ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 843

*LISTE GÉNÉRALE DES POSTES DE FRANCE (1708-an X)

1Titres Liste générale des postes de France dressée par ordre de...

Devient à partir de 1787: Etat général des postes de France, dressé par ordre de [...] Pour l'année [...].

Avec la Révolution, le titre devient: Etat général des postes de la République Française, puis, Etat général des postes aux chevaux et aux lettres de la République Française.

2Dates 1708 - an X. Livrets annuels. Privilège du 29 juillet 1708 accordé à Fontainebleau au Sieur Jaillot et à ses ayants cause. Autre privilège en date du 2 août 1769 octroyé, à Compiègne, au Sieur Chauvigné-Jaillot pour 10 ans.

Lettres patentes du 6 août 1779: à compter de l'expiration du précédent privilège, le droit de publier la Liste est réuni au Conseil des Postes établi pour l'administration et police des Postes aux chevaux du Royaume.

Périodicité annuelle. Chaque livret est daté de l'année où il paraît.

3Description Nombre de pages variable selon les livrets: d'une quarantaine (1708) à près de 200 (1786). Dimensions variables: de 70 x 126 (1708) à 125 x 198 (1789). Format variable, in-16 et in-8º.

La page de titre est ornée des armes du Surintendant (ou Intendant ou Directeur) général des Courriers, Postes et Relais de France (exemple: en 1721, armes du cardinal Dubois; en 1740, armes du cardinal de Fleury; en 1787, armes du duc de Polignac...).

Chaque livret a une carte, mais, dans les collections étudiées, celle-ci peut avoir été ou arrachée (1789) ou déchirée (1722).

4Publication «A Paris chez le Sr Jaillot Geographe ordinaire de sa Majesté (du Roy) joignant les Grands Augustins (aux deux Globes)» (1708, 1721-1722, 1774).

A Paris de l'imprimerie de Philippe-Denys Pierres, premier imprimeur du Roi, et ordinaire des Postes de France (1786 et années suivantes).

Sous la Révolution, l'adresse devient: chez Favre libraire, rue de Savoie nº 19 (puis rue Traversière Honoré nº 835) et au Palais Egalité, galerie de bois nº 220 (aux Neuf Muses). L'imprimeur est alors B. Duchesne, rue du Mail nº 12 à Paris.

En 1787, il est précisé que l'Etat général... se trouve au Dépôt général, rue Platrière vis-à-vis nº 28, à la Poste aux chevaux, rue Contrescarpe, faubourg Saint-Germain et chez les libraires Couturier, Desenne, Belin, Cussac... et, à Versailles, chez Blaizot, Hénault, et chez les Maîtres de Poste des principales villes du royaume.

Prix: en 1774, 24 s. broché, 36 s. relié, avec carte. En 1786, 30 s. broché, 40 s. relié, avec carte. En 1787, 2 # relié en carton, 2 # 5 s. en parchemin vert, 2 # 10 s. en veau, 3 # 10 s. à l'anglaise avec filets.

5Collaborateurs JAILLOT et Jean-Baptiste-Michel RENOU DE CHAUVIGNÉ-JAILLOT.

6Contenu Contenu: liste des différentes routes des Postes du royaume avec indication, pour chacune d'elles, du nombre de postes de ville en ville (tableau). Autres documents et renseignements donnés selon les années: extraits des règlements sur le fait des postes et des messageries, service des diligences en poste, table des relais de poste, liste des noms et demeures des officiers de l'administration, tableau des heures des marées, calendrier (sous la Révolution, les deux calendriers), etc.

Centre d'intérêt: le problème des communications dans l'ancienne France.

Tables intégrées quand il y en a.

7Exemplaires Collections étudiées: ces collections sont lacunaires. B.N., 8º L23 1 (1708, 1721-1722, 1740-1741, 1747, 1755-1756, 1759-1760, 1763-1764, 1770-1772, 1774-1775, 1777-1786); – 8º L23 2 (1787-1793, an III-VI, VIII-X); – 8º Z Le Senne 7447 (1772), 7369 (1780), 7696 (1783); – , cabinet des Estampes, Xg 10 (1714), Xg 24 (1757); B.M. Bordeaux, S. 7448 (1774), D.U. 23.539 (1788).

Exemplaires rares ou avec ex-libris: B.N., Rés. 16º L23 1 (1740: reliure aux armes du cardinal de Fleury); 8º Z Le Senne 7450 (1778: ex-libris de la duchesse de La Sicotière).

8Bibliographie Dès 1708, des contrefaçons sont signalées (cf. t. 1708: avertissement de la dernière page).

Mention dans les Annonces, affiches et avis divers pour la ville de Bordeaux, 30 janv. 1772.

Historique Dressée en 1708 par ordre de Mgr. le marquis de Torcy, ministre et secrétaire d'Etat, surintendant général des Postes et Relais de France, «pour le service du Roi et la commodité du public», la Liste générale des Postes de France, pour laquelle est accordé, cette année-là, un privilège à Jaillot (peut-être s'agit-il d'Hubert-Alexis qui ne meurt qu'en 1712, à moins qu'il ne s'agisse de son fils Bernard-Hyacinthe ou de son petit-fils Bernard-Antoine, tous trois «géographes du Roi»), est, tous les ans, l'objet d'une édition nouvelle où sont indiqués les changements opérés sur les différentes routes du royaume. Devenu, en 1749, par la mort de Bernard-Antoine, son beau-frère, l'unique propriétaire du fonds des Jaillot, J.B.M. Renou de Chauvigné continue régulièrement la publication jusqu'en 1779, date à laquelle, son privilège venant à expiration, des Lettres patentes réunissent le droit d'éditer la Liste au Conseil d'administration des Postes. C'est alors Philippe-Denys Pierres, ordinaire des Postes de France, qui assure la sortie du livret annuel lequel n'est plus gravé en taille douce comme précédemment, mais imprimé en types mobiles. En 1787, la présentation alphabétique est abandonnée au profit d'un nouvel ordre: c'est de Paris, considéré comme centre, que sont tirées toutes les distances conduisant aux extrémités de la France  et même au-delà  et selon un mouvement qui va du nord à l'ouest en passant par l'est et le sud. En cette même année 1787, la carte est dressée par M. Seguin, ingénieur-géographe du Roi et de l'Administration générale des Postes et Relais.

Utile aux voyageurs et aux courriers dans leur recherche des routes à suivre, la Liste n'a cessé d'être contrefaite. Dans les premiers fascicules, il est précisé qu'on ne peut ajouter foi qu'à la Liste gravée (et non à la Liste imprimée); en 1774, un Avertissement rappelle au public que les véritables exemplaires sont ceux dont le frontispice est gravé avec les armes du Roi, qui sont signés du Sr. Jaillot et dont toutes les pages sont réglées et les chiffres accompagnés de deux fleurons. Lorsque la Liste passe sous la direction du Conseil des Postes, il est pareillement précisé qu'on ne doit se fier qu'aux livrets dont le frontispice porte les armes de Sa Majesté, qui sont signés Durand en 1787, Metreau en 1788... et auxquels est attachée la Carte des Postes de France. La Révolution n'interrompt pas le cours du périodique, et, au-delà même de l'an X, la collection se poursuit sous le titre du Petit Livre de Poste (an XI - 1829), puis sous celui d'Annuaire des Postes.

Robert GRANDEROUTE

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)