ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 28

AFFICHES DE LA GUADELOUPE (1789-1790)

1Titres Affiches de la Guadeloupe.

Devient, à partir du nº IV du 24 sept. 1789: Affiches, Annonces et Avis divers de l'Ile Guadeloupe.

2Dates Hebdomadaire, les Affiches sont publiées le jeudi à partir du 3 septembre 1789.

3Description Cahiers de 4 p. in-4º, 150 x 200 (nº I-III), puis 185 x 292 (à partir du nº IV); pagination continue.

Sans devise ni illustration.

4Publication A la Basse-Terre, Guadeloupe, chez la veuve Bénard, imprimeur du roi.

On pouvait s'abonner à Basse-Terre, chez l'imprimeur, à Pointe-à-Pitre, chez le sieur Viel, directeur principal de la poste aux lettres, et auprès des directeurs de poste des différents quartiers de la colonie.

6Contenu Principales rubriques, dans leur ordre de publication: 1) «Police du pain» (règlement hebdomadaire fixant le poids du pain d'un escalin dans les différents quartiers de la colonie); 2) Prix des denrées coloniales à Basse-Terre et à Pointe-à-Pitre; 3) «Commerce d'Europe» (cours des denrées européennes dans la colonie); 4) «Marchandises américaines»; 5) Tarif du fret; 6) Arrivées et départs des bateaux; 7) Avis divers (avis du gouvernement de la Guadeloupe; avis judiciaires; ventes publiques et privées; annonces de marchands et de particuliers; offres de services; avis de départ et de solde de comptes; successions; objet perdus et trouvés; etc.); 8) «Maronages» (esclaves marrons recherchés ou arrêtés).

7Exemplaires Coll. consultées: A.N., Recueil Colonies 2e série 30 / Bibliothèque Moreau de Saint-Méry 32 (nº I-XVI, 3 sept. 1789-17 déc. 1790), p. 1-64; B.N., Fol. Lc 12 14 (nº XVII - XLVIII, 24 déc.1789 - 5 août 1790), p. 65-175 (manque nº XIX).

8Bibliographie Ragatz L.J., A Guide for the Study of British Caribbean History, Washington, 1932, Part XVI, p. 401. – Blanche L., Contribution à l'histoire de la presse à la Guadeloupe, Basse-Terre, 1935, p. 24.

Historique Le brevet exclusif d'imprimeur concédé à Jean Bénard en 1764, avait été transmis à son fils en 1778, puis à la veuve de ce dernier qui en est propriétaire en 1789 (Blanche, p. 2, 23). Les affaires de la veuve Bénard semblent prospères. A l'imprimerie de Basse-Terre, est joint un commerce de livres et de papeterie, et en avril 1790, est annoncée l'ouverture prochaine d'une seconde imprimerie à Pointe-à-Pitre (Affiches, p. 90, 114, 148). La veuve Bénard est également associée dans l'entreprise de Jean-Baptiste Thounens, imprimeur à Castries, qui crée en octobre 1789 un service hebdomadaire de «paquebot» afin de relier de façon régulière les îles de Sainte-Lucie, la Martinique, la Dominique et la Guadeloupe. Chez la veuve Bénard, sont établis les «bureaux d'entrepot» pour la Guadeloupe et ses dépendances (Affiches, p. 23). A cela s'ajoutent la publication de la Gazette de la Guadeloupe, qui paraît depuis au moins 1784, et la direction générale de la poste de la colonie qui avait été concédée à Jean Bénard en 1765.

Publiées à partir du 3 septembre 1789, les Affiches de la Guadeloupe ont peut-être remplacé la Gazette de la Guadeloupe (comme cette dernière, elles sont hebdomadaires et paraissent le jeudi). Les Affiches ne se veulent cependant qu'un journal d'avis, d'annonces et d'informations pratiques, et elles s'en tiennent strictement à la lettre de leur titre. On ne relève dans la collection de la première année aucun article, compte rendu d'ouvrage, critique de spectacle, «nouvelle», anecdote ou fait divers. Plus de deux pages sont consacrées chaque semaine à différents renseignements d'ordre commercial (cours, prix, tarifs, mouvements des navires, etc.), le reste étant rempli par les annonces et avis divers. Ceux-ci sont donnés tels quels, le commentaire que risque parfois l'éditeur, tout en s'en refusant aussitôt le droit («Les bornes de cette feuille ne nous permettent pas...»), n'étant surtout qu'un moyen de renforcement du message publicitaire.

Pour lancer sa nouvelle publication, la veuve Bénard en envoie le premier numéro aux principaux habitants de la colonie: «Cet ouvrage étant d'une utilité essentielle, nous l'envoyons à toutes les personnes à qui nous présumons qu'il doit être nécessaire: si elles l'acceptent, elles voudront bien remettre le prix de leur abonnement es-mains des directeurs de poste de leur quartier; au cas contraire, elles nous feront le plaisir de le renvoyer». L'éditeur s'engage à insérer «tous les avis quelconques», ceux «adressés par MM. les abonnés sont imprimés gratis, 4 escalins pour les autres, ou 8 et même 12 escalins» suivant la longueur et le nombre d'insertions (Affiches, p. 4, 20). Les Affiches semblent avoir eu du succès, du moins au début, puisque dès le nº IV un format plus grand est adopté afin d'accommoder les demandes d'insertion d'avis et d'annonces (Affiches, p. 16).

Alain NABARRA

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)