ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 173

BIBLIOTHÈQUE UNIVERSELLE ET HISTORIQUE (1686-1693)

1Titres Bibliothèque Universelle et Historique.

2Dates Janvier 1686 - décembre 1693. 25 vol. et 1 vol. (tables). Sans privilège.

Périodicité annoncée: à l'origine les auteurs avaient l'intention de faire paraître leur journal en livraisons mensuelles composées de 5 à 6 feuilles, mais cette idée-là est abandonnée tout de suite, parce qu'elle ne permettait pas de publier de longs articles et de garantir en même temps assez de variation.

Périodicité réelle: 1686: tous les 4 mois (vol. 1-3); 1687-1690: tous les 3 mois (vol. 4-19); 1691-1693: deux fois par an (vol. 20-25); chaque tome fut divisé en deux parties qui parurent chacune tous les 3 mois.

Datation des volumes: I, janv. 1686; II, mai 1686; III, sept. 1686; IV, janv. 1687; V, avril 1687; VI, juil. 1687; VII, oct. 1687; VIII, janv. 1688; IX, avril 1688; X, juil. 1688; XI, oct. 1688; XII, janv. 1689; XIII, avril 1689; XIV, juil. 1689; XV, oct. 1689; XVI, janv. 1690; XVII, avril 1690; XVIII, juil. 1690; XIX, oct. 1690; XX, janv. 1691, avril 1691; XXI, juil. 1691, oct. 1691; XXII, janv. 1692, avril 1692; XXIII, juil. 1692, oct. 1692; XXIV, janv. 1693, avril 1693; XXV, juil. 1693, oct. 1693.

3Description La composition des volumes est variable, suivant les exemplaires, tantôt 4 mois, tantôt 3 mois, tantôt 6 mois reliés.

Nombre de pages des volumes: t. I: [1-48], p. 1-481, [482-504]; t. II: [1-24], p. 1-505, [506-528]; t. III: [1-24], p. 1-551; t. IV: [1-24], p. 1-552, [552-576]; t. V: [1-24], p. 1-552, [553-576]; t. VI: [1-12], p. 1-562, [563-596]; t. VII: [1-12], p. 1-580, [581-600]; t. VIII: [1-12], p. 1-538, [539-564]; t. IX: [1-12], p. 1-561, [562-588]; t. X: [1-12], p. 1-569, [570-600]; t. XI: [1-24], p. 1-553, [554-588]; t. XII: [1-8], p. 1-568, [569-598], t. XIII: [1-8], p. 1-519, [520-548]; t. XIV: [1-8], p. 1-476, [477-500]; t. XV: [1-8], p. 1-412, [413-428]; t. XVI-XVII: [1-8], p. 1-304, [1-8], 305-584, [584-608]; t. XVIII-XIX, [1-4], p. 1-307, [308], [1-8], 309-595, [596-608]; t. XX-XXI, [1-12], p. 1-332, [1-4], p. 1-164; t. XXI-XXII, [1-12], p. 1-132, [133-156], [1-8], 1-254, [1-4], 255-518, [519-542]; t. XXIII, [1-16], p. 1-272, [1-4], 273-536, [537-556]; t. XXIV, [1-8], p. 1-280, [1-4], 281-537 [538-576]; t. XXV, [1-8], p. 1-280, [1-4], 281-539, [540-568]; t. XXVI, [1-12], p. 1-696.

Format in-12. Frontispice: dans la réédition de 1718 par J. Wandelaar; quelques cartes et planches.

4Publication Amsterdam, chez Wolfgang, Waesberghe, Boom et van Someren (t. I-XV); chez Abraham Wolfgang (t. XVI-XXV).

5Collaborateurs Auteurs: Jean LECLERC et Jean CORNAND DE LA CROSE, t. I-IX; Jean Leclerc, t. X, XII, XIV-XIX; Jean Cornand de La Crose, t. XI; Charles LE CÈNE et Jean Leclerc, t. XIII; Jacques BERNARD et Jean Leclerc, t. XX; Jacques Bernard, t. XXI-XXV.

Collaborateur régulier: John Locke. Collaborateurs occasionnels: Fatio de Duillier, J.G. Graevius et Gisb. Cuper.

6Contenu Contenu: on annonçe dans la Préface que l'on parlera «de tous les ouvrages qu'on pourra recouvrer, en quelque langue qu'ils soient écrits». En effet les comptes rendus ou extraits de livres sont les plus nombreux, mais en même temps il y a des contributions originales de certains correspondants, tel que l'Essai philosophique concernant l'entendement de John Locke, inséré dans ce journal deux ans avant la publication de l'ouvrage même (t. VIII, janv. 1688, p. 49-142), des mémoires rédigés par les journalistes Leclerc et Cornand de La Crose, des lettres reçues et des traductions d'articles des Philosophical Transactions.

La Bibliothèque universelle et historique présente une bonne vue d'ensemble des publications qui virent le jour dans le domaine des arts et sciences au cours des années de la parution du périodique. Si la théologie et l'histoire sont bien représentées, il est certain que Jean Cornand de La Crose a notamment attiré l'attention sur maint ouvrage scientifique ou médical, d'inspiration moderne et empiriste. Après le départ de ce dernier, le journal devint sans doute moins «scientifique».

Par contre le plaidoyer pour la tolérance est maintenu jusqu'à la fin de la parution du journal, notamment par rapport à la cause huguenote. Rappelons à ce propos que Leclerc s'est identifié dès son arrivée dans les Provinces-Unies avec le parti remontrant pour lequel le culte de la tolérance était des plus importants, voire essentiel. Ainsi ne faut-il pas s'étonner que le premier article du journal fût consacré aux Epistolae Quotquot de Hugo Grotius, un des représentants les plus illustres des Remontrants de Hollande.

Principaux auteurs étudiés ou recensés: Antoine Arnauld, S. Bochart, G. Burnet, A. Furetière, G. Huet, P. Jurieu, J. Leclerc, G. Leti, Ph. van Limborch, J. Lightfoot, D.G. Morhof, J. Locke, I. Newton, R. Simon, E. Stillingfleet, A. van Leeuwenhoek.

Tables: chaque tome contient une table; t. XXVI publié en 1718 donne des tables générales des auteurs et des matières sur tous les tomes. Il existe aussi une table moderne chronologique faite par Jean-Pierre Lobies, Index Multiplex, II, 1-6: La Bibliothèque universelle et historique, Osnabrück, 1968. Pour les ouvrages d'origine anglaise ou consacrés à l'Angleterre, voir Reesink. Pour un index analytique et thématique, voir Bots, De «Bibliothèque Universelle et Historique».

7Exemplaires B.N., Z 43537-43562. Collection étudiée: B.U. Nimègue.

La Bibliothèque universelle et historique se trouve dans un nombre considérable de grandes bibliothèques.

8Bibliographie H.P.L.P., t. II, p. 246-251.

Rééditions: après les rééditions des premiers volumes en 1687, il y a eu plusieurs rééditions par Antoine et Henri Schelte entre 1696 et 1707; une seconde série de rééditions parut chez les frères Wetstein à Amsterdam entre 1717 et 1721 (t. I, II, VI, VII, IX et X) et en 1738 c'est encore Jean Mart. Husson à La Haye qui procura des rééditions des t. XII, XIV et XVI, la première partie du t. XXII et la seconde partie du t. XXV; réédition Genève, Slatkine, 1968, 6 vol.

Mentions dans la presse du temps: Nouvelles de la République des Lettres, janvier 1699, préface. Juncker C., Schediasma historicum de ephemeridibus sive diariis eruditorum in nobilioribus Europae partibus hactenus publicatis, Leipzig, 1692, p. 223-244.

Reesink H.J., L'Angleterre et la littérature anglaise dans les trois plus anciens périodiques français de Hollande de 1684 à 1709, Zutphen, 1931. – Bots H., De «Bibliothèque universelle et historique» (1686-1693), een periodiek als trefpunt van geletterd Europa, Amsterdam, 1981. – Idem, «L'esprit de la république des lettres et la tolérance dans les trois premiers périodiques savants hollandais», XVIIe siècle, nº 116, 1977, p. 43-57. – Idem, «Jean Leclerc as journalist of the Bibliothèques. His contribution to the spread of English learning to the European continent», dans Studies in seventeenth-century English literature, history and bibliography. Festschrift for Professor T.A. Birrell, Amsterdam, 1984, p. 53-66. – Bots H. et Hillenaar H., «La Bibliothèque universelle et historique (1686-1693)», dans Horizons européens de la littérature française au XVIIe siècle, Tübingen, 1988, p. 321-332. – Barnes A., Jean Leclerc (1657-1736) et la république des lettres, Paris, 1938. – Golden S., Jean Leclerc, New York, 1972. – Pitassi M.C., Entre croire et savoir. Le problème de la méthode critique chez Jean Leclerc, Leyde, 1987. – Mattauch H., Die Literarische Kritik der frühen französischen Zeitschriften (1665-1748), München, 1968.

Historique Lorsque les éditeurs Wolfgang, Waesberghe, Boom et Van Someren prirent l'initiative de publier un nouveau journal sous le titre Bibliothèque universelle et historique, ils purent compter sur Jean Leclerc et Jean Cornand de La Croze qui s'étaient chargés tous les deux de la rédaction. Dans les cinq premiers volumes de ce journal, dont les t. I-III parurent sans nom d'auteurs, les articles des deux rédacteurs (extraits de livres) furent publiés pêle-mêle, mais à partir du t. VI, après que les premières frictions entre les deux rédacteurs se furent manifestées, Leclerc veilla à ce que les contributions des deux rédacteurs fussent séparées: la première partie des t. VI-IX était de la main de Leclerc, la seconde partie de son collaborateur Cornand de La Croze (cf. t. IX, Avertissement). La relation entre les deux rédacteurs s'était tellement gâtée (Leclerc reprochait une trop grande partialité à son collègue) qu'à partir du t. X chacun assurerait son propre volume: le t. X fut rédigé par Leclerc et le t. XI par Cornand de La Croze seul. Ce dernier volume avait été dédié par Cornand d'une façon peu discrète (et à l'insu de Leclerc) à la princesse Marie Stuart, épouse du stathouder Guillaume III; la conduite extravagante de Cornand décida Leclerc à rompre définitivement avec ce rédacteur. Grâce aux notes autographes de l'exemplaire de la Bibliothèque universelle et historique ayant appartenu à John Locke et conservé aux Etats-Unis, il est possible de déterminer avec beaucoup de précision les pages qui ont été rédigées par Leclerc (cf. Bots, «Jean Leclerc», p. 83 et 140).

Cornand de La Croze fut remplacé en 1689 par Charles Le Cène, qui après le t. XII, rédigé par Leclerc seul, assura la rédaction du t. XIII (abstraction faite des articles 8 et 15). Mais Leclerc n'était pas très content de son nouveau collaborateur, de sorte qu'il rédigea tout seul les t. XIV-XIX. Ce «pénible travail de la Bibliothèque» fut arrêté par Leclerc en 1690; en cette année il poursuivit ses travaux d'exégèse biblique, car il était d'avis qu'il était temps «d'emploier un peu mieux [ses] études qu'à faire des extraits de livres».

Jacques Bernard fut responsable des cinq derniers volumes du journal; en cette période le journal perdit quelque peu de son grand prestige et Bernard se limita presque exclusivement aux ouvrages français et latins pour ses comptes rendus. Comme il n'avait aucune connaissance de l'anglais, les ouvrages écrits en cette langue ne sont plus guère recensés dans la Bibliothèque à partir de janvier 1691. Le journal cessa de paraître, après la mort de son dernier éditeur Abraham Wolfgang, au début de 1694, qui avait publié tout seul la Bibliothèque, à partir de 1690 (t. XVI). Remarquons encore que la Bibliothèque où l'on trouve notamment des comptes rendus d'ouvrages récemment publiés, contient aussi quelques dissertations et articles originaux. La publication de l'Essai philosophique concernant l'entendement, où l'on montre quelle est l'étenduë de nos connaissances certaines et la manière dont nous y parvenons par John Locke dans le t. VIII du journal est le plus illustre exemple.

En outre les journalistes se servaient de la Bibliothèque pour publier leurs propres écrits. Ainsi Leclerc publia-t-il parmi d'autres mémoires dans le t. XIV Mémoires pour servir à l'Histoire des controverses nées dans l'Eglise romaine sur la prédestination et sur la grâce depuis le concile de Trente; Cornand de La Croze inséra dans le t. XI une dissertation intitulée: De la nécessité de la religion protestante, pour le repos des Princes et des peuples.

Hans BOTS

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)