ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 400

ESSAIS CRITIQUES DE PROSE (1703)

1Titres Essays critiques de prose et de poesie.

2Dates Mai 1703. Permission de d'Argenson du 13 janvier 1703. Mensuel.

3Description Un numéro de 48 p. Cahiers de 16 et 8 p., 94 x 156, in-12. Marque au titre, bois (vase de fleurs à deux anses).

4Publication Paris. Pierre Ribou, proche les Augustins, à la descente du Pont-Neuf, à l'Image Saint Louis. 8 s. le numéro.

5Collaborateurs Auteur anonyme.

6Contenu Préface: «Le goût du public se gâte par le grand nombre d'ouvrages de toute sorte de littérature qu'on imprime aujourd'hui. Le Parnasse surtout aurait besoin d'une grande réforme» (p. 3); «on entreprend dans ces essais de glaner après les anciens, de faire un choix de ce qui mérite l'attention des savants, de faire la critique des ouvrages qui paraissent; j'entends une critique judicieuse et historique [...]; et enfin d'apprendre au lecteur le sujet qui a fait naître un si grand nombre d'ouvrages, dont la République des Lettres est inondée: en un mot d'en faire l'histoire critique» (p. 4).

Nouvelles littéraires, érudition sous forme de lettre à une dame anonyme, mais qui a «rapport [avec] Monsieur l'envoyé de Florence» à Paris (p. 8).

Auteurs cités: abbé Boutard, R.P. Bouhours, l'Arioste, Charpentier, Le Tasse, abbé Pic, Avellaneda, Lesage, Molard, Campra, Danchet, R.P. d'Espineuil, Le Clerc, Nicole, Gueudeville, de Visé, R.P. Pouget, abbé Tricaud, Grotius.

Rapport avec les journaux: parallèle du Mercure galant et de L'Esprit des cours, p. 27-30; compte rendu des Essais de littérature, p. 31-32.

7Exemplaires B.N., Z 48527.

8Bibliographie Mercure galant, juin 1703, p. 264-268: compte rendu; Mémoires de Trévoux, sept. 1703, p. 1701.

Historique Ce périodique avait la vaste ambition, surtout pour un mensuel à 8 s., comme les imprimait alors volontiers P. Ribou (voir notice de L'Erudition enjouée), de réformer et de purifier par la critique la République des Lettres: le Mercure de de Visé suivait avec sympathie une entreprise (Mercure galant, p. 265-266) d'autant plus agréable que son auteur anonyme y faisait un parallèle flatteur du journal parisien avec L'Esprit des cours du satirique Gueudeville.

A un moment où Mlle l'Héritier lançait chez le même libraire son périodique de L'Erudition enjouée, ces Essais, longtemps retardés (voir la notice à la fin: ils étaient annoncés pour janvier) et qui eurent une unique livraison, tentaient de trouver une place entre la savante délicatesse de la nièce des Perrault et l'érudition un peu pédante des Essais de littérature de Tricaud, que Ribou allait reprendre deux mois plus tard et que notre périodique appréciait peu. Mais ce périodique n'est pas inspiré par la coterie «moderne». Des réflexions sur le socinianisme, une bénignité marquée à l'égard de Nicole ou du catéchisme de Montpellier et, surtout, des critiques répétées contre le père Bouhours sentent quelque peu le jansénisme.

Pour le fond, et autant qu'on puisse en juger par cet unique numéro, l'auteur s'intéresse à l'histoire intellectuelle: académies et littérature de l'Italie, érudition antiquisante; il complète sa livraison de morceaux qu'il faut bien qualifier de remplissage. Un éloge de l'abbé Boutard, poète néo-latin et académicien de la Crusca, d'un certain Molard, auteur tragique marseillais (Marius et Scylla), de Ville-Maréchal, érudit dilettante, et du comte d'Albert de Luynes, auteur du Timandre (cf. B.N., ms. f. fr. 21948, nº 780, ouvrage attribué aussi à l'abbé Pic) indiquent un peu, par réfraction, le milieu intellectuel où se mouvait l'auteur des Essais.

François MOUREAU

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)