ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 234

CORRESPONDANCE HISTORIQUE, PHILOSOPHIQUE ET CRITIQUE (1737-1738)

1Titres Correspondance Historique, Philosophique et Critique, Entre Ariste, Lisandre Et quelques autres Amis: Pour servir de Réponse aux Lettres juives.

2Dates Juillet 1737 - mai 1738. Trois tomes. Périodicité annoncée et qui paraît avoir été respectée: bihebdomadaire (les lundi et jeudi). T. I: 1737; t. II-III: 1738.

3Description Chaque tome comprend un certain nombre de Lettres (t. I: 31, t. II: 30, t. III: 27), chaque Lettre étant de 8 p.

T. I: 248 p. (+ Préface + Lettre à l'auteur des Lettres de la Correspondance et Réponse); t. II: 240 p. (+ Préface); t. III: 216 p.

Cahiers de 16 p., in 8º, 98 x 160.

4Publication A La Haye, chez Antoine Van Dole. Les Lettres se trouvent à Amsterdam chez H. Uitwerff et J. Rykhoff le Fils, à Rotterdam chez la Veuve T. Johnson et Fils, à Leyde chez J. et H. Verbeek, à Utrecht chez E. Neaulme.

5Collaborateurs Yves-Joseph de LA MOTTE dit de La Hode et vraisemblablement d'autres membres de la «petite communauté littéraire» d'Antoine-Augustin Bruzen de La Martinière.

6Contenu Contenu annoncé: les Lettres, conformément au titre, ne servent que de réponse aux Lettres juives: il s'agit d'«en faire connaître également les beautés et les défauts» (Lettre I), de critiquer «sans partialité» (Préface, t. II) et «en passant» les endroits qui paraissent «le mériter davantage par leur absurdité, et de suppléer au vide de l'auteur qui a passé légèrement sur ceux qu'il devait marquer mieux qu'il n'a fait» (Préface, t. I).

Contenu réel: qu'ils approuvent et louent la justesse et la solidité des arguments et des preuves des correspondants des Lettres juives, ou qu'ils critiquent la futilité et la trivialité de leurs réflexions et analyses, dénoncent leurs paradoxes, sophismes, «contrariétés», «impertinences», hardiesses, erreurs, conjectures et raisonnements «pitoyables», ou encore qu'ils ajoutent anecdotes et développements (appelant à la confrontation avec les Lettres juives), et accusent le trait satirique, les auteurs reprennent inévitablement les thèmes abordés par d'Argens dans le même ordre ou... désordre (puisqu'il est répondu lettre par lettre): mœurs, conditions et caractères des nations, politique, belles-lettres, morale, religion.

Principaux centres d'intérêt: la démarche des auteurs qui tendent, en matière de religion notamment, à renchérir sur les attaques des Lettres juives tout en adoptant ou feignant d'adopter l'indignation du «fidèle» de la religion romaine face aux «ennemis» du christianisme et tout en prétendant distinguer véritable religion et abus, doctrine et rites, cérémonies...; la dénonciation des préjugés et des marques de la superstition, la satire vigoureuse du Pape, des moines fripons et fourbes, des «bigots» et «cagots», des disputes religieuses; l'éloge des Provinces-Unies (liberté et vertus), des sciences et des hommes de sciences; la satire de d'Argens, l'homme, le romancier, l'auteur «mercenaire» des périodiques et son penchant à la médisance et à la calomnie.

Principaux auteurs mentionnés: à d'Argens et aux différents écrivains évoqués par les 111 Lettres juives, ajoutons La Motte et La Martinière (loués...).

7Exemplaires Collection étudiée: B.N., Z 15344-15346. Autre coll.: Ars., 8º B.L. 31979 (1-3).

8Bibliographie B.H.C., p. 59.

Mentions dans Gazette d'Utrecht (22 juil., 1er et 22 août 1737; 7 et 10 avril, 5, 12 et 26 mai 1738), Amsterdam (25 avril 1738), Lettres juives (Préface, t. VI) et Lettres cabalistiques (éd. 1766: Préface, t. I, L. 21, 29).

Historique A un public déjà «si rebattu de Lettres» (Préface, t. II), voici qu'une nouvelle Correspondance est présentée: La Motte, qui, à la même époque, publie les Anecdotes historiques, lance ici, sans doute en collaboration avec d'autres membres de la petite communauté littéraire de La Martinière, une imitation des Lettres juives qui se veut également une réponse critique. Il s'agit, en effet, de mettre au jour le «poison subtil» que ces Lettres recèlent, de prévenir les impressions dangereuses qu'engendre leur lecture. Même si parfois justice semble rendue à la Correspondance d'Aaron, l'ouvrage et l'auteur ne sont pas épargnés, un auteur qualifié de mercenaire, de présomptueux, d'imposteur, de calomniateur... A ces injures, d'Argens, on le devine, ne s'est pas privé de répondre, notamment dans la Préface du t. VI des Lettres juives où il s'amuse à relever quelques exemples de raisonnements pitoyables et de remarques ridicules ou absurdes.

Construite parallèlement aux Lettres juives, réunie également en volumes avec préfaces, la Correspondance historique se poursuit, si l'on s'en rapporte aux auteurs, à l'instigation du libraire et de certains gens de lettres, et en dépit de la volonté de d'Argens de l'étouffer à sa naissance. Le livre a-t-il réellement eu du succès? Dans la Préface du t. II, les auteurs reconnaissent eux-mêmes que ce tome est moins attrayant que le premier. Et d'en rendre responsable l'original! C'est d'Argens qui s'est «ralenti» et leur périodique ne fait que refléter la «disette d'esprit» du modèle! A partir de la Lettre 71, le système contraignant de réponse lettre par lettre est abandonné afin d'éviter soi-disant l'ennui des raisonnements froids et longs d'Aaron. En fait, lourdeurs et maladresses, sensibles dès les premières Lettres, tendent à s'accuser chez des imitateurs qui sont loin d'avoir les qualités de d'Argens. Et l'on ne s'étonne pas que l'ouvrage, qui, à en croire d'Argens, ne serait tiré qu'à cent exemplaires, soit interrompu alors qu'Ariste et ses compagnons ne sont parvenus qu'à la CXIe Lettre juive. Au fond, les auteurs ont dû se plier (malgré eux...) au propos avancé en tête du t. I: «je ne fatiguerai pas mes lecteurs par la continuation de cet ouvrage, dès que je verrai qu'il ennuiera. Je n'assommerai point le public malgré lui de six tomes: lui seul en règlera le nombre». Ainsi le public a laissé au seul d'Argens la légitime fierté d'avoir mené sa Correspondance jusqu'au 6e tome.

Robert GRANDEROUTE

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)