ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 555

GAZETTE DU COMMERCE (1763-1783)

1Titres Gazette du Commerce, Paris (1763); Gazette du Commerce, Province (1763); Gazette du Commerce (1764); Gazette du commerce, de l'agriculture et des finances (1er juin 1765); Gazette d'agriculture, commerce, arts et finances (3 janv. 1769).

2Dates 1 avril 1763 - 13 décembre 1783. 21 volumes.

Permis d'imprimer du 2 février 1763 sur le premier prospectus; permis d'imprimer daté du 24 avril 1765 sur le prospectus de la nouvelle formule.

Périodicité annoncée, 2 fois par semaine, le mardi et le samedi; 104 ou 105 livraisons par an, réunies en un vol; 2 vol. pour 1763 (Paris, province) puis un vol. par an (dans l'ex. de la B.N., les deux derniers volumes, incomplets, sont reliés ensemble).

3Description Composition du volume: 104 ou 105 numéros par an; en 1765 (changement de titre), nº 1 à 62.

1763: 336 p. (Paris) et 338 p. (province); 1764: 844 p.; 1765: 348 + 496 p.; 1766: 956 p.; 1767: 1038 p.; 1768: 1048 p.; 1769: 1038 p.; 1770: 992 p.; 1771: 838 p.; 1772: 832 p.; 1773: 832 p.; 1774: 840 p.; 1775: 832 p.; 1776: 844 p.; ensuite entre 820 et 840 p.

Cahiers de 8 p. in-4º, 180 x 248: 8 p. par numéro, plus 2 p. de supplément de juin 1766 à juin 1770; ensuite des suppléments mensuels qui manquent parfois.

4Publication Paris; à partir du 18 avril 1769: chez Knapen et Delaguette, imprimeurs libraires, pont Saint-Michel, puis Knapen seul.

Imprimeur: Prault (Gazette... Paris, 1763); Valleyre père (Gazette...Province, 1763 et Gazette, 1764); Knapen (16 juin 1764); Knapen et Delaguette (18 avril 1769) puis Knapen seul.

En 1763, l'abonnement à la Gazette de Paris coûte 15 #; celle de province coûte 18 #; les deux réunies coûtent 24 #; à partir de 1764 la Gazette est vendue 24 # (ou 5 s. la feuille à cette date); l'abonnement couplé avec le Journal d'agriculture, présenté dans le prospectus de 1765 comme un supplément de la Gazette, coûte 36 #.

5Collaborateurs Auteurs ou directeurs successifs: DUFRESNE, directeur (1763-1765); de GRACE, directeur (21 sept. 1765); abbé Pierre Joseph André ROUBAUD (fin mai 1770); Hubert Pascal AMEILHON (nov. 1777 - déc. 1781); abbé de FONTENAY (janv. 1782).

Collaborateurs réguliers: Le Trosne, Saint-Peravy, Du Pont en 1764-1766.

6Contenu Contenu annoncé: 1) Commerce en gros et en détail à Paris, en province et à l'étranger, mouvements des navires; 2) Banque, monnaies; 3) Observations des voyageurs; correspondances; 4) Réflexions des rédacteurs. A partir de juin 1770, la Gazette sera «réduite aux nouvelles»: 1) Etranger; 2) Nouvelles du royaume et des colonies: 3) Avis et annonces.

Principales rubriques: 1) Tableaux des exportations et importations, prix, etc.; 2) Correspondances des sociétés d'agriculture et «citoyens instruits»; controverses sur le commerce des grains...; 3) Extraits des «papiers anglais» sur le commerce, les colonies, etc. A partir de 1765: agriculture, commerce, finances. A partir de mai 1770: étranger (mouvement des navires, prix...); nouvelles du royaume, annonces (cours des changes, cours des effets publics...). En 1782: nouvelles internationales, agriculture, commerce, finances, arts, livres, etc.

Principaux centres d'intérêt: techniques agricoles; nouvelles commerciales et financières; colonies. Les correspondances de l'étranger, notamment de Russie, sont nombreuses, surtout dans les années 1770.

7Exemplaires B.N., S 4603-4624, un seul numéro pour 1782 (30 nov., p. 761-768); le nº 1 de 1783 manque; le dernier porte le nº 99 (13 déc. 1783).

8Bibliographie B.H.C., H.P.L.P., H.G.P. et DP2, art. «Ameilhon», «Benezech», «Le Trosne», «Roubaud», etc.

Mentions dans le Journal de l'agriculture. – Schelle G., Dupont de Nemours, Paris, 1888. – Weulersse G., Le Mouvement physiocratique en France (de 1756 à 1770), Paris, 1910. – Dufresne H., Erudition et esprit public au XVIIIe siècle. Le bibliothécaire Hubert Pascal Ameilhon, Paris, 1962.

Historique Le prospectus de février 1763 annonce la publication de deux gazettes, l'une pour Paris, l'autre pour la province, à partir du 1er avril: elles contiendront «tous les articles relatifs au commerce en gros, en détail et à la banque, tant à Paris que dans les principales villes du royaume et de l'étranger. Les marchandises et denrées de toutes espèces, leur prix courant, [etc.]». En fait dès janvier 1764, il n'y aura qu'une Gazette. Le privilège en avait été concédé pour trente ans, en août 1762, à Jacques Sébastien de Prépaud, ministre du prince de Spire, et à son fils Joseph Jacques de Prépaud de Grimat. Le 1er mars 1765 le privilège est acquis par Pierre Hennique, avocat à Paris et François Daufernet qui constituent une société avec Jules David Cromot, premier commis des finances, François Mesnard, également premier commis des finances, et Claude Lambinet de Saudray, avocat à Paris (sur les propriétaires successifs de la Gazette, voir l'article consacré à Pierre Benezech dans DP2). Le 1er juin 1765 la publication prend le titre de Gazette du commerce, de l'agriculture et des finances. Le nouveau prospectus, imprimé en avril, annonce à la fois la Gazette (avec un titre un peu différent de celui qui sera utilisé) et le Journal de l'agriculture, du commerce et des finances qui commencera à paraître en juillet 1765. Tous deux bénéficieront du soutien du ministère qui a estimé «qu'un écrit périodique, sur ces objets essentiels, devait être considéré bien moins comme un ouvrage littéraire, que comme un établissement politique et patriotique, également utile au public et au gouvernement». Aussi le contrôleur général a-t-il désiré que le privilège «en passât entre les mains de personnes attachées à son ministère». Les bureaux de l'administration sont invités à lui fournir des correspondances.

L'auteur du prospectus d'avril 1765 se félicite du rôle joué par la Gazette en faveur de la «libre exportation des grains»: au printemps 1764 notamment, plusieurs articles avaient soutenu la thèse de la liberté qu'un édit royal allait établir en juillet. Les controverses doctrinales tiennent alors une certaine place dans la Gazette. Dupont y fait paraître des articles sur le commerce des blés et une lettre sur «la grande et la petite culture» (20 et 27 oct. 1764), Saint-Péravy une lettre sur l'intérêt de l'argent (22 déc. 1764) et Le Trosne une attaque très argumentée contre «l'exclusion des vaisseaux étrangers pour la voiture de nos grains» (févr. - mars 1765). Mais au cours des années suivantes, la Gazette, rédigée semble-t-il par l'abbé Yvon, publie plusieurs fois des textes hostiles aux physiocrates; par exemple le 30 septembre 1766, contre l'expression de «classe stérile»; le 11 juillet 1767 (nº 55) contre le vocabulaire obscur utilisé dans les Ephémérides du citoyen: une réponse est publiée dans le supplément à ce numéro. Le 1er août 1767, l'Ordre naturel et essentiel des sociétés politiques de Le Mercier de La Rivière est annoncé avec des sarcasmes...

Cependant la Gazette est surtout consacrée aux nouvelles qui intéressent l'agriculture et le commerce: les informations sur les échanges, les prix, les techniques agricoles et aussi les affaires coloniales y sont abondantes. Le 3 avril 1764, pour le premier anniversaire du journal, l'article de tête demande aux Sociétés d'agriculture, aux négociants et aux «citoyens instruits» de communiquer tout ce qui leur paraît utile de «répandre dans le public» et cet appel semble avoir été entendu dans une certaine mesure. Des «extraits des papiers anglais» apparaissent fréquemment (sur Saint-Domingue, le conflit entre l'Angleterre et ses colonies d'Amérique...). A partir de juin 1766 les informations concernant les prix et les mouvements de navires sont pour la plupart rejetées dans un Supplément, généralement de 2 p., adjoint à chaque livraison. Par ailleurs le Journal de l'agriculture est toujours considéré comme le supplément de la Gazette.

Le 19 mai 1770, l'abbé Roubaud, chargé de la rédaction, annonce «la nouvelle forme» du Journal de l'agriculture et de la Gazette, qui sera désormais «réduite aux nouvelles». Elle publiera de nombreux tableaux des «prix des grains et denrées», qui seront parfois donnés sous forme de suppléments mensuels (par exemple «supplément du mois de novembre, attribué au nº 105, de décembre [1771]»). Les correspondances de l'étranger sont assez fournies, notamment celles de Russie. A partir de la fin de 1770, l'abbé Roubaud doit renoncer à défendre les thèses physiocratiques (voir à ce sujet sa lettre à Linguet dans la Gazette du 22 nov. 1774, p. 750).

Le 11 novembre 1777, Ameilhon, nouveau directeur de la Gazette et du Journal de l'agriculture, qu'il va ressusciter, expose sa conception des deux périodiques. Il est proche de Necker (les articles doivent être envoyés sous le couvert du Directeur général des Finances). A la fin de 1778, Pierre Benezech se rend maître du privilège de la Gazette et du Journal au nom de ses associés pour les Affiches (la baronne de Boëil, Perrot de Chezelles, Boussaroque de La Font). En janvier 1782, Louis Abel Bonafous de Fontenai (l'abbé de Fontenay) prend la direction de la Gazette en même temps que celle du Journal. La Gazette publie alors d'assez nombreuses correspondances de l'étranger. Les deux publications cesseront d'exister à la fin de 1783 et seront absorbées par les Affiches.

Georges DULAC

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)