ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 674

JOURNAL DE MONSIEUR (1776-1783)

1Titres Le Journal dédié à Monsieur, frère du Roi. Table générale des journaux anciens et modernes, «contenant les jugements des journalistes sur les principaux ouvrages de tout genre; suivie d'observations impartiales, et de planches en taille-douce ou en couleurs, par une société de gens de lettres».

A partir de 1781: Journal de Monsieur, Frère du Roi.

2Dates Septembre 1776 - août 1777, puis octobre 1778 - 1783. Revue mensuelle. 12 livraisons par an pour la première période; interruption et périodicité irrégulière de 1778 à 1781. De 1781 à 1783, trois livraisons par mois, 36 par an. La collection complète devrait comprendre 30 volumes (12 pour la première période, 18 pour la seconde).

3Description Pour la première période, 12 volumes doubles en 6 tomes (3 «Anciens» et 3 «Modernes»). Livraisons de 240 p. environ, de pagination continue: 120 p. pour les «Anciens», 120 p. pour les «Modernes». A partir de 1781, la livraison est de 72 p. en général (parfois 56 ou 96 p.). Pagination continue par tome de 440 p. environ. Cahiers de 24 p. in-12, 95 x 160.

Devise: ... justique tenorem / Flectere non odium cogit, non gratia suadet. A partir de 1781, t. II: Non odium, non gratia flectet.

4Publication «A Paris, chez Demonville, imprimeur libraire de l'Académie Française, rue S. Severin, Aux armes de Dombes»; pour les t. III et IV, en 1777, «Chez Valleyre l'aîné, imprimeur-libraire, rue de la vieille Boucherie». En 1781 et 1782, «A Paris, de l'imprimerie de Knapen, au bas du pont S. Michel»; en 1783, «A Paris, de l'Imprimerie de Monsieur».

Abonnement à 24 # pour Paris, 30 # pour la province.

5Collaborateurs Jacques GAUTIER DAGOTY, rédacteur principal en 1776-1777; la présidente Charlotte d'ORMOY pour la fin de 1778 et 1779; Julien-Louis GEOFFROY et Thomas-Marie ROYOU à partir de 1781. Les Affiches du Dauphiné donnent pour auteurs principaux Clément et Royou (3 janv. 1783).

6Contenu Pour la période 1776-1777, le titre développé annonce très exactement le contenu. On trouve, pour la partie «Anciens», des extraits de journaux du XVIIe siècle et du début du XVIIIe (Journal des savants, Mercure galant, Mémoires de Trévoux, etc.). La partie «Modernes» donne des extraits des journaux paraissant la même année ou l'année précédente. Outre les extraits d'ouvrages scientifiques, on trouve des mélanges littéraires, des annonces et une «table générale et raisonnée du Journal de Paris». Les planches et gravures sont relatives aux sciences naturelles. Chaque volume devait se terminer par des anecdotes de la vie politique. Vers la fin de 1778, le journal ressemble aux magazines de l'époque. Entre 1781 et 1783, la division «Anciens» et «Modernes» disparaît pour laisser place à des sujets actuels et à des comptes rendus de livres, d'almanachs, à des poésies fugitives, des «nouvelles littéraires» et surtout à d'intéressants et nombreux comptes rendus de pièces de théâtre contemporaines. On note une attitude nettement défavorable à Voltaire et à la philosophie des Lumières.

7Exemplaires B.M. Grenoble, Presse 2138 (années 1776-1777, 4 vol. sur 12), F 19020 (coll. complète en 18 vol. pour 1781-1783); B.N., Z 51207-51227.

8Bibliographie B.H.C., t. III, p. 205-211.

Historique Gautier Dagoty acquiert en 1776 le privilège d'un Journal dédié à Monsieur, et lance le premier numéro en septembre 1776, avec une dédicace signée «par la Société, G**, d'A**, D**, S**, M**» (Gautier d'Agoty, Dessinateur de Sa Majesté?). Il s'agissait apparemment de la société familiale fondée par Dagoty en 1746 pour exploiter le procédé de reproduction gravée en couleur qu'il avait mis au point (cf. DP2, art. «Dagoty»), et qui avait déjà été à la base du privilège des Observations sur l'histoire naturelle. Comme le dit le titre développé, le Journal de Monsieur donnera lui aussi une place importante aux planches en couleurs. Toutefois, Dagoty semble avoir été plus soucieux d'exploiter son privilège que de faire vivre son journal; au bout d'un an, il cherche à le revendre. Les Mémoires secrets déclarent, le 12 septembre 1778: «On avait commencé un Journal de Monsieur. Il a été interrompu un an et reparaîtra au 1.10 sous les auspices de Madame la Présidente d'Ormoy». Toutefois, Mme Chaumet, présidente d'Ormoy et romancière en faveur, ne réussit guère à étendre le public du journal; en 1781, elle dut le vendre à Royou, pour la somme de 4000 # si l'on en croit les Mémoires secrets (2 nov. 1782). Royou est associé à Geoffroy qui prend en main la rédaction du journal, pour faire pièce à L'Année littéraire (voir le texte de la Correspondance secrète, t. II, p. 48, cité par Hatin, H.P.L.P., t. III, p. 210); Royou et Geoffroy figurent ensemble sur la page de titre en 1781; toutefois, Royou est seul à figurer sur les volumes de 1782-1783. Le journal parvint à remonter jusqu'à 300 soucripteurs (M.S., 2 nov. 1782), chiffre très insuffisant. Il tomba en 1783, «faute de souscripteurs» (La Harpe, cité dans DP2); d'après les Mémoires secrets (2 nov. 1782), il s'était attiré la réputation de «satirique effréné, chien enragé»; les Affiches du Dauphiné signalent son «courage inébranlable à résister aux novateurs» (3 janv. 1783). En fait, le Journal de Monsieur eut dès le début beaucoup de mal à s'assurer une place sur un marché déjà tenu par l'Esprit des journaux (1772-1818) puis par l'Esprit des gazettes (1780-1797), et la tentative de renouvellement du journal par Royou en 1782 est sans doute arrivée trop tard pour le sauver.

Abderrahman MOALLA

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)