ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 617

L'INDIGENT PHILOSOPHE (1727)

1Titres L'Indigent Philosophe. Premier feuille. A partir de la seconde feuille: L'Indigent Philosophe ou l'Homme sans soucy.

Continuation du Spectateur Français. Continué par Le Cabinet du philosophe.

2Dates Très probablement fin mars - début juillet 1727. Un volume. Le privilège est du 24 avril 1727 (les deux premières feuilles jouissaient d'une simple «permission» de Hérault; 19 mars et 12 avril). Périodicité approximativement bimensuelle. En tout, sept livraisons (Approbations, de Passart: mercredi 19 mars, vendredi 11 avril, mardi 22 avril, jeudi 8 mai, dimanche 25 mai, vendredi 13 juin, samedi 15 juillet).

3Description 7 feuilles de 24 p., paginées successivement 1-168, in-12.

4Publication Paris, Noël Pissot, quai de Conty, vis-à-vis la descente du Pont-Neuf, à la Croix d'Or. Flahault, quai des Augustins, du côté du Pont Saint-Michel, au Roy de Portugal. Et, à partir de la seconde feuille, Pierre Huet, au Palais, sur le second perron de la Sainte-Chapelle, au Soleil Levant.

5Collaborateurs Pierre Carlet de MARIVAUX.

6Contenu Contenu annoncé: les «espèces de Mémoires» d'un indigent: «Je viens d'acheter quelques feuilles de papier pour me mettre par écrit, autrement dit pour montrer ce que je suis et comment je pense». Il promet d'«écrire tout couramment [ses] pensées». «Je suis naturellement babillard, il faut que cela se passe» (début de la première feuille).

Contenu réel: essentiellement «un essai de ce qu'on pourrait faire en écrivant au hasard ce qui viendrait à l'imagination» («Avis de l'Imprimeur au lecteur», dans l'édition collective du Spectateur Français, publiée par Prault en 1728). Plus traditionnellement, on pourrait définir le contenu en se référant aux rubriques que permet de distinguer la table de 1728, à peu près certainement rédigée par Marivaux: 1) Critique sociale («Civilité», «domestiques», «fortune», «grands», «gueux», «ministres d'Etat», «pauvres, leur bon appétit», «repas des pauvres», «riches», «table gênante»...); 2) Observation des êtres («amour de roman», «comédiens de campagne», «femmes savantes (des)», «fermeté masquée», «Français», «galanterie entre la poire et le fromage», «mariage d'une jeune fille avec un vieillard», «musicien», «Paris. Les mœurs et les caractères des habitants», «prodigue»...); 3) Réflexions morales («amitié», «estime», «habits. Leur pouvoir», «modestie», «orgueil», «vertu»...); 4) Métaphysique («esprit [de la]», «gens de bien», «Homme», «méchant», «nature»...); 5) Relations entre auteurs et public («Auteurs. Les caractères de la plupart»; «Lecteurs», «livres, livrets et brochures», «préface»).

Centres d'intérêt: un éclat qui permet à Marivaux d'approfondir ses «réflexions» après une période de crise. Deux «gueux» face à la société et à la culture de 1727. Envers et contre tout, un message de joie.

Auteurs étudiés: allusion à «un gaillard», «maître Ovide», à la fin de la troisième feuille.

Tables: dans les éditions collectives du Spectateur français, «table alphabétique des principales matières», imitant le genre de table (index) qui caractérisait le Spectateur ou le Socrate moderne, «Amitié, Amour de, roman Auteurs», etc.

7Exemplaires B.M. Poitiers, D. 3121. On n'a pu retrouver à ce jour qu'un exemplaire de l'édition originale, par feuilles: ce volume conservé à la B.M. de Poitiers, où les sept feuilles sont reliées avec les Essais hebdomadaires sur plusieurs sujets intéressants de Dupuy (1730).

On trouve dans certaines bibliothèques des exemplaires de l'édition séparée procurée par Pierre Prault au début de 1728: B.N., R. 20142; B.M. Avignon, 8º 55618; B.M. La Rochelle. Mais le plus souvent cette édition est incorporée à l'édition collective du Spectateur français, vendue quelques semaines plus tard par le même imprimeur-libraire (B.N., B.M. Alençon, Avignon, Montpellier, Roanne, Valenciennes...). Les exemplaires des éditions collectives de 1752 et 1761 sont plus fréquents encore.

Exemplaires rares: ex-libris, édition de 1728, B.M. Montpellier: M. Silva, maître des requêtes; B.M. La Rochelle: Desroches, chanoine (puis bibliothèque de l'église-cathédrale de La Rochelle). Ex. de M. Deloffre: Guérin, puis Denis de Pange (1750) puis M. Rebours, rue Meslée, puis J. Vernesson (1801) («A Paris, le 7 mai»). Editions suivantes: voir le Spectateur français.

8Bibliographie Réédition séparée chez Pierre Prault au début de 1728. Dans des éditions collectives du Spectateur français: 1728 (avril), 1752, 1754, 1755, 1761; Journaux et œuvres diverses, Class. Garnier, 1969, 1988. Dans les Œuvres complètes de Marivaux: 1781 (t. IX), 1825-1830 (t. X).

Mentions dans la presse du temps: Bibliothèque française, t. IX, 2e partie, p. 315-316; t. X, 1re partie, p. 152 (1727).

Articles et monographies: mises à part quelques pages dans des études générales sur Marivaux, de G. Larroumet, M. Arland et surtout de Jean Fabre et Henri Coulet (Marivaux romancier, Paris, Colin, 1975): – Greene E.J.H., «Marivaux's philosophical bum», l'Esprit créateur, vol. I, nº 4, Winter, 1961, p. 190-195. – Matucci M., L'Opera narrativa di Marivaux, Napoli, Pironti e figli, 1962, p. 140-155. – Idem, «Marivaux e “l'Arlecchino selvaggio” del Nouveau Théâtre Italien», dans Studi in onore di Carlo Pellegrini, Societa Editrice Internazionale, 1963, vol. II, p. 289-299. – Greene E.J.H., «A philosopher on the stage and on the roads: L'Indigent philosophe», p. 99-106, Marivaux, Univ. of Toronto Press, 1965. – Gilot M., «Deux miroirs insolites: La Chute et l'Indigent philosophe», Bulletin de la Faculté des lettres et sciences humaines de Grenoble, oct.-déc. 1967, p. 25-31. – Jacoebée W.-P., La Persuasion de la charité. Thèmes, formes et structures dans les journaux et œuvres diverses de Marivaux, Amsterdam, Rodopi, 1976. – Sturzer F., «Exclusion and coquetterie. First-Person narrative in Marivaux's L'Indigent philosophe», The French Review, vol. LV, nº 2, avril 1982, p. 154-170.

Historique La publication de l'Indigent philosophe, pour lequel Marivaux, sous le nom du Sieur a***, obtient un privilège de trois ans le mardi 22 avril 1727, met fin dans sa carrière à une assez longue période de silence (quinze mois) et sans doute à une phase de crise dont nous avons au moins un témoignage, la lettre de l'abbé Bonardy, indiquant, le 8 mars 1726, que le poète «s'est brouillé avec Lélio et sa femme». Tout se passe comme si, après un temps de création silencieuse (le 16 février la veuve Coutelier a sollicité une approbation et un «privilège général» pour la «Vie de Marianne ou les Aventures de Mme la Comtesse de M***»), il était de nouveau avide d'entrer en contact avec le public. Le 30 janvier, les Comédiens-Français ont reçu La Surprise de l'amour. Le 2 mars le principal éditeur de L'Indigent philosophe, Noël Pissot, a demandé un privilège pour L'Héritier de village, Le Dénouement imprévu, Le Prince travesti, Annibal. Enfin, le dimanche 22 avril (donc deux jours plus tôt et trois semaines après le lancement probable de L'Indigent), Pierre Prault vient de soumettre à l'approbation «Le Spectateur Français par le Sr de Marivaux» et d'obtenir pour cette première édition collective un privilège de huit ans. Rien ne révèle mieux que cette coïncidence la filiation entre le Spectateur et ce nouveau journal. Marivaux n'a certainement jamais pensé prolonger très longtemps L'Indigent philosophe. Ce qui est sûr, c'est que la suite immédiate de L'Indigent, abandonné au milieu de juillet, c'est L'Ile de la raison ou les petits hommes, accueillie avec transports par les Comédiens-Français le 3 août.

Michel GILOT

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)