ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 1040

NOUVELLES LITTÉRAIRES 2 (1723)

1Titres Nouvelles littéraires curieuses et intéressantes.

Continuation de Mémoires sur divers genres de littérature et d'histoire.

Continué par: Nouvelles littéraires (du père Desmolets).

2Dates Une brochure du début octobre 1723. Privilège du 7 mai 1722. Annonce de périodicité: «De quinze jours en quinze jours, et plus souvent si la nouveauté, l'abondance et le mérite des Mémoires que nous recevons l'exige» (Avertissement). Une seule livraison.

3Description «Nous nous sommes proposés de réduire nos Nouvelles littéraires à deux feuilles d'impression». En fait, 6 p. non numérotées + 39 p. (dont 3 pour l'Avertissement et 9 pour la Préface), imprimées en petits caractères. In-8º.

4Publication Paris, L. Sevestre, rue des Amandiers, vis-à-vis le Collège des Grassins. (Apollon monté sur Pégase). Imp. Louis Sevestre (probablement «Sevestre père», père d'Anne-Louise, Silvestre et Jean).

5Collaborateurs Adrien MARTEL (Epître dédicatoire, signée Martel) auteur, et abbé Seguin, collaborateur régulier.

6Contenu Contenu annoncé et réel: nouvelles littéraires.

Centre d'intérêt: perspectives et difficultés du journalisme littéraire sous la Régence.

7Exemplaires B.N., Z 56766.

8Bibliographie Mention dans Nouvelles littéraires du 1er décembre 1723, p. VI.

Historique «Adrien Martel, avocat», obtient le 7 mai 1722 un privilège général de six ans pour «un ouvrage de sa composition»: «Mémoires sur divers genres de littératures ou Recherches de Littérature et d'Histoire [...], Nouvelles littéraires ou exactes relations de tout ce qui est dans la République des Lettres pour mériter l'attention et la curiosité du public» (B.N., ms. f. fr. 21952). Les Nouvelles littéraires curieuses et intéressantes sont approuvées par Blanchard le 24 juillet 1723 (N.L., p. 39). Elles paraissent vers le début d'octobre de la même année, puisqu'on peut lire dans la première feuille des Nouvelles littéraires du père Desmolets approuvée le 17 novembre: «Il parut il y a un mois ou six semaines un écrit sous ce titre: Nouvelles littéraires curieuses et intéressantes, t. I, chez Sevestre [...]. L'auteur invitait les savants à adresser leurs Mémoires chez M. l'abbé Seguin, demeurant à Paris, Cour de Sainte-Geneviève. Il a changé de dessein et a abandonné son projet» (p. VI). Martel était peut-être alors parti pour l'Italie (voir DP2).

L'auteur avait pris la précaution de dédier son journal à la princesse de Conti, tout en lui faisant gloire de ne pas résider à la Cour: n'était-elle pas de ces «âmes héroïques» qui ont eu le courage de s'élever au-dessus des faiblesses de leur sexe pour vivre dans l'obscurité d'une condition privée? Dans sa Préface il vantait «les fruits que produisent les nouvelles littéraires» en dispensant un «plaisir plus solide» que «celui de la simple curiosité». Son journal devait être composé de «Mémoires, qu'on imprimera de semblable grandeur, papier et caractères, pour la commodité de ceux qui en voudraient faire des recueils ou en former des volumes». Il était disposé à faire une assez grande place à la publicité, tant pour les libraires que pour les auteurs qui pourraient annoncer par avance la publication de leurs livres.

Les obstacles rencontrés par des entreprises comme la sienne? Le manque de correspondants, et d'autre part, la «multitude de journaux qu'on a vu depuis un certain temps inonder la République littéraire». Ils ne le rebutaient «nullement»: ayant «omis plusieurs articles de livres, même intéressants», il se proposait d'en «parler» dans des feuilles qui ne parurent jamais.

Michel GILOT

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)