ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 770

JOURNAL MILITAIRE 1 (1757)

1Titres Journal militaire publié avec permission.

2Dates Août 1757. 1 vol. Périodicité annoncée: tous les cinq jours (p. 8).

3Description Numéro unique, 23 p. Cahier de 12 p., 95 x 145, in-12.

Devise: Arma virumque cano.

4Publication Au quartier général [Hanovre]. Curieuse typographie qui inverse souvent minuscule et majuscule (prote allemand?).

6 s. de France le numéro; 4 # 10 s. pour trois mois (p. 9). Abonnement pris au bureau de l'auteur, au quartier général, ou chez les directeurs des postes (p. 10).

5Collaborateurs François Antoine de CHEVRIER (Dédicace à Richelieu signée «Chevrier». Hanovre, 15 août 1757).

6Contenu Dédicace: «Un ouvrage que l'amour de la patrie et que la vérité dictent» (p. 4). «Ecrit sous les yeux du chef et revu par Monsieur le Major général de l'Armée, il portera avec lui le sceau de la vérité» (p. 6). «Ce journal renfermera les marches, les campements, le détachement, grand-garde, le nombre des hommes qui les composaient, le nom du commandant et ceux des officiers qui auraient été tués ou blessés» (p. 7); «jour par jour le détail des sièges» (p. 7); «le détail journalier des armées combinées» (p. 10). Ce premier numéro, comme en avise obligeamment un Avertissement de l'éditeur (p. 11), ne répond qu'imparfaitement à ce projet ambitieux.

Journal de la vie de l'armée française en campagne depuis l'arrivée au camp du maréchal de Richelieu (3 août) jusqu'au 15 du mois; la vie officielle d'une cité occupée, Hanovre.

7Exemplaires Herzog August Bibliothek, Wolfenbüttel, 1352 Qu N (6). Autrefois ex. aujourd'hui détruit: Bayerische Staatsbibliothek, Munich, 8º Mil. g. 116 M.

8Bibliographie M.S., Londres, 1779, t. XII, p. 3, 1er juin 1778: «Le Journal militaire [...] avait été entrepris autrefois en pays étranger et n'avait pas duré longtemps».

Historique Ce périodique totalement inconnu aux biographes de Chevrier ne semble avoir eu qu'un seul numéro. On imagine la difficulté d'imprimer six livraisons par mois au milieu d'une armée en perpétuel mouvement. Le projet était ambitieux, et peut-être indiscret: il consistait à donner pour 6 sous de France aux soldats, officiers, aux populations occupées, voire aux espions, le détail des activités de l'armée française. Cela ne dut pas peu contribuer à briser l'essor de ce journal aux armées. L'idée ne manquait pas de panache. Mais la réalisation déçoit: il ne s'agit guère que d'une perpétuelle louange à l'égard du maréchal-duc, de comptes rendus des hommages divers qu'on lui rend dans l'armée et parmi les populations occupées qui, on s'en doute, se réjouissent d'une armée aussi policée. En délicieux aparté, les comédiens attachés à S.M. Britannique jouent pour leurs hôtes français, dans le palais royal de Hanovre, deux pièces de notre répertoire: L'Ecole des femmes et Le Galant Coureur (p. 21). Les Hanovriens accueillent avec plaisir la troupe française qu'ils préfèrent à la leur propre (p. 3). Le commerce va son train: «Le Français et le Citoyen vivent d'intelligence et l'argent circule» (p. 23). Premier essai d'un genre journalistique, développé et perfectionné ensuite par les services de propagande des armées en campagne, ce périodique de Chevrier en est l'avatar ambigu pour la guerre en dentelles.

François MOUREAU

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)