ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 368

ENTRETIENS DES OMBRES AUX CHAMPS ÉLYSÉES (1722-1723)

1Titres Entretiens des Ombres aux Champs Elisées, Sur divers sujets d'Histoire, de Politique et de Morale.

2Dates Janvier 1722 - janvier 1723. 3 tomes. Périodicité annoncée: mensuelle. Comme la 1re livraison paraît dans le courant de janvier 1722, promesse est faite «de regagner le temps au plutôt afin que chaque dialogue puisse paraître le 1er jour de chaque mois» (Avertissement, 1er Entretien). En fait, la 12e livraison est distribuée «aux étrennes de 1723».

T. I-II: 1722; t. III: 1722 et (dernière livraison) 1723.

3Description Chaque tome comprend 4 Entretiens qui correspondent à autant de livraisons (livraison d'une centaine de pages; pagination continue pendant un semestre). T. I, 414 p.; t. II, p. 417-624 + p. 1-198; t. III, p. 201-620. Chaque Entretien est précédé d'un Avertissement (du traducteur) ou d'une Epître non paginés.

Cahier de 24 p. in-12, 95 x 155.

Devises des Entretiens I-XI: I, Nemo malus felix Juvenal IV 8. II, «Ce monde-ci n'est qu'une œuvre Comique / Où chacun fait ses rôles différens. Rousseau». III, ... Non sine multa / Laude, sed in vitium libertas excidit. Horat. IV, «Le Monde est plein de foux, et qui n'en veut point voir, / Doit demeurer tout seul et casser son miroir. Petit. Satir». V, «Los que dan consejos ciertos à los bivos, son los muertos. Sent. Espag». VI, Rem difficilem optas humano generi, innocentiam. Senec. VII, ... Jure perhorrui / Late conspicuum tollere verticem. Horat. VIII, ... Jam non ad culmina rerum / Injustos crevisse queror. Tolluntur in altum / Ut lapsu graviore ruant. Claudian. IX, «Faire rire est un droit qu'on acquiert en naissant / Et rire l'un de l'autre est fort divertissant. Regnard». X, Ego spem pretio non emo. Terent. Adelph. XI, Patiare potius ipse, quam facias, scelus. Senec. Thebaïd.

Frontispice (Entretiens I et VII): au premier plan, des ombres arrivent, tandis que la barque de Charon déjà pleine s'éloigne; au-delà du Styx: un trône, au centre; à droite, les Champs-Elysées où des ombres par couples s'entretiennent au milieu des arbres.

4Publication A Amsterdam, chez Herman Uytwerf, Libraire (le 1er Entretien précise: «à côté de la Bourse, la 2de Maison du Cromelleboogsteeg»).

5Collaborateurs Antoine-Augustin BRUZEN DE LA MARTINIÈRE.

6Contenu Contenu annoncé: traduction très libre d'un ouvrage allemand intitulé Dialogues des morts et qui aurait paru à Leipzig en 1718 (en fait simple fiction).

Contenu réel: dans le cadre d'entretiens généralement précédés d'un court prologue, deux personnages célèbres (Princes, hommes politiques, écrivains, aventuriers...), qu'ils aient été ou non contemporains, qu'ils aient eu ou non un destin comparable, rapportent les principaux faits de leur vie. Sur la trame biographique se développent des réflexions générales et des récits, anecdotes, historiettes, épisodes, souvent dans un but illustratif, parfois à titre de simple digression. Chaque Entretien reposant sur une source distincte, l'ensemble constitue une sorte de vaste «compilation» d'où se dégagent cependant certains leitmotive d'ordre politique (portrait du bon Prince, problème du conseiller, rapport de la politique et de la religion...); satirique (maltôtiers, moines, faux dévots, libraires...); moral (ambition, gloire et héroïsme, vices et passions, liberté, vertu et bonheur).

Principaux centres d'intérêt: aperçus historiques (histoire ancienne et moderne, européenne et orientale, nationale et internationale...); le primat de la considération du bonheur public auquel doit tendre toute action politique; le piquant ou le burlesque du rapprochement de certains couples d'interlocuteurs et l'agrément de certains temps des dialogues.

Auteurs étudiés en tant qu'interlocuteurs mis en scène et dont la vie et les œuvres sont évoquées: Bayle, Machiavel, Molière, Mme Du Noyer, Rabelais, Scarron, Tavernier.

7Exemplaires Collection étudiée: B.M. Bordeaux, B. 10899 (1-3). Autres coll.: B.N., Z 16754 (1-3); B.M. Bordeaux, B 10900 (1-3).

8Bibliographie H.G.P., t. I, p. 252. DP2, art. «La Martinière».

Rééditions: 2e éd. revue et corrigée, Amsterdam, H. Uytwerf, 1723; Amsterdam, H. Uytwerf, 1729.

Mentions dans le Mercure de France (janv. 1722, p. 67-68), Mémoires historiques et critiques (juil. 1722, p. 55-65), Lettres cabalistiques (éd. 1737-1738, Lettre 118).

Historique S'inscrivant dans la lignée traditionnelle de Lucien, qui a été reprise notamment par Fontenelle, les Entretiens des ombres se présentent sous la fiction d'une traduction établie par «Mr. Valentin Jungerman» («c'est-à-dire jeune homme», Avertissement II) et faite très librement puisque l'auteur s'engage à ne pas «traduire en notaire et mot à mot» (Avertissement I). Fiction sans doute usée, mais dont La Martinière joue avec désinvolture: «qu'importe après tout qu'un livre soit traduit de l'allemand ou du suisse...», «je laisse au lecteur la liberté d'en croire tout ce qu'il lui plaira... (Avertissements III et VIII).

Cependant, si les Entretiens ne s'appuient pas sur un original allemand, ils n'en reposent pas moins sur des sources réelles et diverses: Histoires, Vies, Mémoires..., qu'il s'agisse de l'Histoire de la vie de Cartouche (1722), des ouvrages de Gregorio Leti: Vita di Sixto V (1669), Historia e memorie recondite sopra alla vita di Oliviero Cromvele (1692), Historia overo vita di Elisabetta Regina d'Inghilterra (1693)... (traduits en français), ou encore des Mémoires de Mme Du Noyer (1710) et de M. Du Noyer... «Je sais lire [...] et m'approprier ce qui convient à mon sujet»: l'aveu, formulé à propos de vers cités dans l'Avertissement II, a valeur significative. Interrogé sur la vérité des faits rapportés dans le 1er Entretien, La Martinière remarque que «les principales choses» relatives à Cartouche sont «répétées souvent dans les mêmes termes par l'auteur de l'Histoire de la vie de Cartouche» et laisse entendre que les deux écrivains ont pu apprendre les mêmes événements par des voies différentes (Avertissement II)...

Annoncés dès janvier 1722 par le Mercure de France, régulièrement publiés, les Entretiens des ombres ont-ils rencontré quelque succès? Dans ses Avertissements, La Martinière fait état de lettres particulières qu'il aurait reçues, de jugements prononcés dans des compagnies, des salons ou des cafés, invoque un compte rendu de presse, élogieux, il va sans dire, puisqu'il est tiré des Mémoires historiques et critiques dont lui-même est un des rédacteurs... Si l'on ne peut se fier à des appréciations aussi invérifiables ou partisanes, l'on ne saurait non plus s'en rapporter à d'Argens qui, dans ses Lettres cabalistiques, classe l'auteur des Entretiens des ombres parmi ceux qui ennuient le public et ruinent le libraire...

Dans l'Avertissement qui ouvre la 12e livraison, La Martinière annonce qu'il suspend sa publication, bien que, dit-il, le dégoût du public ne se soit pas manifesté et que la matière soit loin d'être épuisée. Mais il préfère s'arrêter à temps et prévenir prudemment «le malheur dont sont menacés les auteurs présomptueux qui croient ne pouvoir jamais rassasier les lecteurs». Déclaration sincère ou retraite imposée par les circonstances? En fait, il semble que, même s'ils ont été initialement regardés comme une brochure appelée à n'avoir aucune suite, les Entretiens des ombres, avec leurs «longs détails historiques», n'ont pas été totalement négligés. En témoignent les rééditions de 1723 et 1729. La Martinière a pu effectivement vouloir suivre les conseils de la prudence, outre que d'autres travaux ont pu alors l'appeler et lui faire paraître bien lourde l'obligation de la livraison mensuelle.

Robert GRANDEROUTE

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)