ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 711

JOURNAL DES SAVANTS D'ITALIE (1748-1749)

1Titres Journal des savans d'Italie.

2Dates 1748-1749. Trois tomes. Périodicité annoncée: 4 tomes par an. Les deux premiers tomes (année 1748) sont datés de 1748; le 3e qui correspond également à l'année 1748 est, lui, daté de 1749.

3Description Chacun des trois tomes dont la pagination est continue comprend respectivement 10, 12 et 9 articles. T. I: XII + 300 p.; t. II: VIII + 301-592 p.; t. III: 593-868 p.

Cahiers de 16 p. in-8º, 95 x 160.

Sur la page de titre un portrait dont la tête est couronnée de laurier: Divus Iulius. Planches: t. II, p. 498 (dépliant), t. III, p. 752, 865 (dépliant).

4Publication «A Amsterdam, Aux dépens de la Compagnie». Les avis doivent être adressés franc de port «à Mr. Jean Wider nel Fondaco dei Tedeschi à Venise ou à Mr. Martin Veith marchand libraire à Augsbourg» qui les feront parvenir aux auteurs. Une liste est donnée de villes et de libraires où le Journal se vend (Pays-Bas, Allemagne, Suisse, Italie, France: Lyon, Paris).

6Contenu Contenu annoncé: proposer aux nations autres que l'italienne une idée claire et précise des livres nouveaux ou pouvant être considérés comme nouveaux (parce que non connus) qui s'écrivent en Italie et qui paraissent «les plus intéressants et les plus curieux». Les extraits seront plus ou moins détaillés selon la matière et parfois précédés d'une introduction propre à faciliter l'intelligibilité (t. I, Préface).

Contenu réel: comptes rendus d'ouvrages récents (de 1736 à 1747) parus en Italie, écrits en latin, en italien ou en français et qui ont trait à l'histoire (théologique, ecclésiastique, académique), à la littérature, à l'archéologie et aussi au droit, à la médecine, à la physique, aux mathématiques; pièces reproduites; nouvelles littéraires en provenance de différentes villes d'Italie.

Centre d'intérêt: aspects de la vie intellectuelle d'Italie autour de 1740.

Principaux auteurs étudiés: Algarotti, Benoît XIV, J.B. Bianconi, Léonardi, Muratori, marquis Scipion Maffei, cardinal Quirini, G. Verri, Zanotti.

Table des articles dans les t. I et III (non paginée). Une table générale est annoncée pour le t. IV.

7Exemplaires B.N., Z 51259-51261. Autre collection: B.M. Aix, D 7598.

8Bibliographie B.H.C., p. 569. Mention dans la Gazette littéraire de Ratisbonne (13e feuille).

Historique Sachant que les journaux littéraires ne sont jamais inutiles et que même les «médiocres» ont été bien accueillis, l'auteur, qui refuse de se nommer et pense que l'anonymat favorise la liberté de jugement du lecteur, entend combler le vide créé par la disparition de la Bibliothèque d'Italie (1728-1734). Bien qu'il ne séjourne pas lui-même en Italie (sans doute est-il établi en Allemagne), il se propose de rendre compte de l'activité intellectuelle italienne mal connue en Europe par suite peut-être du manque d'initiative des libraires de la péninsule et aussi en raison de l'importance des frais de transport, et, bien que le français ne soit pas sa langue maternelle, il se propose de rédiger son périodique dans cette langue parce qu'elle est la plus répandue chez les gens de lettres et que le latin eût donné à l'ouvrage (qui se situe pourtant dans la lignée des Bibliothèques érudites) un «air trop savant». Précisant que peu de personnes concourent à l'entreprise et que la critique est un exercice nouveau pour lui, il présente son premier tome comme un «coup d'essai» qui appelle l'indulgence jusque sur le plan de la typographie, car les imprimeurs ignorent la langue et l'orthographe française et ne travaillent pas sous ses yeux. Cependant, si on l'en croit, ce premier tome aurait été reçu favorablement par les savants «même du premier ordre». Au début du deuxième volume, l'auteur fait état de difficultés nouvelles: voyages imposés par des «devoirs essentiels», «dérangement de santé». Peut-être faut-il expliquer par là, du moins en partie, l'interruption du périodique après le troisième tome de l'année 1748 daté de 1749.

Robert GRANDEROUTE

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)