ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 530

GAZETTE DE TOULOUSE (1673-1752)

1Titres Gazette; mais du 27 avril 1681 au 21 mars 1684: Gazette de France.

2Dates 19 décembre 1673 - mars 1752. Manquent dans les collections françaises les années 1747-1752. Du 19 décembre 1673 au décembre 1746: 45 vol.

Périodicité hebdomadaire: le dimanche (mais il arrive que la Gazette soit distribuée le samedi ou le lundi).

A partir du nº 7 du 27 février 1674 et jusqu'en 1746, la Gazette est datée du jour de sa distribution à Toulouse (pour les Nouvelles ordinaires, à partir du 24 janv. 1674).

3Description Un volume contient les livraisons de 1673 (19 et 28 déc.) et 1674 (4, 23 janv., 13, 27 févr., 6, 21 mars, 10, 17 avril, 28 mai, 5, 12, 19, 25 juin, 2, 10, 16, 24, 31 juil., 7 août, 8 sept., 3, 18, 23 oct., 14 nov., 26 déc.) ainsi que des Nouvelles ordinaires de 1674 et d'autres pièces (76 occasionnels politiques dont 70 datés de 1672-1673 et dont certains sont des Extraordinaires, Relations ou Journaux venus du bureau d'Adresse des Renaudot).

Les volumes regroupant les livraisons de 1675 à 1701 (26 vol.) ne contiennent aucun Extraordinaire; une seule pièce étrangère (placet imprimé chez Jean Boude en 1686).

Les 18 autres volumes (1702-1746) renferment des Extraordinaires et de nombreuses autres pièces (par ex. Gazette d'Amsterdam, 16 nov. 1702, Gazette de Rotterdam, 17 sept. 1708, Courrier d'Avignon, 28 juin 1746...).

Pagination séparée par livraison en 1673 et 1674. Pagination continue pour l'année à partir de 1675.

Livraisons numérotées à partir du nº 2 du 24 janvier 1674.  1673 - 22 avril 1681: 12 p., in-4º à longues lignes (Gazette: 8 p., Nouvelles ordinaires: 4 p.).  27 avril 1681 - 21 mars 1684: 4 p., in-4º à double colonne (changement justifié sans doute par l'augmentation des frais; présentation moins soignée et typographie moins satisfaisante).  28 mars 1684 - 5 juil. 1692: 8 p., in-4º à longues lignes.  12 juil. 1692 - déc. 1746: 4 p., in-4º à double colonne.

Dimensions variables: 158 x 218 (19 déc. 1673 - 18 oct. 1674); 165-175 x 220-225 (1684-1692); 165-178 x 220-230 (1694-1746).

Titre précédé d'une variante de la vignette de l'édition de Paris (avec globe, aiguille de la boussole, étoiles de la Petite Ourse) à laquelle sont substitués, de juillet 1692 à février 1694, des feuillages entourant une fleur à cinq pétales.

Deux grandes palmes en écusson remplacent la devise de l'édition de Paris.

4Publication «A Tolose».  1673 - 13 mars 1675: «Par Jean Boude et J. Jacques Boude, Imprimeurs du Roy, des Estats Généraux de la Province de Languedoc, et de l'Université de Tolose».  20 mars 1675 - fin oct. 1677: «Par Jean Boude et la Veuve de J. Jacques Boude, Imprimeurs du Roy, des Estats Généraux de la Province de Languedoc, et de l'Université de Tolose, près le College de Foix». 10 nov. 1676 - 30 mars 1677: «Et se vendent à la Porterie à la boutique dudit sr. Boude».  Fin de 1677 - 1684, le nom de la veuve Boude disparaît et demeure seul celui de Jean Boude.  A partir du 28 mars 1684: «Chez Jean Boude, le jeune, à la Porterie, où se tient le Bureau des Gazettes de France et des Païs Estrangers». La précision «le jeune» disparaît en février 1689 et, de 1690 à 1695, on relève ou J. Boude ou J.J. Boude.  22 sept. 1696 - 30 août 1710, le nom de la veuve de J.J. Boude réapparaît; mais du 7 février 1705 au 30 août 1710, l'adresse est la suivante: «Chez la Veuve de J.J. Boude, C.G. Lecamus son fils, et J. Loyau, Imprimeurs et Libraires, à la Porterie».  A partir du 6 septembre 1710: «Chez Claude Gilles Lecamus, Imprimeur du Roi, des Estats Généraux de la Province de Languedoc, et Juré de l'Université, à la Porterie». Du nº 24 de juin 1739 au 21 novembre 1739, le nom de Lecamus n'est plus porté au bas de la Gazette (l'imprimerie de Cl.G. Lecamus est supprimée le 31 mars 1739, puis rétablie le 14 septembre). Il reparaît le 28 novembre 1739.

Prix: 1681-1701: 1 s. la pièce (cf. 15 avril 1681); abonnement annuel: 2 # 12 s. (cf. 22 avril 1681). 1702-1705: 15 deniers le numéro; abonnement annuel: 3 # 5 s. 1740-1748: 2 s. le numéro (cf. 27 févr. 1740); abonnement annuel: 5 # 4 s. (cf. 4 janv. - 2 avril 1740).

5Collaborateurs Si la Gazette a commencé à paraître en juin 1673, le fondateur est Pierre d'ESTEY. Mais, si l'on s'en tient au premier numéro qui subsiste (déc. 1673), les fondateurs sont Jean BOUDE et son fils Jean-Jacques BOUDE. La réimpression restera jusqu'en 1752 entre les mains de cette famille d'imprimeurs toulousains.

6Contenu Contenu réel: reproduction des nouvelles de la Gazette de Paris; rares nouvelles toulousaines ou régionales (5 mai 1681: vol dans une église du diocèse de Lodève; 15, 23 janvier 1686: deux nouvelles religieuses locales; 6 juin 1688, 13 mars 1701: autres nouvelles locales); à compter du 19 décembre 1679 et jusqu'en 1746 avec accentuation à partir de 1684, annonces de librairie relatives aux diverses parutions de l'imprimerie Boude (arrêts, déclarations, ordonnances, édits..., almanachs, livres religieux ou régionaux...), aux périodiques de France et de l'étranger; quelques autres annonces publicitaires (loterie: 1700, 1705-1707; remèdes: 1741).

Centres d'intérêt: comparaison avec l'édition parisienne de la Gazette (les «Nouvelles extraordinaires» ne sont pas, par exemple, toutes reproduites à Toulouse); témoignage du rayonnement de la Gazette; balbutiements d'une chronique locale.

7Exemplaires Collections étudiées:  1673-1674: 1er vol. décrit au début de la section 3 et qui est le seul aujourd'hui à regrouper les premiers numéros connus de la réimpression toulousaine: B.N., 4º Lc2 1 F.  1675-1746: B.M. Toulouse, LP.15.146: 44 vol.; lacunes: année 1693, certains numéros de 1685 (2, 6, 23 janv.; 27 mai; 17 juin; 22, 29 juil.; 12, 19, 26 août; 31 déc.); 1700 (19, 26 déc.); 1701 (1, 8 sept.); 1702 (1er janv.). La plupart des 26 premiers volumes (1675-1701) portent l'ex-libris «Pro communi Biblioteca Conventus Tolosani F.F. Praedic.»; les autres volumes (1702-1746) celui de «Bertrand, banquier à Toulouse».

Autres collections:  A.D. Haute-Garonne, 2 E 230 (Nouvelles ordinaires, un numéros de 1673 et le nº 25, 26 juin 1678); Br. 8º 1415 (Nouvelles ordinaires, nº 18, 20 mai 1674); 8º 1333: années complètes de la Gazette de Toulouse 1684, 1702-1706 (vol. 1702-1706 font partie de la même collection que vol. 1675-1701 de la B.M. de Toulouse); B.M. Carpentras, vol. F. 605: nº 1 et 2 de la Gazette de Toulouse de 1686; B.N., 4º Lc2 1 F: outre les années 1673-1674, sont conservées les années 1675-1696, 1710-1712, 1716-1733 (lacunes: 1688, nº 30, 31; 1692, nº 15-17, 26, 29, 35, 45-46; 1693, nº 1-5; 1695, nº 8; 1696, nº 32, 34-35, 37-43, 45-52). Les années 1675-1691, 1694-1696 sont suivies de nombreuses pièces dont les Extraordinaires. Les années 1710-1712, 1716-1733 ne contiennent que de rares pièces.

8Bibliographie Blanc-Rouquette M.Th., La Presse et l'information à Toulouse, des origines à 1789, Toulouse, Faculté des Lettres, 1967, p. 87-114. – Desazars de Montgaillard (baron), «Les débuts du journal à Toulouse», Mémoires de l'Académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse, 2e série, 1910, t. X, p. 219-244 et 1911, t. XI, p. 137-176. – Feyel, p. 378-390. – Wolff P. (sous la direction de), Histoire de Toulouse, Toulouse, 1974, p. 321 et 373-374.

Historique Lancée en 1631 par Renaudot (privilège du 30 mai 1631), la Gazette est tôt réimprimée dans certaines villes de province. Comme l'a montré G. Feyel dans son ouvrage, d'où est tiré l'essentiel de cette notice, c'est après Rouen et Lyon (1631-1633), Bordeaux et Tours (1638-1646) que Toulouse, chef-lieu de généralité, siège d'un évêché, d'une Cour Souveraine, d'une Académie..., voit la Gazette réimprimée dans ses murs. Peut-être les premières feuilles ont-elles commencé à paraître dès juin 1673 à l'initiative de Pierre d'Estey qui semble avoir été le premier fermier toulousain du Bureau d'Adresse. Mais le premier numéro conservé, daté du 19 décembre 1673, porte le nom et l'adresse de Jean et Jean-Jacques Boude qui ont dû devenir dans l'intervalle les nouveaux fermiers. Et c'est entre les mains de cette famille d'imprimeurs, installés à Toulouse depuis le début du XVIIe siècle, que demeurera la réimpression jusqu'en 1752: veuve de J.J. Boude (celui-ci meurt en mars 1675), remariée en 1677 à Claude Lecamus et de nouveau veuve, Jean Boude le jeune, son premier fils, puis, son second fils, Claude-Gilles Lecamus et l'épouse de ce dernier, Honorée Visquet. G. Feyel a retrouvé aux A.N. (Minutier central) divers baux passés au profit de la veuve de J.J. Boude et de Claude-Gilles Lecamus et de sa femme et où est mentionné le montant annuel du fermage qui passe de 170 # en 1690 à 220 # en 1751 (p. 378).

C'est encore G. Feyel qui évalue le temps nécessaire à l'envoi de la Gazette de Paris à Toulouse (une huitaine de jours) et à sa réimpression (une dizaine d'heures)  un temps marqué d'inévitables retards, variables d'ailleurs selon les saisons et tendant à se réduire de 1673 à 1752 (p. 123-127).

Réimprimée sur du papier de moins bonne qualité que la Gazette parisienne et dans une présentation moins soignée, la Gazette toulousaine était distribuée non seulement à Toulouse, mais aussi dans les «villes des provinces déppendantes du Parlement de Toloze, à l'exception de la ville de Montpellier». En fait, elle pouvait l'être même à Montpellier, bien que cette ville eût sa propre Gazette réimprimée dès avant 1700.

Après la révocation de tous les baux provinciaux de la Gazette en date du 1er août 1751, la Gazette de Toulouse n'en continue pas moins à paraître. Mais pendant quelques mois seulement: Pierre Barthès (Heures perdues, B.M. Toulouse, ms. inédit 2º Cahier, p. 43) nous apprend que la veuve Lecamus cesse définitivement de réimprimer la Gazette le 1er avril 1752. Le 29 avril, est publié le premier numéro de la nouvelle réimpression parisienne. Toulouse retrouvera une feuille (et d'intérêt proprement local) sept ans plus tard avec les Affiches de Caranove.

Robert GRANDEROUTE

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)