ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 560

GAZETTE ET NOUVELLES ORDINAIRES (1632)

1Titres Gazette et nouvelles ordinaires de divers pays loingtains.

2Dates Le seul exemplaire connu est daté du 9 janvier 1632. Il est d'ailleurs très probable que cette gazette, une parodie de la Gazette de Renaudot, n'eut jamais que cette seule et unique livraison.

3Description 4. p. in-4º, paginées 1-4, format rogné 158 x 211, aucun décor typographique.

4Publication Au bas de la p. 4 figure l'adresse fantaisiste: «De la Boutique de M. Jaques Vaulemenard, Musicien ordinaire de la basse Andalousie, ce 9 janvier 1632».

6Contenu Le rédacteur de cette parodie est manifestement un esprit libre et sceptique. Comme Renaudot dans la Gazette, il enchaîne onze nouvelles. En dehors de «Guabardemechi au Pelloponesse», un pays sous domination turque, il les localise prudemment en dehors d'Europe, dans les pays du Sud. Quelques dénominations sont purement fantaisistes: «l'isle des Vesugues, Tubinge, Bisnagar et Narsingue, Dargagourin, la Tour fergon». Le genre parodique lui permet une assez bonne réflexion sur le contenu même de l'information. Nouvelles retenues: trois guerres, deux soulèvements, une famine doublée d'une peste, des catastrophes (tremblement de terre, incendie). Deux autres nouvelles, teintées de scepticisme, sont une réflexion sur certains méfaits de la religion (le tombeau de Mahomet), ou bien le merveilleux (des perroquets, affamés, finissent par manger les hommes). Les guerres sont provoquées par les querelles parfaitement futiles de princes toujours soucieux de maintenir leur réputation. Les soulèvements des peuples sont réprimés de façon horrible. L'incendie, localisé en Chine, permet quelques piques contre les jésuites. Le genre burlesque grossit les effets. Par exemple: «Les Penexesagoularogues se sont exemptez de guerre, mais non pas de famine, qui y a esté telle que les meres ont mangé leurs enfans dans leur ventre, apres avoir despendu les justiciez». Ou bien, cette répression en pays musulman: «Leurs desseins sont tous avortez, le Roy en a faict escorcher trois cens des plus seditieux, et de leurs peaux en a fait fouëtter publiquement trois cens autres». Après avoir énuméré les merveilleuses prédictions «d'un nouvel astrologue», des vérités d'évidence telles que «l'esté sera plus chaud, et la neige en hyver sera plus blanche», ou bien (petite pique contre le médecin Renaudot?) «les fort malades se porteront tres mal: et la phlebotomie n'empeschera pas de mourir ceux qui n'auront plus de sang dans les veines», la dernière nouvelle, «venue» de Malaca s'achève sur cette mise en garde: «nous sommes menacez de quantité de fausses nouvelles, dont Dieu par sa saincte benediction nous veuille preserver et nous conduise au port de salut». Cette petite satire du monde de l'information, cette réflexion sur le contenu de la nouvelle et sur le merveilleux, on dirait aujourd'hui le «sensationnel», prouvent tout autant le succès de la Gazette de Renaudot, tout juste née, que la popularité de très nombreux occasionnels, où depuis le XVIe siècle, le merveilleux se séparait mal de l'information véritable.

7Exemplaires B.N., 4º Lc2 10.

Gilles FEYEL

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)