ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 764

JOURNAL LITTÉRAIRE [DE SOLEURE] (1705)

1Titres Journal littéraire du mois de janvier [-décembre].

2Dates Janvier - décembre 1705. 8 livraisons. La publication devait être mensuelle, elle est en fait bimestrielle; les numéros sont datés de janvier, février-mars, avril-mai, juin-juillet, août-septembre, octobre-novembre, décembre.

3Description Un volume de 578 p. de pagination continue: p. 1-93 (janv.), 97-180 (févr.-mars), 185-261 (avril-mai), 265-355 (juin-juil.), 361-438 (août-sept.), 441-515 (oct.-nov.), 519-578 (déc.).

Cahiers de 8 p. in-8º, format apparent in-12, 93 x 158. Planche de médailles, p. 257.

4Publication «A Soleure, Chez Joseph Le Romain, à l'Enseigne de la Sainte Ampoulle» [Paris].

5Collaborateurs Charles Louis HUGO et divers collaborateurs, dont Anthelme TRICAUD.

6Contenu Cette bibliothèque savante donne des extraits, des comptes rendus d'ouvrages savants de théologie, d'histoire, d'archéologie, des mémoires et dissertations sur des points d'érudition, avec une sorte de curiosité ouverte sur tous les domaines; elle donne aussi des nouvelles, des mises au point et des lettres de lecteurs, qui ouvrent ou continuent des polémiques, avec un désir manifeste de rompre des lances avec les jésuites.

Tables à la fin de chaque livraison, table générale à la fin du volume (16 p. non chiffrées).

7Exemplaires B.N., Z 52130 (relié avec les Remarques critiques sur un livre intitulé Essais de littérature, pamphlet de Pelhestre contre Tricaud).

8Bibliographie DP2, art. «Hugo» et «Tricaud».

Historique Le Journal littéraire publié sous fausse adresse de Soleure est à la fois une bibliothèque savante et un journal janséniste ouvert à des polémiques religieuses; il paraît peu de temps après les Essais de littérature de Tricaud et les Remarques critiques de Pelhestre. Le numéro de janvier contient un long plaidoyer en faveur de Tricaud (p. 63-66) et raconte comment, après avoir sauvé Faydit de l'exil, il a été dénoncé par lui comme janséniste; on cite la lettre de cachet qui le frappe le 2 novembre 1704, on regrette la disparition des Essais. Tricaud n'est pas pour autant l'auteur du J.L.: dans une lettre au rédacteur, datée du 27 mars 1705 (févr.-mars, p. 171-173), il précise la cause de la cessation des Essais: «Le changement de Libraire, son peu de correspondance dans les Provinces, accrochèrent l'Ouvrage au mois d'août, & je me condamnai de moi-même au silence». Il arrive à plusieurs reprises que Tricaud écrive au journal (cf. p. 313-321, 400-410), mais jamais en tant que rédacteur. Charles Louis Hyacinthe Hugo, abbé d'Etival, semble au contraire utiliser le journal pour répondre à ses adversaires: il a déjà eu maille à partir avec Faydit en 1702, et il est sans doute l'auteur de l'apologie de Tricaud publiée dans le J.L.; il répond à l'abbé de Lorcot, qui avait attaqué sa Vie de saint Norbert, parue en 1704 (cf. févr.-mars, p. 97 et suiv., p. 420 et suiv.; cette dernière réplique a paru également en pièce séparée). S'il n'est pas le seul responsable de ce journal très indépendant et imprévisible, il en est du moins l'un des plus fougueux animateurs.

Jean SGARD

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)