ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 1018

NOUVELLES DE LA RÉPUBLIQUE DES LETTRES ET DES ARTS (1779-1788)

1Titres Nouvelles de la République des Lettres et des Arts.

2Dates 26 janvier 1779 - 16 juillet 1788 (suspension du périodique en 1784). 9 volumes.

Prospectus de 1777: Les Nouvelles de la République des Lettres et des Arts, ouvrage périodique par M. Pahin de Champlain de La Blancherie, Paris, Ruault, 1777, in-8º, 79 p. (B.N., Z 21888).

Périodicité hebdomadaire. Paraît le mardi (1779-1780), puis le mercredi (1781-1788). Un vol. en moyenne par an.

Datation des volumes: t. I: 1779; t. II: 1779-1780; t. III: 1781; t. IV: 1782; t. V: 1783; t. VI: 1785; t. VII: 1786; t. VIII: 1787; t. IX: 1788.

3Description Chaque volume est divisé en numéros. Le nombre de pages par volume est très variable: t. II: 140 p.; t. VII: 556 p.

Le numéro fait 8 p., imprimées sur deux colonnes. Un supplément paraît épisodiquement en 1785, puis systématiquement l'année suivante.

Cahiers de 8 p. grand in-4º, 190 x 255.

4Publication Paris, «Au Bureau de la Correspondance». Libraire associé: Ruault (1785).

Imprimeurs: en 1779, Louis Jorry, Veuve Thiboust, Quillau, Knapen; de 1780 à 1783 et en 1785, Knapen; en 1786, P.G. Simon, N.H. Nyon, Clousier, Cailleau; en 1787-1788, Cailleau.

5Collaborateurs Fondateur et principal rédacteur: Claude-Mammès PAHIN DE LA BLANCHERIE (voir DP2).

Brissot a collaboré aux Nouvelles de la République des Lettres et des Arts vers 1781 (Mémoires, éd. Cl. Perroud, t. I, p. 191).

Collaborateurs occasionnels: en 1786, Batelier, A.M.H. Blin de Sainmore, J.L. Carra (DP2), Callet, professeur de mathématiques, Denis, J.A. Dulaure, Grand Maison, Le Gendre, J.B. Lefevre de Villebrune, J. Mallet Du Pan (DP2).

6Contenu Informations diverses sur la littérature, les sciences, les beaux-arts, les techniques, sur les expositions organisées par le Bureau de la Correspondance. Le Supplément donne un compte rendu détaillé des réunions hebdomadaires de la société littéraire animée par La Blancherie.

7Exemplaires B.M. Dijon, D 15626 (26 janv. 1779 - 16 juil. 1788; 4 vol., des lacunes); Ars., 4º H 8913 (1785-1788); Bibliothèque d'Art et d'Archéologie, Paris, 164 u 5 (1779); Bibliothèque de l'Assemblée nationale (juin 1785 - déc. 1786): au XIXe siècle, il s'y trouvait 2 vol. des Nouvelles de la République des Lettres et des Arts. Il n'en reste aujourd'hui plus qu'un seul; B.N., Rés. Z 1149-1156 et Z 4331-4334. Autre collection complète: B.L., PP 4326 ab («Very imperfect»).

8Bibliographie B.H.C., p. 51; H.P.L.P., t. III, p. 186. – Guénot H., La Blancherie, la Correspondance générale et les «Nouvelles de la République des Lettres et des Arts», mém. de maîtrise d'histoire, U. Paris I, 1981, t. II. – Idem, «La Correspondance générale pour les Sciences et les Arts de Pahin de La Blancherie (1779-1788)», Cahiers haut-marnais, 3e trimestre 1985, p. 49-61. – Idem, «Musées et lycées parisiens (1780-1830)», Dix-huitième siècle, t. XVIII, 1986, p. 249-267. – Idem, «Les lecteurs des Nouvelles de la République des Lettres et des Arts (1782 et 1786)», dans La Diffusion, p. 73-88.

Historique Les Nouvelles de la République des Lettres et des Arts sont l'organe d'une société littéraire, la «Correspondance générale pour les Sciences et les Arts», animée par Pahin de La Blancherie et installée à l'Hôtel Villayer, rue Saint-André-des-Arts à Paris (1779-1788). La Blancherie s'était fixé pour mission de faciliter la communication des savants, des artistes de l'Europe des Lumières en créant cette Correspondance. Celle-ci était constituée d'un Bureau de Correspondance (où l'on pouvait s'adresser pour tout renseignement sur les sciences et les arts), d'une assemblée hebdomadaire (le Salon de la Correspondance), où l'on pouvait rencontrer artistes et savants français (d'Alembert) et étrangers de passage (Volta, Franklin) et où l'on pouvait voir des peintures, des sculptures, des objets techniques, des livres récents exposés, enfin d'un périodique, les Nouvelles de la République des Lettres et des Arts, qui faisait toutes les semaines le point des nouveautés littéraires, artistiques, techniques et qui, dans un Supplément, consignait les demandes techniques et artistiques des adhérents de la Correspondance, résumait les débats, bref se livrait au compte rendu de la séance hebdomadaire.

Il y eut trois expositions importantes au Salon de la Correspondance: une exposition Hallé-Restout-Jouvenet (1782); une exposition Vernet (mars 1783); une exposition consacrée aux peintures de l'Ecole française (juin-avril 1783): de Jean Cousin jusqu'à Greuze et Fragonard, en passant par Watteau, Chardin, Boucher et Lebrun.

Hervé GUÉNOT

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)