ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 209

CHOIX ÉCONOMIQUE ET MORAL (1777)

1Titres Choix economique et moral.

2Dates 10 juillet - 25 décembre 1777. Douze livraisons (appelées «parties» ou «cahiers»), formant deux tomes jumeaux, couvrant chacun trois mois et comptant chacun six livraisons.

Prospectus daté de 1777, déjà rédigé en mars[91], non encore paru en mai[92], publié apparemment en juin 1777.

Périodicité: conformément à l'annonce du Prospectus (p. 6: «Nous publierons, de cet écrit, un cahier chaque quinzaine [...] ce qui fera 24 cahiers pour l'année»), la périodicité semble avoir été réellement bimensuelle, les douze numéros parus étant datés du 10 et du 25 des mois de juillet à décembre 1777. Le douzième et dernier «cahier» a cependant été «retardé» par la maladie et la mort du «rédacteur» Jean Téron (cf. l'Avis publié à la fin du t. II).

Le titre général de chacun des deux tomes est daté simplement de 1777.

3Description Le Prospectus compte 48 p., in-12. Chacun des deux tomes contient six livraisons de 72 p., soit 432 p. au total, soit 24 p. par cahier d'imprimerie, 100 x 170, in-12.

Devise (sur le titre général de chacun des deux tomes): Narrando & laudando monere. Aucune illustration.

4Publication Le libraire-imprimeur Jean-Léonard Pelet ayant renoncé à se lancer dans l'entreprise[93], le périodique a été édité par le libraire Jacques-Benjamin Téron[94], et sous deux adresses différentes, l'une réelle, l'autre fictive. Certains exemplaires du Prospectus et des six livraisons du t. I portent: «A Genève, Chez Teron l'aîné, Directeur du Magasin Littéraire». D'autres exemplaires du Prospectus et des livraisons I et III du t. I portent: «A Chambery» sans plus. Enfin, certains exemplaires des livraisons II, IV, V et VI du t. I et tous les exemplaires connus du t. II portent: «A Chambery. Et on souscrit à Geneve, chez Teron l'aîné, au Magasin littéraire, au bas de la Cité».

Prix du Prospectus (p. 48): 5 s. de France. Prix de la souscription (Prospectus, p. 7): 8 # de France pour une année; 5 # pour un semestre; 3 # pour un «quartier» soit trimestre. Dès l'arrêt de la publication, les deux tomes parus étaient vendus, brochés, au prix de 4 # de France les deux (cf. t. II, à la fin).

5Collaborateurs Seul fondateur et «rédacteur»: Jean TÉRON, nommé une seule fois à la dernière page du t. II, dans l'Avis qui signale sa maladie et sa mort. Jean Téron, frère puîné de Jacques-Benjamin Téron, mourut en effet le 1er janvier 1778, âgé de 35 ans[95].

Téron ne semble avoir eu aucun collaborateur, mais à deux reprises, il publie une «lettre au Rédacteur du Choix économique», la première du 28 juillet 1777, écrite par [Domenico] Bartaloni, professeur de physique à l'université de Sienne (t. I, p. 243), la seconde, anonyme, du 9 septembre 1777 (t. II, p. 54-57).

6Contenu Contenu annoncé: «Toute découverte intéressante à quelque ordre de la société, toute recette utile à l'économie domestique & à la perfection des arts, toute anecdote propre à inspirer l'amour de l'humanité, de la vraie piété & des autres vertus sociales; toute pensée neuve & frappante, tout acte d'autorité, allant à ce même but: voilà ce que nous extrairons des divers écrits périodiques, pour en composer nos feuilles, & à quoi nous oserons joindre quelquefois les observations que nous jugerons pouvoir concourir au même objet» (Prospectus, p. 6).

Le contenu réel, divisé en cinq grandes rubriques («Legislation, Munificence, Bienfesance, Magnanimité, Arts et Economie»), correspond à ce programme, d'autant que la dernière rubrique, qui remplit à elle seule plus de la moitié du périodique, est elle-même subdivisée en «Morale, Economie politique, Education, Géographie, Histoire naturelle, Beaux arts, Peinture, Fabrique, Art vétérinaire, Economie médicale, Economie domestique, Economie rurale».

Les principaux sujets présentés sont la liberté de commerce, l'estimation des revenus nets des biens-fonds, le dessèchement des marais, la sériculture, le paratonnerre, la police de la ville d'Edimbourg, les institutions sociales aux Etats-Unis, l'abolition de la torture, les prix de vertu, la piété filiale, la médecine pour les pauvres, l'inoculation, l'instruction des sages-femmes, l'allaitement, les secours aux noyés, les inhumations précipitées, la lutte contre les incendies, les remèdes contre la fièvre, la gale, la rage, le cancer, la goutte, le panaris, contre la morve des chevaux, la lutte contre les rats, contre les punaises, la recette de l'amidon, etc. Les principaux exemples de «législation» sont empruntés aux édits promulgués par le grand-duc de Toscane.

Il n'y a pas à proprement parler d'auteur étudié (sauf Pierre Prévost, pour ses idées sur l'éducation, t. II, p. 382-393). Mais en revanche l'activité, les mémoires, les concours d'un certain nombre de sociétés éclairées sont présentés. Dans l'ordre alphabétique des villes, ces sociétés sont: la Société économique de Berne (t. II, p. 79), l'Académie des sciences &c. de Besançon (t. II, p. 78), la Société d'agriculture du pays de Carniole (t. I, p. 378), l'Académie des sciences, arts & belles-lettres de Châlons-sur-Marne (t. II, p 322), la Société des arts de Genève (à reprises réitérées), la Société royale des sciences de Gottingue (t. I, p. 380), la Société d'agriculture de Limoges (t. I, p. 204), la Société physiographique de Lunden-Scanie (t. I, p. 377), la Société libre d'émulation de Paris (t. I, p. 375), la Société royale de médecine, [Paris] (t. II, p. 336), la Société d'agriculture de Soissons (t. I, p. 228) et la Société des arts d'Utrecht (t. I, p. 379).

Le rédacteur du Choix économique et moral ne nomme pas toujours les périodiques d'où sont tirés les articles qu'il reproduit. Voici du moins la liste alphabétique de ceux qui sont cités: Affiches d'Aix-en-Provence (t. I, p. 333), Affiches de Provence (t. I, p. 354; t. II, p. 200); Affiches du Dauphiné (t. II, p. 201); Année littéraire (t. I, p. 365); Courrier de l'Europe (t. II, p. 181, 267); Esprit des journaux (t. I, p. 96); Gazette d'agriculture (t. I, p. 71); Histoire de l'Académie royale des sciences (t. I, p. 401); Journal d'agriculture de Venise (t. II, p. 199); Journal de médecine (t. I, p. 124); Journal de Paris (t. I, p. 114); Journal encyclopédique (t. II, p. 168); Journal politique et de littérature (t. II, p. 162); Mémoires de l'Académie royale de Stockholm (t. II, p. 264). Quant aux auteurs dont les textes sont reproduits (et pour autant qu'ils soient nommés), ce sont: [Claude-Denis] Balme, médecin au Puy-en-Velay; [Domenico] Bartaloni, déjà cité; l'abbé Bezon, auteur d'une Histoire de Lorraine; [Balthazard-Marie] Emerigon, procureur du roi à Saint-Pierre de la Martinique; Giraud de La Chauvonière, chirurgien accoucheur à Fontenai-le-Comte en Poitou; Thomas Henry, F.R.S.; [Jean-Benjamin] de Laborde; l'abbé [Guillaume-Antoine] Le Monnier; [Theophilus] Lobb; Lady [Ann] Miller; P.G. Pergius, de l'Académie royale de Stockholm; [William] Robertson; Swift; [Pierre-Ignace Roubaud] de Tresséol et Voltaire.

Tables systématiques des articles du t. I: t. I, p. 423-431; du t. II: t. II, p. 423-431.

7Exemplaires B. P. U. Genève, Rb 199 (t. I seul, avec l'adresse de Genève); – S 24309; Société de Lecture, Genève: Rc 5.

8Bibliographie Candaux J.D., «Les Gazettes helvétiques, inventaire provisoire», dans L'Etude des périodiques anciens, colloque d'Utrecht, Paris, A.-G. Nizet, 1972, p. 136-137; – Schuler C., Les Frères Jacques-Benjamin et Jean Téron, deux natifs genevois de la seconde moitié du XVIIIe siècle, mém. de licence à la Faculté des Lettres de l'Université de Genève, mai 1983, 76 f. dact.

Historique Même si la Société des arts refusa «d'agréer la dédicace» du Choix économique et moral[96], ce périodique bénéficia de la protection et des conseils d'Horace-Bénédict de Saussure[97] et apparaît à cet égard comme un produit typique de l'esprit d'émulation qui régnait à Genève à l'époque où la Société des arts fut fondée. Quant aux frères Téron, «l'intérêt qu'ils suscitent réside principalement dans leur engagement idéologique qui en fait des agents actifs du courant d'idées réformatrices du Siècle des Lumières»[98].

Jean-Daniel CANDAUX

 

Δ 91. Voir la lettre de Jean Téron à Isaak Iselin du 18 mars 1777 (Bâle, Staatsarchiv, P.-A. 98, vol. 33, p. 215-217).

Δ 92. Voir le texte de la délibération citée à la note 6.

Δ 93. Voir la fin de la lettre non datée (mais datable de juin 1777) de Jean Téron à Horace-Bénédict de Saussure (B.P.U. Genève, ms. Saussure 3, fº 84-86).

Δ 94. Voir à son sujet: John R. Kleinschmidt, Les Imprimeurs et libraires de la République de Genève, 1700-1798, Genève, A. Jullien, 1948, p. 172-174; Christina Schuler, op. cit.

Δ 95. Voir à son sujet, Christina Schuler.

Δ 96. Par délibération du Comité général du lundi 12 mai 1777 (Société des arts, Registre du Comité général, à la date).

Δ 97. Voir les trois lettres de Jean Téron à Horace-Bénédict de Saussure du printemps 1777 (B. P. U. Genève, ms. Saussure 3, fº 81-86).

Δ 98. Christina Schuler, op. cit., f. 11.

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)