ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 857

LE MAGASIN À LA MODE (1777-1778)

1Titres Le Magazin à la mode dédié aux dames, mis en ordre par M. Praval.

2Dates Mai 1777 - avril 1778. Deux volumes. Périodicité mensuelle.

3Description La collection de Cambridge se compose de deux parties en deux volumes: première partie, nº I à IX, les numéros de 1777, comportant 90 p. chacun, sont paginés de 1 à 855, le numéro de décembre étant double. Deuxième partie, nº X à XIII, paginée 1 à 383; treize numéros en tout. Mais la reliure a placé le numéro double de décembre 1777 avec ceux de 1778. D'où deux paginations dans le volume II: 669 à 856, puis 1 à 383.

Dimensions: 115 x 200.

Devise: «Diversité, c'est ma devise», La Fontaine.

4Publication «A Dublin, chez Guillaume Whitestone, Libraire, 29 dans Capel street. Libraires associés à Clonmell, Cork, Derry, Belfast, Castlebar, Ballinrobe, Carlow, Wexford, Athlone, Limerick, Newry, Armagh, Lisburne et Drogheda. L'abonnement du magazin est 1/2 guinée par an qui se paiera en s'abonnant, le prix de chaque magazin est un shelling anglais pour ceux qui ne sont pas abonnés. On peut s'abonner en tout tems chez les libraires ci-dessous nommés» (suit une liste de libraires dans 14 localités d'Irlande).

5Collaborateurs Charles PRAVAL. La National Library of Ireland connaît les ouvrages de Charles Praval, sur la syntaxe et la langue françaises, The Rudiments of the French tongue, Dublin 1779, et, de la même année, chez le même éditeur que Le Magazin, Whitestone: The idioms of the French language compared with those of English, réédité en 1783; son catalogue lui attribue aussi Le Magazin.

6Contenu Le premier numéro contient une préface de 4 p. qui indique les intentions de l'auteur. Il commence par une apologie de la langue française parlée dans toute l'Europe par les gens cultivés. «La nation irlandaise est bien persuadée de la vérité de ce que je viens de dire. L'empressement qu'elle montre à se perfectionner dans la langue française n'est-il pas une preuve convainquante de la justice qu'elle lui rend. Dans le Magazin à la mode, les personnes qui apprennent le français trouveront une source inépuisable d'instruction, et celles qui le savent y trouveront avec plaisir un recueil choisi de sujets intéressants». A partir du nº III on trouve un avis à la fin de chaque numéro: «On prie les gens de lettres de concourir à la perfection de ce magazin: on recevra avec reconnaissance les pièces de vers ou de prose, les annonces, observations, anecdotes, événements singuliers et généralement tout ce qui pourra instruire ou amuser le lecteur». Le journal est un «magazin», c'est-à-dire qu'il publie surtout des «pièces fugitives en prose ou en vers», reprises d'ailleurs, mais il tient aussi une rubrique: «Nouvelles étrangères» (qui n'indiquent pas leurs sources mais sont relativement récentes, datant d'un ou deux mois) une rubrique «Spectacles» (qui concerne les théâtres de Dublin) et une «Rubrique mondaine»: naissances, mariages, décès; ainsi qu'un «Courrier des lecteurs».

Les auteurs français qu'il cite le plus sont: Voltaire, Raynal, Marmontel, La Porte. Ses centres d'intérêt sont: les sciences et les voyages, les inventions, les colonies, le commerce.

On trouve une table de 3 p. pour l'année 1777 à la fin du numéro de décembre.

7Exemplaires Une collection complète se trouve à l'University Library de Cambridge (U.K.). Une autre, incomplète, à la National Library of Ireland, Dublin (vol. I-II, mai-juil., sept.-déc. 1777, févr.-avr. 1778), 8405 m 1.

Historique Charles Praval semble avoir été un pédagogue d'origine française, installé à Dublin. Il dit, à plusieurs reprises dans le Magazin, que le but de son journal est d'instruire la jeunesse, et il y insère des cours, à suivre d'un numéro à l'autre, souvent sous forme de questions et réponses (forme qu'il utilise aussi dans ses ouvrages didactiques sur la langue française). Les cours s'intitulent: «Leçons sur la sphère», ou «Leçons de géographie historique» (sur le Canada, le Mexique, en particulier).

Malgré la dédicace «aux dames» et le terme «à la mode», incorporé au titre de ce journal, il ne relève pas du genre magazine féminin. Il répond à un besoin de connaissances sérieuses et à une ouverture d'esprit qui font honneur au niveau de culture de la génération des jeunes Irlandais auxquels l'auteur a voulu s'adresser.

Praval a puisé beaucoup dans la presse de l'époque, en français et en anglais, c'est évident, même quand il ne cite pas ses sources. Celle dont il se réclame avec insistance, ce sont les Annales politiques civiles et militaires du XVIIIe siècle de Linguet. Il dit que c'est leur lecture qui l'a fait revenir de sa première idée qui était de ne pas parler de politique. Il annonce dès le nº II (t. I, p. 155): «parmi les productions nouvelles qui méritent l'attention du public nous lui en annonçons une qui fera époque dans les annales littéraires, le journal qui paraît le 15 et le 30 de chaque mois... écrit par le fameux M. Linguet, avocat au Parlement de Paris, nommé à juste titre “Cicéron de la France”, nous en avons reçu les deux premiers numéros et nous en rendrons compte à nos lecteurs dans les numéros suivants d'une manière plus étendue». Un peu plus tard, il annonce avec regret, p. 351: «Nous avions promis de donner la continuation de l'ouvrage de M. Linguet; une raison nous empêche de le faire: M. Linguet a cessé de le publier». Et en mars 1778, p. 232, t. II, il est tout heureux de constater que les Annales ont repris: «Les journaux de M. Linguet nous sont parvenus et nous croyons devoir leur donner place dans cet ouvrage périodique: nous tirerons la quintessence des numéros qui ont déjà été publiés, et nous suivrons le Cicéron français dans ses productions futures, persuadé que ce qui coule de la plume d'un tel écrivain est ce que l'on peut placer avec le plus de justice dans un ouvrage dont le but est de développer les beautés de la langue française». Malheureusement Praval ne put remplir cette promesse puisque le numéro du mois suivant, avril 1778, semble bien avoir été le dernier du Magazin à la mode.

Madeleine FABRE

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)