ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 794

JUGEMENTS SUR QUELQUES OUVRAGES NOUVEAUX (1744-1746)

1Titres Jugemens sur quelques ouvrages nouveaux.

Continuation des Observations sur les écrits modernes.

2Dates Mars 1744 - mars (?) 1746. Revue hebdomadaire en 11 volumes. Les 8 premiers numéros sont faits de cahiers de 24 p. et ont été certainement publiés séparément; après quoi, et surtout à partir du t. VI, le rythme est de plus en plus irrégulier; certaines livraisons comptent une centaine de pages; les t. VII-XI n'observent plus la répartition par livraisons ou articles, mais sont d'une seule venue. Contrairement aux numéros des Observations sur les écrits modernes, les numéros des Jugements ne sont pas datés. Quelques dates de lettres envoyées au rédacteur permettent parfois de préciser la datation des volumes: 24 avril 1744 pour la fin du t. I (p. 340); 23 avril 1745 pour la fin du t. VII (p. 360); 24 août 1745 pour le milieu du t. IX (p. 137).

3Description 11 tomes ou volumes de 360 p. (372 p. pour le t. XI et dernier). Dans les six premiers tomes, les articles sont numérotés par une lettre (de a à p, ou n): 14 lettres ou livraisons pour chacun des t. I-V, qui couvrent au total une année: pour les 9 mois de 1744, on a donc environ 70 livraisons et un rythme de publication presque bihebdomadaire. L'année 1745 voit paraître les t. VI-X, qui sont plutôt des recueils de pièces et de comptes rendus; le t. XI, publié au début de 1746, est fait de «Papiers de feu M. l'abbé des Fontaines» (p. 72).

Cahiers de 24 p. in-12, 92 x 164.

Devise du t. I: Scire et nesciri.

4Publication «A Avignon, Chez Pierre Girou, Imprimeur-Libraire» [Pierre Giroud en colophon]. D'après Bonardi, le journal serait «imprimé secrétement à Paris sous le nom d'Avignon» (Correspondance littéraire du président Bouhier, éd. H. Duranton, Université de Saint-Etienne, t. V, 1977, p. 107, lettre du 21 mars 1744). Selon Secousse, les premières feuilles se sont débitées «assez publiquement au Palais» (lettre à Bouhier du 31 mars 1744, éd. citée, nº 1, p. 73). Bonardi précise, dans une lettre du 30 décembre 1744 (éd. citée, t. V, p. 116): «Le refus de privilège pour leur journal est devenu avantageux pour eux [Fréron et Desfontaines], l'abbé Desfontaines se trouvant par là l'auteur, le censeur et le libraire, car il vend ses feuilles chez lui, rue des Petits-Augustins, et il ne paraît pas qu'il soit troublé dans son commerce, soit qu'on le redoute, ou qu'il ait de puissants patrons qu'on ne veut pas désobliger».

5Collaborateurs Pierre François Guyot DESFONTAINES (sous le pseudonyme de «M. Burlon de la Busbaquerie, à Avignon»), Elie FRÉRON, Adrien MAIRAULT, Jacques DESTRÉES et «d'autres encore», d'après Claustre dans sa «Notice abrégée chronologique des principaux journaux», en tête de la Table générale du Journal des savants). Claustre ajoute que Mairault a fait «presque tout le 10e tome, et le 11e entier». Voltaire, dans une lettre de dénonciation à Feydeau de Marville en date du 17 mai 1746, désigne «le sr Méraut cy devant travaillant avec l'abbé des Fontaines et l'abbé Fréron à des libelles» (Best. D3391). A la fin de 1745, Desfontaines était gravement malade; Bonardy écrit, le 7 décembre: «S'il meurt, on croit que ses Jugements seront continués par M. Fréron ou par l'abbé de Marsy, aussi en fuite [?], ou par M. Herault [Mérault], tous trois ses amis...» (éd. citée, t. V, p. 127).

6Contenu On retrouve aisément dans les Jugements les goûts, les humeurs, les partis-pris de Desfontaines, à qui renvoie toujours, dans le texte, l'emploi de la première personne. Même lorsque Desfontaines s'engage à «marquer exactement les Morceaux qui ne sont point de lui» (t. X, p. 192), on peut constater qu'il n'en fait rien; et ses collaborateurs savent toujours imiter sa manière et suivre ses «jugements». Il s'agit pourtant moins ici d'un journal méthodique que d'un recueil très libre d'opuscules, de dissertations, de petits comptes rendus rapides et de longues études, peut-être sorties des «portefeuilles» de Desfontaines: il peut s'attarder longuement (t. VI, art. n) sur la critique de sa traduction de Virgile (1743) publiée dans le Mercure de novembre 1743, ou sur la traduction des lettres de Cicéron par Prévost (t. II, art. h); il revient à plusieurs reprises sur le Théâtre anglais de La Place (t. IX, p. 3-46), pour condamner la «scène ridicule & impertinente» des fossoyeurs dans Hamlet, quitte à donner plus tard de longs extraits d'Othello (t. IX, p. 265-287). On trouve aussi dans sa revue de longues lettres de lecteurs sur des points d'histoire et d'érudition; mais lorsque dans le dernier tome, Mairault réunit les papiers posthumes de Desfontaines, on constate qu'il s'y trouve aussi de nombreux textes du même genre, telle la «Lettre de M*** à l'Auteur des Jugemens sur quelques Ouvrages nouveaux» (t. XI, p. 73-101): lettre authentique ou lettre fictive? On trouve dans le t. IX (p. 207 et suiv.) une critique des Salons «à l'exemple de l'auteur des Observations»: texte de Desfontaines, ou imitation?

Tables à la fin des t. IV et VIII.

7Exemplaires B.M. Lyon, 377497; B.N., Z 46878-46888.

8Bibliographie B.H.C., p. 43. Le Contrôleur du Parnasse, «pour servir de préservatif contre les faux jugements de M. l'abbé Desfontaines, caché sous le nom de M. Burlon de la Busbaquerie» (1745). – Giraud et La Porte, L'Esprit de l'abbé Desfontaines, Paris, 1757. – Morris T., L'Abbé Desfontaines et son rôle dans la littérature de son temps, Studies on Voltaire, t. XIX, 1961. – Mattauch H., Die literarische Kritik der frühen französischen Zeitschriften (1665-1748), München, Hueber, 1968.

Historique Après l'interdiction des Observations sur les écrits modernes, Desfontaines obtient, semble-t-il, par l'entremise de la cour de Lunéville, la permission de changer de titre (Morris, p. 79). Les premières feuilles sont distribuées à Paris, «assez publiquement» comme le note Secousse (cf. 4). L'auteur affecte de s'être assagi; il écrit, à propos d'une critique de Mérope: «L'Auteur inconnu de ces Jugemens s'est proposé de faire discerner & rechercher les bons ouvrages, de corriger avec douceur l'ignorance, l'erreur, & le faux goût, qui s'accréditent tous les jours...» (t. I, p. 216). Mais on pourra constater qu'il n'en épargne pas pour autant Voltaire, ni, de façon générale, ses adversaires et le mauvais goût du temps. Seule la maladie l'a empêché de donner à son journal la promptitude de réplique et la cohérence qui avaient fait le succès des Observations. A la fin du t. X (automne 1745), un Avis le dit expressément: «La maladie de l'Auteur ne l'a point empêché jusqu'ici de remplir ses engagemens avec le Public, ayant dans son portefeuille plusieurs Morceaux qu'il avoit composés cet été [...]; son portefeuille est à présent épuisé, & il a besoin d'avoir recours à ses Amis. Il aura soin de marquer exactement les Morceaux qui ne sont point de lui...» (p. 192). La fidélité de ses collaborateurs aura permis néanmoins que jusqu'au dernier jour, le journal garde sa «marque». Et c'est dans ce même t. X qu'il aura exprimé le mieux ce qui faisait sa force: «Lorsqu'on juge autrement que les autres, il est permis de le faire hautement, pourvû que ce soit sans présomption, & qu'on sache justifier son goût» (t. X, p. 15). Les Jugements sur quelques ouvrages nouveaux, qui ne sont qu'en partie l'œuvre de Desfontaines parviennent, de façon paradoxale, à le rendre très présent, grâce à cette «école» de journalisme qu'il a su fonder, et dont Fréron sera le plus brillant élève.

Jean SGARD

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)