ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 360

L'ÉCOLE DES SAGES 1 (1692)

1Titres L'Ecole des Sages premier [deuxième] dialogue. «Par M. L[e] N[oble] Tenneliere, baron de Saint George».

Continuation de La Pierre de Touche Politique.

Continué par les lettres, fables et dialogues de 1692 (voir Dialogues sur les Affaires du Temps de 1692).

2Dates Dialogues publiés successivement dans la première quinzaine d'avril. Privilège donné à Le Noble, du 31 mars 1692, enregistré le 1er avril. Périodicité en projet impossible à définir. Deux livrets datés de 1692.

3Description Selon la description donnée par un catalogue des œuvres reliées de Le Noble, imprimé à la suite du 20e numéro des Travaux d'Hercule (1694), les deux dialogues de L'Ecole des sages avaient été joints à des rééditions de L'Allée de la seringue, Les Ongles rognez et L'Hérésie détruite en un volume intitulé Poèmes: voir l'exemplaire de l'Ars.

Les deux dialogues comportent respectivement 47 et 48 p. dans l'édition de Paris, et 44 et 42 p. dans celle de Lyon, 88 x 154, in-12.

En principe, chaque dialogue est illustré de huit vignettes signées F. Ertinger, et disposées deux par deux.

4Publication Paris, Martin Jouvenel, «ruë de la Vieille Bouclerie, à l'Image S. Augustin, Claude Mazuel, ruë S. Jacques devant la rue du Plâtre, dans la maison de la Vieille Poste, Jean-Baptiste Langlois, dans la Grande Salle du Palais, vis-à-vis la Grand'Chambre, à l'Ange Gardien» (les trois ensemble pour le 1er Dialogue, Claude Mazuel seul pour le 2e). Lyon, Antoine Briasson, «ruë Merciere au Soleil».

A Paris, l'imprimeur fut, sans conteste, Claude Mazuel. Le premier dialogue affiche le prix de 8 s. La saisie policière du 17 avril 1692 a permis de découvrir dans l'atelier de Mazuel 1992 exemplaires du premier Dialogue et 5000 du deuxième, dont 1982 reliés en blanc, plus 2408 premières feuilles du même dialogue, 1500 de la deuxième feuille tirés des deux côtés, et 300 tirés d'un seul côté. Les dialogues se vendaient aussi chez l'auteur.

5Collaborateurs Eustache LE NOBLE.

6Contenu Contenu annoncé: réunion de l'Histoire, de la Fable et de la Philosophie morale, en vue de donner une «instruction parfaite pour les mœurs», par l'exemple des grands hommes d'hier et d'aujourd'hui, illustré de fables animalières inspirées d'Esope qui dialogue ici avec Porphyrogénète.

Contenu réel: la politique perce sous ces propos de morale. La présence des souverains antiques y est largement contrebalancée par celle des souverains de l'Europe en guerre de 1692.

L'intérêt réside dans cette interférence entre morale et politique qui n'a pas été particulière au XVIIe siècle. Porphyrogénète pouvant faire penser au duc de Bourgogne, alors âgé de dix ans, ces dialogues esquissent une leçon politique à l'usage des princes.

Principaux auteurs mentionnés: une plaisante allusion à l'opéra d'Astrée de La Fontaine et Colasse dans une fable du Corbeau et du Renard (premier Dialogue).

7Exemplaires B.N., 8º Lc 55 (I); Ars., 8º B 12109 (I et II). Ste G., Y 8º 1322 numéro 2776 rés. (I et II); B.M. Grenoble, E 30.137 (I et II); B.M. Troyes, Carteron 1769, 1770 (I et II); B.L., 637 24 (I); – 8050 c24 (I et II); U.S.A.: Un. of Minnesota, Mineapolis (I et II).

8Bibliographie H.P.L.P., t. I, p. 190.

Réédition dans le t. XV des Œuvres de M. Le Noble (Paris, 1718; La Haye, 1718 et 1726).

B.N., ms. f. fr. 21744. – Lettre de Le Noble, du 17 avril 1692, à La Reynie, Revue rétrospective, 2e série, t. 7, 1836. – Martin H.-J., Un polémiste sous Louis XIV: Eustache Le Noble (1643-1711), thèse de l'Ecole des Chartes, 1946, dact.

Historique L'astuce de Le Noble d'utiliser, une fois de plus, Esope afin de reprendre en douceur sa carrière de polémiste interrompue en novembre 1691, n'a dû tromper personne, et surtout pas les autorités. Au reste, Le Noble ne semblait-il pas prétendre jouer les Fénelon auprès des Fils de France? Dès le 17 avril, le commissaire Delamare et ses sbires procédaient à des saisies chez Jouvenel, Mazuel, Pasdeloup, et dans la chambre de prison de Le Noble, lequel allègua l'approbation de l'examinateur, le président Cousin, et protesta par écrit le même jour auprès de La Reynie. Le 5 mai, un arrêt du Conseil retirait le privilège, et signification en était faite à Le Noble le 8. Après divers transferts, le dépôt saisi était mis au pilon le 7 juillet. Il semble que le débit de L'Ecole des sages n'en ait pas été arrêté pour autant, car le lundi 17 novembre 1692, les formes de deux dialogues, qui avaient été laissées à Mazuel, furent brisées en présence de Delamare.

Philippe HOURCADE

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)