ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 1135

LE POSTILLON ORDINAIRE (1635?-1678?)

1Titres [date]. Le Postillon ordinaire. Num. [...].

2Dates 1635?-1678?, feuille hebdomadaire.

3Description Chaque numéro est fait d'une feuille petit in-folio (145 x 245), non paginée, imprimée sur deux colonnes recto-verso; le filigrane représente un S et un T entrelacés.

4Publication «En Anvers, chez Martin Binnart, en la rue ditte Hooghstrate. Avec grâce et privilège.» en colophon des numéros retrouvés de 1639 et 1640 avec parfois la mention V.P.C.C.A. (marque de la censure).

«En [puis «A»] Anvers, chez Martin Binnart, en la Cammerstrade, à l'Aigle d'or» pour les numéros postérieurs à 1644.

5Collaborateurs Le directeur de cette feuille est probablement Martin Binnart.

6Contenu Succession de bulletins datés en différentes villes à chaque numéro (Strasbourg, Bâle, Heidelbergue, Erffort, Prague, Ratisbone, Constance, Farnrode, Mulhouse, Paris, Inspruck, Boxtebude, Hambourg, Lintz, Du Rhin, Milan, Rome, Venise, Lion, Vienne, Lenach, Dorsten, Francfort, Cologne, Arnstadt, Munster...). Il s'agit d'une feuille informative catholique (surtout des nouvelles militaires et diplomatiques) qui prend fait et cause, privilège oblige, pour le cardinal-infant don Ferdinand d'Autriche, frère du roi d'Espagne, et gouverneur général des Pays-Bas catholiques de mars 1635 à novembre 1641 et ses successeurs à ce poste, dans la lutte qui les oppose aux Hollandais des Provinces-Unies (récit de l'heureuse délivrance de la ville de Gelre assiégée par les Hollandais arrivée le 11 août, 19 août 1639), et aux Français (siège de Gravelines et de Dunkerque, 18 juillet 1644). Rappelons l'accord passé entre les Provinces-Unies et la France en 1634 qui prévoyait de faire des Pays-Bas un Etat tampon sous leur protectorat, ou simplement de se les partager s'ils refusaient de se soulever contre le roi d'Espagne. La jonction des deux armées se fit en août 1645, ce qui aboutit à la soumission de la Flandre en moins de deux mois.

La gazette se plaît à dépeindre les exactions des Français pillant des abbayes (Orval, Arras), ou en butte à l'armée espagnole sur le sol italien, mais aussi des Suédois en guerre contre la branche autrichienne des Habsbourg.

A noter la présence de quelques éditions spéciales: «Particularités de l'armée navale d'Espagne arrivée aux Pays-Bas au mois de septembre l'an 39» (30 sept. 1639), «Liste des prises menées à Dunkerque par les capitaines ci-dessous nommés dès le mois d'octobre 1639» (18 nov. 1639). Epinglons également dans le numéro du 30 mars 1646 une histoire racontée par des matelots anglais de retour des Indes; ils ont rencontré sur une «isle sauvage» un «grand homme comme un géant» qui leur a prédit le retour à la raison d'un peuple «révolté contre son seigneur» (c'est-à-dire l'Angleterre en guerre civile de 1642 à 1646).

7Exemplaires Maz., Rés. 5028 et Rés. 5028 2-*: 1639, nº 34 (5 août) à nº 55 (30 déc.), manquent nº 46 et 52; 1640, nº 1 (6 janv.); B.N., 8º G pièce 1610: 1639, nº 50 (25 nov.); B.P. Bruges, 2/1257 C 1: 1644, nº 27 (18 juil.); B.M. Grenoble, Presse, 1974: 1646, nº 13 à 15 (30 mars - 13 avril); B.M. Le Mans, 4º 7205: 1647, nº 39 (5 oct.) et 1648, nº 30 (18 sept.).

8Bibliographie Cité succintement dans: – Warzee A., Essai historique et critique sur les journaux belges, Gand, Hebbelynck, 1845, p. 236. – Torfs L., «Tijdmatig register der periodische drukpers van Antwerpen», dans Annales de l'Académie archéologique de Belgique, 1872, p. 566. – Hatin E., G.H., p. 57. – Verliet J.B., «Journaux et recueils périodiques d'Anvers (1605-1867)», dans Ephéméridophiles, 1891, p. 7. – Dahl F., «Nouvelles contributions à l'histoire des premiers journaux d'Anvers», dans la Chronique graphique, 5 mars 1939, p. 20-24 (de loin l'étude la plus complète). – Luykx T., De eerste gazettiers en hun kranten in de spaanse Nederlanden. Handelingen van de Koninklijke en Zuidnederlandse Maatschappij voor Taal en Letterkunde en Geschiedenis, 1964, p. 235. – Idem, «The first Amsterdam and Antwerp newspapers», dans Gazette, 1964, p. 233. – Bertelson L., La Presse d'information: tableau chronologique des journaux belges, Bruxelles, Institut pour journalistes de Belgique, 1974, p. 11. – Feyel, p. 215-216.

Historique Moins connu peut-être que ses confrères anversois Abraham Verhoeven et Guilliam Verdussen, Martin Binnart n'en a pas moins le mérite de pouvoir être considéré comme le père présumé du bilinguisme de la presse en Belgique. D'après Torfs, il serait également l'inventeur des bulletins ou rapports officiels (1638) et des annonces (1648) dans les journaux.

Grâce aux Archives générales du Royaume (Conseil privé espagnol), il est clairement attesté que Martin Binnart, imprimeur et libraire juré à Anvers, obtient le 20 mai 1635 pour une durée indéterminée octroi du Conseil de Brabant en vue d'imprimer les «Relations hebdomadaires dites courantes ou gazettes» qu'il fit paraître en caractères gothiques sous le titre de «Den Ordinarissen Postilioen» dans sa version flamande. Le Postillon ordinaire, destiné au public francophone des Pays-Bas espagnols était composé en caractères romains. Ce journal d'opinion, instrument de propagande de l'autorité espagnole avait en 1645 Bolognino pour censeur. Il apposait ces mots dans le colophon: V[idit] Guil. Bolognino C. L[ibrorum] C[ensor].

La feuille de Martin Binnart paraîtra bien longtemps après 1648 même si nous manquons après cette date de numéros conservés pour étayer nos dires. En effet, après son décès, sa veuve et ses enfants reçurent le 9 mars 1658 la permission de poursuivre l'impression du journal et cet octroi fut en 1668 à nouveau prolongé de 10 ans. Ceci ressort d'une lettre datée du 29 mars 1672 (carton 1279, doc. 185) émanant d'un magistrat de la ville d'Anvers qui a pris la ferme décision de protéger les gazetiers Verdussen et Binnart contre les plaintes du gazetier bruxellois Adrien Foppens qui avait reçu le 25 juin 1667 le privilège de pouvoir «lui seul à l'exclusion de tous autres en toutes nos provinces de pardeça, faire, composer et traduire toutes les relations, advis lettres et récits de tout ce qui se passe et passera en ces pays et ailleurs, tant aux affaires de la guerre, qu'autres en langage flamend, françois et autre...». C'est d'ailleurs en vain que le successeur de Pierre Hugonet aux Relations véritables tenta d'élargir les termes de son monopole. En effet, si la diffusion géographique des premières gazettes mises en circulation dans les Pays-Bas espagnols n'est pas encore clairement délimitée, il apparaît bien aujourd'hui que l'exclusivité n'était octroyée de manière tacite qu'à l'intérieur de la ville et dans les environs immédiats du lieu d'impression.

Revenons pour terminer à la particularité de cette feuille qui est d'être publiée parallèlement en flamand et en français avec des différences notables pour cette dernière qui dérive de la première citée, comme l'a très justement fait remarquer Folk Dahl qui a comparé des numéros flamands et français de septembre 1639 et est arrivé à la conclusion selon laquelle «plusieurs des nouvelles de la gazette française sont des traductions de celles qui ont déjà paru la semaine précédente dans le journal flamand». Un examen minutieux nous a permis de constater que si 15 jours séparaient bien souvent la date de la nouvelle la plus récente (sauf pour les nouvelles locales) de celle de sa publication dans le Postillon, cette période était réduite à 10 dans la feuille en langue flamande qui paraissait également à un rythme plus soutenu puisque bihebdomadaire. Le titre qui nous occupe ne pouvait donc être qu'une sélection des meilleurs articles de la feuille flamande.

En étudiant cette gazette, il nous a semblé assez symptomatique de nous apercevoir que la majorité des numéros conservés, tant flamands que français, se trouvent en Suède et en France, pays contre qui étaient dirigées les foudres du gazetier!

Jacques HELLEMANS

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)