ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 759

JOURNAL LITTÉRAIRE 1 (1713-1737)

1Titres Journal Literaire.

2Dates Mai 1713 - 1737. 24 volumes; sans privilège. Périodicité annoncée: bimestrielle; périodicité réelle: cette périodicité bimestrielle ne fut respectée que pendant les deux premières années, t. I-V; en 1715 le journal parut encore 4 fois (t. VI et VII), mais à partir de 1716 le périodique fut publié très irrégulièrement, en principe 2 fois par an (t. VIII et IX de 1716 et 1717), mais même ce rythme ne se trouva pas toujours réalisable. De 1724 à 1728 le Journal ne parut pas du tout.

Datation des volumes: I, mai-août 1713; II, sept.-déc. 1713; III, janv.-avril 1714; IV, mai-août 1714; V, sept-déc. 1714; VI-VII, l'année 1715; VIII, l'année 1716; IX, l'année 1717 (publié en 1717-1718); X, les années 1718 et 1719 (publié en 1718 et 1720); XI, les années 1720 et 1721 (publié en 1722 et 1729); XII, les années 1722 et 1723-1728 (publié en 1723 et 1729); XIII-XIV, l'année 1729; XV-XVI, l'année 1730; XVII-XVIII, l'année 1731; XIX, l'année 1732; XX, l'année 1733; XXI-XXII, les années 1734 et 1735; XXIII, l'année 1736; XXIV, l'année 1737.

3Description Les différents volumes sont composés de deux parties, sauf le dernier qui n'a qu'une seule première partie. La composition des volumes est du reste très variable (voir ci-dessus).

Nombre des pages des volumes: t. I, [I-XVIII], 1-479, [480-498]; t. II, [I-III], 1-477, [478-492]; t. III, [I-III], 1-474, [475-486]; t. IV, [I-III], 1-464, [465-480]; t. V, [I-III], 1-456, [457-468]; t. VI, [I-III], 1-511, [512-527]; t. VII, [I-III], 1-462, [463-472]; t. VIII, [I-IV], 1-489, [490-498]; t. IX, [I-III], 1-468, [469-482]; t. X, [I-V], 1-491, [492-508]; t. XI, [I-IV], 1-492, [493-506]; t. XII, [I-V], 1-461, [462-472]; t. XIII, [I-XII], 1-487, [488-502]; t. XIV, [I-III], 1-484, [485-504]; t. XV, [I-III], 1-495, [496-506]; t. XVI, [I-III], 1-507, [508-518]; t. XVII, [I-IV], 1-501, [502-519]; t. XVIII, [I-III], 1-505, [506-524]; t. XIX, [I-III], 1-486, [487-504]; t. XX, [I-XIV], 1-447, [448-460]; t. XXI, [I-II], 1-474, [475-488]; t. XXII, [I-III], 1-478, [479-492]; t. XXIII, [I-II], 1-481, [482-492]; t. XXIV, [I-III], 1-222, [223-226].

Cahiers de 16 p., in-8º.

Illustrations: marque typographique de T. Johnson (t. I-XI, I; XII, I); ornements pour les autres tomes. Frontispice: gravure par B. Picart (I-IX); gravure par J. Houbraken (X); gravure par B. Picart (XX-XXIV); quelques planches.

4Publication Lieu de publication mentionné: La Haye. Nom de l'éditeur mentionné: T. Johnson (t. I-XI, I; XII, I); P. Gosse et J. Néaulme (t. XI, II, XII, II, XIII-XIX); J. Swart et J. Van Duren (t. XX, I); Jean Van Duren (t. XX, II, XXI-XXIV).

5Collaborateurs Fondateur: Thomas JOHNSON.

Auteurs ou journalistes: W.J. 's GRAVESANDE, 1713 - vers 1717; 1729-1733; J. VAN EFFEN, 1713-1722; A.H. de SALLENGRE, 1713-1715; Thémiseul de SAINT-HYACINTHE, 1713-1715; H.(?) ALEXANDRE, 1713-1715 (1718); P. MARCHAND, 1713-1718; 1729-1732; I. SACRELAIRE, 1729-1732; de SUPERVILLE, 1729-1732; Elie de JONCOURT, 1729-1732; A. LA BARRE DE BEAUMARCHAIS, 1732-1737.

Collaborateurs réguliers: G.(?) Burnet, G.(?) d'Artis, P. Desmaizeaux, B. Gibert, Le Bachellé, H. Brenckmann, Loubier et Mathurin pour la période 1713-1722; G. Cramer et J.L. Calandrin pour la période 1729-1732.

6Contenu Contenu annoncé: les journalistes qui étaient réunis dans une «société» promettaient des comptes rendus qui pouvaient être considérés comme les fruits des discussions communes; ainsi espérait-on éliminer une trop grande subjectivité et partialité que l'on devait signaler dans d'autres périodiques de l'époque. En outre les lecteurs profiteraient dans chaque article de toutes les compétences dont la société disposait. Le journal serait composé d'extraits de livres curieux et récemment publiés, de «quelques Pièces, soit en Prose, soit en Vers» et d'une rubrique de nouvelles littéraires.

Contenu réel: a) comptes rendus des livres; b) lettres et mémoires; c) nouvelles littéraires; et d) catalogue de divers livres nouveaux.

Principaux centres d'intérêt: théologie, histoire, arts et sciences, droit et belles-lettres. Grâce aux bons soins de 's Gravesande, les sciences et la philosophie sont bien représentées dans ce journal; Van Effen de son côté se chargea des livres et des nouvelles des Provinces-Unies et Marchand se consacra notamment à l'histoire ancienne et moderne, l'érudition bibliographique et la littérature française.

Principaux auteurs étudiés: J. Barbeyrac, P. Bayle, J. Bernard, H. Boerhaave, N. Boileau, G. Burnet, A. Collins, Crébillon fils, A. et A. Dacier, Fénelon, A. Houdar de Lamotte, G.W. Leibniz, J. Locke, Marivaux, J.B. Mencke, I. Newton, Paul Rapin-Thoyras, A. Reland, J. Saurin, J.A. Turrettin, Voltaire.

Tables: à l'exception du dernier volume, on trouve à la fin de chaque tome une table des matières.

7Exemplaires Nous avons étudié la réédition (Genève, Slatkine, 1968) de l'édition originale. Otto Lankhorst donne dans l'appendice 1 de son article, consacré aux éditeurs du Journal littéraire (Bots et de Vet, cf. ci-dessous) une liste des bibliothèques européennes et américaines où l'on trouve le Journal littéraire en partie ou intégralement dans l'édition du XVIIIe siècle.

8Bibliographie H.P.L.P., t. II, p. 283-288.

Rééditions: Genève, Slatkine, 1968, 6 volumes. Il y a également des rééditions de l'époque des huit premiers tomes et de la première partie du t. IX. On trouve un relevé complet de toutes les éditions et rééditions dans Otto Lankhorst (appendice 2 de son article, dans Bots et de Vet).

Mentions dans la presse du temps: Mémoires pour l'histoire des sciences et des beaux-arts, t. XIII, déc. 1713, p. 2086 et suiv.; Nouvelles littéraires d'Henri Du Sauzet, t. V, II, 23 mars 1715, p. 122. – Mattauch H., Die Französischen Zeitschriften des 17. und 18. Jahrhunderts..., Göttingen, 1965. – Hemprich P., Le «Journal littéraire» de La Haye, 1713-1737, thèse de doctorat, Berlin, 1915. – Bots H. et de Vet J. (rééd.), «Journal littéraire, 1713-1737», numéro spécial de Documentatieblad Werkgroep Achttiende Eeuw XVIII, 1986, p. 117-327 (avec notamment des contributions sur l'historique du journal par Leonie Ophof-Maass, sur les éditeurs du journal par Otto Lankhorst, sur Pierre Desmaizeaux correspondant anglais de la revue par Joseph Almagor, sur la tolérance par Frans Van Otten, sur la physico-théologie par H. Bots et J. de Vet, sur la querelle des Anciens et des Modernes par Marlies Schillings, sur la «littérature» française dans le Journal par Michel Uyen, sur la guerre des poètes dans les lettres néerlandaises par Peter Altena et sur les idées des journalistes du J.L. concernant les traductions des textes littéraires par R.J.M. Van de Schoor; toutes les contributions se terminent par un résumé en anglais). – Berkvens-Stevelinck C., Prosper Marchand. La vie et l'œuvre (1678-1756), Leyde, 1987, p. 110-114. – Carayol E., Thémiseul de Saint-Hyacinthe 1684-1746, Oxford, 1984. – Schorr J.L., Justus Van Effen and the Enlightenment, Austin, 1978. – Jacob M.C., The radical Enlightenment, London, 1981.

Historique Le libraire Thomas Johnson à La Haye qui fit paraître en 1713 le Journal littéraire put compter sur une «société» de journalistes qui avaient pris la responsabilité de la rédaction de ce nouveau périodique; il s'agit de W.J. 's Gravesande, A.H. de Sallengre, Thémiseul de Saint-Hyacinthe, J. Van Effen, H. Alexandre et Prosper Marchand qui s'engagea avec la société un peu plus tard en 1713. Notamment grâce à la correspondance de ce dernier, il est possible de reconstruire une partie de l'histoire externe de ce journal.

En décembre 1715 la «société» initiale se désagrégea à la suite d'un différend rédactionnel qui provoqua le départ de Sallengre et Saint-Hyacinthe (cf. Histoire critique de la République des Lettres, t. 13, 1717, p. 382 et 459). Marchand et 's Gravesande quittèrent la rédaction au cours de 1717 et J. Van Effen se retrouva seul, secondé peut-être encore quelque temps par Alexandre, secrétaire de l'ancienne équipe rédactionnelle. A cause de ces événements le journal ne parut à partir de 1719 qu'une fois par an et la rubrique «Nouvelles littéraires» disparut en grande partie. En 1723, le libraire Johnson qui avait encore fait paraître le t. XII, I, de 1722, arrêta la rédaction du J.L. et c'est seulement sept ans plus tard, en 1729, que Gosse et Neaulme publièrent un nouveau t. XII, II, qui combla la lacune des années précédentes. A partir du t. XIII la rédaction fut assurée par P. Marchand et W.J. 's Gravesande qui constituèrent une nouvelle équipe; parmi eux il y avait le beau-frère de 's Gravesande, Isaac Sacrelaire, le pasteur de Superville, fils du théologien Daniel de Superville, et Elie de Joncourt, professeur de philosophie à l'Ecole Illustre de Bois-le-Duc. La nouvelle rédaction fit savoir dans l'Avertissement du t. XIII qu'elle suivrait les mêmes concepts rédactionnels que la première «société» et que les extraits et les nouvelles résultaient toujours de travaux collectifs, de discussions communes: «Ainsi, ce ne sera que de cette Société en général que pourra se plaindre un Auteur qui se croira lésé».

Cette deuxième phase du Journal littéraire fut déjà interrompue en 1732, après la parution du t. XIX; la revue passa alors aux mains d'autres libraires (Swart et Van Duren) et la seconde société se consacra à la rédaction d'un nouveau journal portant comme titre Journal historique de la République des Lettres (1732-1733) qui parut chez Haak et Luchtmans à Leyde. Dans la Préface du t. XX du Journal littéraire on lit qu'à nouveau une société, «dont les Membres se partagent entre eux les matières, et qui tous ensemble examinent et jugent scrupuleusement ce que chacun d'eux aura composé», est responsable de la rédaction; c'est néanmoins Antoine La Barre de Beaumarchais qui semble avoir rédigé tout seul les derniers tomes du journal. Comme ce dernier s'attira beaucoup d'ennuis en publiant en même temps une partie des Lettres sérieuses et badines sur les ouvrages des savants et qu'il était écrasé par le travail, il laissa en 1735 la rédaction du J.L. à un certain Mr. de La Hode (cf. art. «Beaumarchais», DP2). En 1736 et 1737 parurent encore deux tomes, mais ce dernier volume ne comptait que 222 p.

Il est hors de doute que la première phase (1713-1722) du Journal a été la plus importante; en ces années le périodique contient un grand nombre d'articles intéressants tels que ceux qui se rapportent à la discussion entre Newton et Leibniz qui se contestaient l'invention de la méthode du calcul infinitésimal et des fluxions ou les contributions concernant la Querelle des Anciens et des Modernes.

Hans BOTS

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)