur le gouvernement des esclaves, Paris, 1777, 2 vol.; Chr.Fr. Pfeffel, Nouvel abrégé de l'histoire et du droit public d'Allemagne, Paris, 2 vol.; M.F. Pidansat de Mairobert [etc.], Journal historique de la révolution opérée dans la monarchie françoise par Mr. de Maupeou, Londres, 1775-1776, 7 vol.; Piron, Œuvres complettes, Paris, 1776, 7 vol.; Ch. Porée, Le Malheureux imaginaire, Paris; Joseph Priestley, Experiments and observations on different kinds of air, Londres, 1775, 2 vol.; Recueil de quelques écrits relatifs à un ouvrage périodique sur les arts, Londres-Paris, 1777; Réponse à la lettre de Mr. Beaux de Maguielles sur la philosophie nouvelle, Paris, 1775; Rétif de La Bretonne, Le Paysan perverti, La Haye-Paris, 4 vol.; abbé de Reyrac, Hymne au soleil, Paris, 1777; G. Poullain de Saint-Foix, Essais historiques sur Paris, Paris, 1776; Scévole de Sainte-Marthe, Paedotrophie, Paris, 1777; Nicolas de Saussure, Essai sur la cause des disettes, Genève, 1776; Manière de provigner la vigne sans engrais, Berne, 1775; G.L. Schmid d'Auenstein, Principes de la législation universelle, Amsterdam, 1776; Jean Senebier, L'Art d'observer, Genève, 1775, 2 vol.; Shakespeare, Paris, 1776, 2 vol.; J.R. Sinner, Les Malheurs de l'amour, Berne, 1775; Sterne, Tristram Shandy; abbé Terray, Mémoires, Londres, 1776; A.L. Thomas, Eloge de Marc-Aurèle, 1775; Abr. Trembley, Instructions d'un père à ses enfants, Genève, 1775, 2 vol.; Fr. H. Turpin, La France illustre, 1775; Histoire ou éloge historique de Mr. Turgot; Jacob Vernes, Confidence philosophique, Genève, 2 vol.; Vincent [de Rouen], Lettres écossaises, Paris, 1777; Voltaire, Commentaire historique sur les œuvres de l'auteur de la Henriade, Bâle, 1776; Histoire de Jenni, Londres, 1775; La Voix du curé sur le procès des habitans du Mont Jura.

Tables des pièces ou articles de chaque numéro en fin de numéro. Aucune table générale.

7Exemplaires Seul exemplaire complet: Archives de la ville, Lausanne, P 503A (acquis en 1988!). Quelques numéros épars sont conservés dans d'autres bibliothèques suisses: B.C.U. Lausanne, B 1565 (juil.-déc. 1775); B.P.U. Genève, Br 1506 (mars 1776); S.U.B. Berne, H. VIII. 62 (mai 1777).

8Bibliographie Le premier numéro (juillet 1775) a fait l'objet d'une réimpression, de l'automne 1775 apparemment[112].

Annonces dans la Gazette de Berne, 5 août et 1er nov. 1775, 28 déc. 1776. – Blaser F., Bibliographie der Schweizer Presse, Basel, Birkhäuser, 1958, t. II, p. 725. – Candaux J.-D., «Les Gazettes helvétiques», dans Couperus.

Jean-Daniel CANDAUX

 

Δ 101. Selon Michel Depoisier, archiviste aux Archives cantonales vaudoises, que je remercie ici très vivement.

Δ 102. L'exemplaire de la B.P.U. de Neuchâtel (ms. 1219, fº 275) m'a été signalé par Silvio Corsini que je tiens à remercier chaleureusement pour l'aide qu'il n'a cessé de m'apporter.

Δ 103. Voir la notice Observations périodiques sur la philosophie et les belles-lettres.

Δ 104. Ce qui n'a pas empêché le relieur de l'exemplaire de Lausanne de les numéroter au dos: «1776. TOM V / 1777. TOM I / 1777. TOM II». Puisque cette tomaison est logique (et d'époque!), nous la suivrons dans nos références.

Δ 105. Voir Madeleine Bovard-Schmidt, «Jean-Pierre Heubach, un imprimeur lausannois du XVIIIe siècle», Revue historique vaudoise, 1966, t. LXXIV, p. 1-56, notamment p. 31.

Δ 106. L'abbé Denina l'indiquait déjà dans sa notice de La Prusse littéraire sous Frédéric II, Berlin, H.A. Rottmann, 1790, t. II, p. 431. La plus récente notice consacrée à Luchet est celle d'Ann Thomson, DP2.

Δ 107. 1775, t. I, p. 129 et 257; t. III, p. 123; t. IV, p. 263; 1776, t. I, p. 117 et 231; t. II, p. 3.

Δ 108. Voir la notice dans DP2.

Δ 109. Claudius Fontaine-Borgel, Jean-Pierre Bérenger, historien, ancien syndic de la République de Genève, 1737-1807, Genève, 1885, p. 66-68, mentionne cette collaboration, mais sans nommer le périodique qu'il ne connaît manifestement pas.

Δ 110. 1777, t. II, p. 383-388. Cette collaboration de Pierre Prévost est également mentionnée par Fontaine-Borgel, p. 66-68.

Δ 111. Best. D20040 et D20511.

Δ 112. La liste des distributeurs imprimée au verso du titre comporte en effet les modifications et adjonctions introduites en août-septembre 1775. Silvio Corsini, auquel est due cette découverte, pense que «le succès remporté par le premier numéro a pu inciter les éditeurs à augmenter le tirage des numéros suivants et à combler le déficit en réimprimant un certain nombre d'exemplaires du nº 1». Seul exemplaire connu de cette réimpression: B.C.U. Lausanne, B 1565.

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)