ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 696

JOURNAL DES BEAUX-ARTS ET DES SCIENCES (1768-1775)

1Titres Journal des Beaux-Arts et des Sciences, dédié à Monseigneur le Comte de Saint-Florentin, «Ministre et Secrétaire d'Etat, Commandeur des Ordres du Roi etc. Par M. l'Abbé Aubert». (Le duc de la Vrillière remplace le comte de Saint-Florentin à partir de juillet 1770).

En 1774: Le Journal des Beaux-Arts et des Sciences, «dédié à son Altesse Royale Mgr le Comte d'Artois, par MM. Castilhon, anciens directeurs du Journal Encyclopédique».

Continué par: Journal des Sciences et des Beaux-Arts (1776-1778).

2Dates Janvier 1768 - décembre 1775. 32 volumes. Privilège du 24 septembre 1767. Périodicité mensuelle (le 1er de chaque mois); 12 livraisons en 3 vol. par an.

Datation des volumes: 1768 (t. I-IV); 1769 (t. V-VIII); 1770 (t. IX-XII); 1771 (t. XIII-XVI); 1772 (t. XVII-XX); 1773 (t. XXI-XXIV); 1774 (t. XXV-XXVIII); 1775 (t. XXIX-XXXII).

3Description Chaque tome, en un volume, comporte 3 livraisons mensuelles de 190 p, 80 x 139, in-12.

Devise: In tenuitate copia (à partir de 1775). Frontispice: armes du comte de Saint-Florentin (jusqu'en février 1770).

4Publication Paris, Didot (à partir d'avril 1772, Moutard), quai des Augustins près du pont Saint-Michel.

La souscription est de 10 # pour les 12 volumes de l'année (Paris) et de 13 # (province). Le prix de chaque volume pour ceux qui n'ont pas souscrit sera de 24 s.

A partir de décembre 1769, «on souscrira aussi pour le dit Journal du 1er janvier 1770, chez Moutard, libraire».

A partir de 1774, on souscrit chez M. Castilhon, place Saint-Michel; à Liège chez Plomteux; à Toulouse chez Sacarau; à Lyon chez les frères Périsse.

5Collaborateurs Jean-Louis AUBERT.

6Contenu Le Journal déclare qu'il se propose de continuer les Mémoires de Trévoux.

Il traite des rubriques suivantes: théologie, droit, sciences, arts, philosophie, belles-lettres, histoire sacrée et profane, dictionnaires, médailles, estampes, nouvelles littéraires.

Auteurs cités: Voltaire, Rousseau, Dorat, l'abbé Batteux, Buffon, La Harpe, Montaigne, Le Tasse, Burlamaqui, Palissot, Court de Gébelin, Pindare, Delille, Virgile, Klopstock.

Chaque volume comporte une table des articles; le dernier volume de chaque année comporte une table des matières.

7Exemplaires B.M. Grenoble, F 18965; B.N., Z 22917-22959; B.M. Lyon.

8Bibliographie H.P.L.P.; H.G.P.; DP2, art. «Aubert» et «Castilhon».

Mention dans l'Avant-Coureur, 1771, nº 2, p. 30. Année littéraire, 1767, t. VII, p. 108-113. Affiches de Bordeaux, 1770, nº 13, 29 mars 1770, p. 55-56.

Historique L'abbé Aubert prit en charge la direction des Mémoires de Trévoux en 1767, succédant à l'abbé Saint-Léger, et il leur donna un nouveau titre: Journal des beaux-arts et des sciences, dédié au comte de Saint-Florentin.

Quand il fut nommé directeur de la Gazette de France en 1774, les frères Castilhon, anciens auteurs du Journal encyclopédique prirent la direction du Journal des beaux-arts et des sciences et se mirent sous le patronage du comte d'Artois. Il décidèrent de publier 4 volumes de suppléments par an, puis ils changèrent de libraire (Lacombe) en 1775.

Leur devise, In tenuitate copia, apparut pour la première fois dans le volume de juin 1775, en même temps que leur engagement à continuer les Mémoires de Trévoux: «Ce journal, connu autrefois sous le nom de Journal de Trévoux, fut de tout temps consacré aux sciences, à la littérature et aux beaux-arts. Nous nous sommes attachés depuis deux ans, à remplir les engagements que ce titre impose».

Les éditeurs décidèrent la même année de rendre leur périodique plus complet et de le publier plus fréquemment. Ils annoncèrent à leurs lecteurs en décembre 1775: «Nous entreprenons de donner dans des notices la filiation en quelque sorte de tout ce qu'il y a de nouveau dans les sciences, dans les arts, dans les inventions, dans les découvertes, et dans les établissements de tous genres littéraires et économiques. Ainsi cet ouvrage périodique sera un journal universel et comme le journal de tous les journaux» (p. 572). Un nouveau périodique était né: le Journal des sciences et des beaux-arts, publié à partir du 1er janvier 1776, pour faire suite au Journal des beaux-arts et des sciences.

Paul BENHAMOU

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)