ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 244

CORRESPONDANCE SECRÈTE, POLITIQUE (1787-1788)

1Titres Correspondance secrète, politique, civile & littéraire.

2Dates Paraît quatre fois par semaine depuis le 1er juillet 1787 et disparaît en mars 1788. En tête du nº 107 du 4 déc. 1787, on trouve l'avis suivant: «Six mois sont révolus depuis que nous avons commencé à donner cette Correspondance, & l'époque est certainement bien arrivée où nous croyons pouvoir prier nos souscripteurs de renouveller leur abonnement».

3Description Livraisons de 4 p. in-8º, 102 x 162, rassemblées en tomes semestriels.

4Publication L'adresse est au «Cabinet privilégié de Lecture», chargé de la «principale distribution». Des annonces répètent en novembre 1787: «La Correspondance-Sécrete se trouve au Cabinet privilégié de Lecture dans l'Oberbrünner Strassen nº 1171, au second étage. L'abonnement pour 6 mois n'est que de 3 ducats. Cette feuille arrive quatre fois la semaine à Vienne, Dimanche, Mardi & Jeudi à midi, Vendredi à 6 h. du soir».

5Collaborateurs Jean-Baptiste Fauchard de GRANDMESNIL (?).

6Contenu Chaque numéro offre une compilation des nouvelles politiques et militaires de l'Europe entière, d'après les principales gazettes, sans aucun commentaire. A partir de février 1788, le rédacteur s'engage à y ajouter, à l'intention de ses lecteurs français, une traduction des dernières nouvelles fournies par la gazette allemande de Vienne (nº du 17 févr.).

7Exemplaires Kornik bibl., Budapest, Cz 165 (nov.-déc. 1787 et janv.-mars 1788).

8Bibliographie Kirchner 1969, nº 3423; Zenker, 153.

Historique La Correspondance secrète, politique, civile & littéraire, compilation sans grand intérêt, représente, sur le plan économique, une opération assez curieuse et difficile à interpréter. Le journal ne comporte pas d'adresse précise et «arrive à Vienne», sans qu'on sache d'où. Il ne semble pas être vendu, mais simplement destiné au Cabinet de Lecture, qui pratique des abonnements de lecture, à un prix semble-t-il très élevé (3 ducats). Il fait apparemment concurrence à la Correspondance universelle (1787-1788) de Grandmesnil, qui se présente sous la même forme, à la même date, avec le même programme: une «compilation générale & complette de tous les papiers publics les plus estimés»; mais à la fin de l'année 1787, on apprend que la Correspondance secrète sera «entièrement contrefaite et réimprimée mot pour mot dans la sus-ditte Correspondance universelle» (annonce du 4 janv. 1788). Désormais, les deux journaux n'en font plus qu'un, sans qu'on sache si Grandmesnil a racheté la Correspondance secrète, ou s'il a dès le début publié sous deux formes très voisines et à l'intention de publics différents, la même compilation, hypothèse malgré tout plus vraisemblable étant donné la ressemblance des deux journaux. Les deux collections, qui garderont en 1788 une présentation différenciée malgré la similitude de contenu, disparaîtront d'ailleurs en même temps en mars 1788.

Jean SGARD

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)