ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 328

COURS DE BIBLIOGRAPHIE (1788)

1Titres Cours de Bibliographie, Journal d'Education, Connaissance des livres, Nouvelles productions des Sciences et des Arts.

Continuation du Journal d'Education (1784).

2Dates 6 numéros de janvier à juin 1788; approbation du 27 avril 1787 (de Sauvigny); permis d'imprimer: 4 mai 1787 (de Crosne).

Périodicité annoncée: mensuelle, le 30 de chaque mois.

3Description 6 numéros de 40 p. environ, formant un volume de 284 p. paginé à la suite. Chaque numéro ne porte pas un chiffre, mais le nom du mois précédent, où ont paru les ouvrages dont il rend compte. Chacun se présente avec une couverture, elles sont conservées ensemble à la fin du volume et paginées chacune de 1 à 4: une page de titre; sur les trois autres on trouve le même texte, divisé en paragraphes, qui donne l'intention du journal avec la doctrine pédagogique de l'auteur, concernant l'éducation des jeunes, garçons et filles.

Cahiers de 8 p., 120 x 190, in-8º.

4Publication Paris, rue Saint-André-des-Arts, imprimerie de la veuve Delaguette. «On paye par an 8 # 8 s. à Mme d'Ivernois, rue Saint-André».

5Collaborateurs Pierre-Joseph-François LUNEAU DE BOISJERMAIN.

6Contenu L'auteur donne chaque mois, d'après un dépouillement de 35 périodiques (dont il donne les noms, adresses et prix d'abonnement), une nomenclature bibliographique «des ouvrages qui peuvent étendre la méthode de l'enseignement, les écrits nouveaux, un tableau qui renfermera tout ce que le génie des Européens aura publié sur chaque partie de notre connaissance», à l'intention de ceux qui instruisent les «jeunes personnes des deux sexes». L'auteur ne s'engage pas «à faire suivre tous les titres des livres de notes propres à les faire connaître. Il ne se chargera de cette tâche qu'autant qu'il croira ses observations propres à intéresser, instruire, amuser. Le journal portera sur tous les objets qui pourront intéresser l'éducation physique et morale des jeunes personnes: Etude des langues étrangères, Histoire naturelle, Histoire ancienne et moderne, Géographie, Physique, Morale, Belles-Lettres, principes et manœuvres des Arts».

Centres d'intérêt: voyages, pays lointains, langues étrangères, sciences naturelles, Etats-Unis, navigation. Auteurs: Mably (qu'il encense), d'Alembert (qu'il dénigre).

Chaque numéro est organisé en cinq rubriques: 1) Livres annoncés dans les journaux pendant le mois précédent. Certains livres ne sont qu'annoncés, d'autres sont commentés et ils sont alors précédés d'un signe typographique particulier: une main avec l'index tendu. Le commentaire est personnel à l'auteur, et c'est grâce à lui que ce journal acquiert intérêt et chaleur. Cette rubrique est de beaucoup la plus étendue. 2) Edits, lettres patentes, arrêts du Conseil. Il s'agit d'informations, pas de livres. 3) Livres latins et en langues étrangères ou écrits en français à l'étranger. Il indique des livres qui ne sont pas traduits, surtout anglais mais aussi italiens et allemands. 4) Estampes, gravures, description et indications pour se les procurer. 5) Œuvres de musique. L'auteur se propose comme intermédiaire pour envoyer livres ou gravures ou documents à ceux qui lui en feront la demande. Pour chaque livre qu'il cite, il indique: le titre, l'auteur, le format, le nombre de pages, le nombre de tomes, l'année, le prix, l'éditeur.

7Exemplaires B.N., Q 5507.

Historique Luneau de Boisjermain, «savant et instituteur zélé», est surtout connu pour ses écrits sur Racine et ses démêlés avec les libraires de l'Encyclopédie. Cet ancien jésuite eut avant tout une vocation de pédagogue. L'ouvrage qui conserva son nom le plus longtemps fut un manuel scolaire: Les Vrais Principes de la lecture; de l'orthographe et de la prononciation françaises, de feu M. Viard, revu et augmenté par M. Luneau de Boisjermain, paru en 1773, et constamment réédité jusqu'en 1835. Cioranescu retient aussi l'aspect pédagogique de son œuvre et lui donne le titre de Professeur. Mais jusqu'ici Luneau n'est pas retenu comme journaliste, bien qu'il ait pratiqué d'abord un journalisme éducatif: le Journal d'éducation (1783-1789) suivi en 1788 par le Cours de bibliographie; puis, plus politique, puisqu'on connaît de lui: l'Ami du bien public en 1797, qui eut 41 numéros et Le Nouveau Tiers ou le Journal des deux Conseils, 4 numéros en 1797 aussi.

Le projet du Cours de bibliographie date de 1787, et il devait faire partie d'un ensemble nommé Journal d'éducation: Luneau a imaginé de donner des cours de langue par envois périodiques, suivant une méthode dont il développe le principe en page 2 de la couverture de chaque exemplaire du Cours de bibliographie: «méthode par laquelle les jeunes personnes, les dames, les négociants et les hommes de toutes sortes de professions pourront apprendre successivement, sans maître l'Italien, l'Anglois, l'Espagnol, le Portugais, l'Allemand etc. La lecture de quatre pages par jour d'un ouvrage intéressant, écrit dans la langue qu'on enseignera, donnera, en trois ou quatre mois au plus, la facilité de lire tous les ouvrages écrits dans chaque langue. On ne lira pour cette étude ni grammaire ni dictionnaire».

Il donne donc successivement un cours de langue italienne, de langue anglaise, de langue latine, publiés chaque quinzaine par livraisons, sous le titre: Journal d'éducation. Ce journal, dit Michaud, eut beaucoup de succès. Mais chaque Cours a été publié à part, sous le titre: Cours de langue italienne, Cours de langue anglaise, etc.

Pour le Cours de bibliographie, il devait commencer en 1784, ainsi que l'avait promis le Prospectus du Journal d'éducation, et sa distribution devait suivre les premiers cahiers du cours de langue italienne. «Cette distribution a été différée pour des causes que l'auteur n'a pu surmonter» (Cours de bibliographie, Avertissement, p. 1).

En fait, c'est cet aspect de la publication, reliée à l'actualité bibliographique, qui justifierait le nom de Journal pour toute l'entreprise de Luneau, le Cours de langue étant une sorte de feuilleton. La conception, même avortée, reste originale.

Nous ne connaissons pas les raisons qui ont suspendu l'entreprise. Ce volume du Cours de bibliographie qui en reste, témoigne, en tout cas, d'un esprit inventif, d'une culture étendue, d'une réflexion pédagogique cohérente et moderne.

Madeleine FABRE

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)