ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 175

LA BIGARRURE 1 (1749-1753)

1Titres La Bigarure ou Meslange curieux, instructif et amusant de nouvelles, de critique, de morale, de poésies et autres matières de littérature, d'événements singuliers & extraordinaires, d'avantures galantes, d'histoires secrettes, & de plusieurs autres nouveautés amusantes, avec des réflexions critiques sur chaque sujet.

Titre réduit à partir du t. IV en: La Bigarure ou Gazette galante, historique, littéraire, critique, morale, satirique, sérieuse et amusante [ou badine].

Continué par La Nouvelle Bigarure (1753-1754).

2Dates 10 septembre 1749 - 20 février 1753. Hebdomadaire, «Paroîtra tous les jeudis régulièrement» (t. I, p. 16). Dix tomes au total, datés de 1749 (I-II), 1750 (III-VII), 1751 (VIII-XIII), 1752 (XIV-XIX), 1753 (XX).

3Description Chaque volume regroupe deux tomes, et chaque tome 20 numéros (19 + catalogue) et correspond à environ deux mois de livraisons. Chaque tome compte 160 p. Les livraisons sont numérotées de 1 à 20, mais la date ne figure qu'à la dernière page; la datation étant très irrégulière (plusieurs numéros portent la même date, certaines semaines n'ont pas vu de numéro), il semble probable que la publication s'est faite par tomes.

Cahiers de 8 ou 16 p. in-8º, 140 x 190.

Devise: Quidquid agunt homines hujus farrago libelli et quando uberior vitiorum copia. Juvenal Sat. I.

4Publication La Haye, chez Pierre Gosse junior, libraire de S.A.R. Mme la Princesse d'Orange et de Nassau. A la fin du t. VII, on trouve une liste des libraires correspondants de P. Gosse: P. Mortier et MM. Rey à Amsterdam, Kribber à Utrecht, Haake à Leyden, Van Lee à Haarlem, Bemar à Rotterdam, Boitel à Delft, Neaulme à Berlin, Kanth à Cologne, Barchon à Aix-la-Chapelle, Vatar à Rennes, Goesin à Gand, etc.

5Collaborateurs Charles de Fieux de MOUHY, Joseph-Marie DUREY DE MORSAN, Claude CRÉBILLON.

6Contenu Le journal est en forme de lettres, adressées tantôt à un homme, tantôt à une dame; il utilise la fiction de l'informateur parisien écrivant à un ami ou à une amie de province. En général, quand il rapporte des anecdotes, il s'adresse à une dame; les analyses de livres sont réservées au correspondant masculin. Ni ordre ni rubriques régulières, mais beaucoup d'anecdotes, de petits contes, de pièces fugitives et de lettres. Le ton est nettement anticlérical. On note plusieurs passages consacrés à Diderot («Lettre d'un esprit éclairé aux aveugles de ce siècle», attribuée à Diderot, t. I, p. 22; voir aussi t. XIII, p. 58 et suiv.). Voltaire est souvent cité, de façon malveillante dans les premiers tomes, plus rarement par la suite, et il arrive alors au libraire de corriger: «L'Auteur de la Bigarure ayant inséré dans les précédentes feuilles plusieurs choses contre M. de Voltaire, que nous avons imprimées par inadvertance, nous saisissons cette occasion de lui faire la réparation que nous lui devons» (t. XX, p. 152, 29 mars 1753).

7Exemplaires B.N., Z 24545-24554 et Z Beuchot 992; Opéra, pi 195; B.L., 270a 3-10 (joint à la Nouvelle Bigarrure et au Nouvelliste œconomique).

8Bibliographie DP2, art. «Mouhy» et «Durey de Morsan». – Benitez M., «Philosophes et libertins: le cas Durey de Morsan», dans Eros philosophe: discours libertins des Lumières, sous la dir. de F. Moureau et A.M. Rieu, Champion, 1984, p. 30. – Dagen J., «Crébillon fils gazetier à la Bigarure», dans Le Siècle de Voltaire: hommage à René Pomeau, The Voltaire Foundation, Oxford, 1987, t. I, p. 333-347.

Historique L'essentiel de ce que nous savons sur les auteurs de ce journal tient en quelques phrases de Durey de Morsan: «L'auteur trop médiocre & trop médiocrement payé qui faisait à La Haye le petit journal hebdomadaire sous le titre de La Bigarrure avait décrédité cet ouvrage périodique. On augmenta du double le salaire; j'y travaillai pendant un an, & avec succès. On augmenta encore la retribution, & je fus remplacé par Crébillon fils qui m'effaça, j'en fais l'aveu sincère» (lettre du 26 août 1769, B.C.U. Neuchâtel, ms 1145, fº 427, cité dans DP2, Benitez, p. 30, Dagen, p. 336). J. Dagen est parvenu à séparer, non sans vraisemblance, ces trois époques du journal. Le premier auteur est très probablement, comme l'a soupçonné à plusieurs reprises Voltaire, le chevalier de Mouhy (voir les textes de la correspondance cités par Dagen, p. 336-337); les attaques de la Bigarrure contre Voltaire cessent au milieu de 1750; on note en même temps, avec le t. IV (6 juin - 13 août 1750), un changement de titre et de présentation du journal, qui suggère un changement de rédacteur, tandis qu'à la fin de l'année, Mouhy reprend en main le Papillon. Durey de Morsan, dont on ne sait combien de temps exactement il est resté rédacteur de la Bigarrure, semble donc s'être chargé d'un interim en 1750, et tout au plus, comme le propose J. Dagen, jusqu'à avril-mai 1751, époque à laquelle le libraire Gosse doit nourrir sa feuille avec des emprunts aux Nouvelles littéraires de Pierre Clément. La contribution de Durey de Morsan aurait consisté surtout en pièces fugitives. Claude Crébillon serait devenu rédacteur du journal vers la fin de juillet 1751. On note dans le t. XIII en particulier (18 nov. 1751 - 6 janv. 1752), les indices d'un changement de rédaction (DP2, Dagen, p. 340). J. Dagen relève dans les t. XIII à XVII (24 juin - 20 août 1752) un certain nombre de jugements, d'attitudes morales et esthétiques qui rappellent nettement la manière de Crébillon: considérations sur les femmes, intérêt pour les artistes, éloges de Duclos, d'Argens ou Piron, traits satiriques contre les jésuites, dans le style de l'Ecumoire, sympathie marquée pour le déisme et le rationalisme moral, éloge du «bon goût d'un censeur» qui n'est autre que Crébillon lui-même (p. 341)... On ne sait combien de temps a duré la collaboration de Crébillon à la Bigarrure; comme le note J. Dagen, les t. XVIII-XX sont nettement plus faibles; le journal retrouve alors ce qui était peut-être sa vocation première, faire connaître par de larges catalogues formant un article entier par tome, les ouvrages vendus par Pierre Gosse le Jeune dans sa librairie de La Haye.

Jean SGARD

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)