ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 920

MERCURE GALANT (1710-1714)

1Titres Mercure galant [recto]. Mercure galant Par le Sieur Du F***. Mois de [...]. [verso].

Titre modifié, dans les numéros spéciaux d'avril 1711 et février 1712, en: Mercure Par le Sieur Du F***, et à partir de juin 1711, mention du mois et de l'année au recto du titre.

Continuation du Mercure galant (1672-1710) de Donneau de Visé; continué par le Nouveau Mercure galant (1714-1716) de Le Fèvre de Fontenay.

2Dates Juin-juillet-août 1710 - avril 1714. Privilège pour 3 ans à Dufresny le 31 août 1710 selon l'imprimé (le 28 selon les Registres, R.), sollicité le 10 juillet, registré le 2 septembre, renouvelé pour 4 ans le 21 décembre 1713 (R.). Périodicité annoncée: mensuelle; periodicité réelle: trimestrielle pour le premier numéro (juin-juil.-août 1710), bimestrielle pour le second (sept.-oct.), ensuite régulièrement mensuelle; 44 volumes en tout.

3Description Composition du volume: de mars à décembre 1711, le volume mensuel est divisé en quatre parties à pagination séparée. Des événements inattendus peuvent bouleverser la pagination initiale par un cahier ajouté, à pagination propre, et faisant disparaître une partie de la livraison initiale (mars et avril 1711). Noter encore de nombreuses erreurs de pagination.

Cahiers de 14 et 8 p., format in-12, 79 x 146.

Gravure au titre représentant Mercure et l'Amour; musique gravée pour les chansons.

4Publication Paris, Daniel Jollet, au Livre Royal, au bout du Pont-Saint-Michel, du côté du Palais; Pierre Ribou, à l'Image Saint-Louis, sur le quai des Augustins; Gilles Lamesle, à l'entrée de la rue du Foin, du côté de la rue Saint-Jacques.

Chaque numéro est vendu 30 s., relié en veau, et 25 s. broché.

5Collaborateurs Directeur: Charles DUFRESNY (1657-1724), dont le bureau se trouve rue Saint-Thomas du Louvre, vis-à-vis l'hôtel d'Uzès (F. Moureau, Un singulier Moderne [S.M.], p. 95).

Collaborateurs réguliers: à partir de 1713, un «associé» est chargé du gros de la tâche de compilation (déc. 1713, p. 3-4). Le Fèvre de Fontenay le seconde vers la fin de l'année (S.M., p. 106), bien qu'il s'en soit défendu (Nouveau Mercure galant, juil. 1714, p. 116-117). Collaborateurs occasionnels: 1) poètes: Du Cerceau, Fontenelle, Fuzelier, La Motte, Lainez, A. Le Brun, Pavillon, Rousseau, Roy. 2) Savants: Duguet, Etienne Geoffroy, La Hire, Lémery, Moreau de Mautour, A. Parent, Réaumur, Vieussens. 3) Divers: Crébillon, colonel Funck. Pour le détail, voir le listing auteurs (S.M.).

6Contenu Dufresny n'entend guère innover par rapport à de Visé. Durant plusieurs mois, il divise son Mercure en quatre sections: «Littérature», «Nouvelles», «Pièces fugitives» et «Amusements»: «L'une, pour toutes les pièces qui regardent les sciences, la littérature, les arts; et l'autre partie pour les nouvelles, les morts, les mariages; et l'autre pour les pièces et les poésies; et l'autre pour les historiettes, contes et amusements qui sont pour le plus grand nombre l'essentiel d'un Mercure galant». Il renonce aux prises de position politiques de ses prédécesseurs («Je me contenterai d'exposer simplement les faits publics et avérés») et à la fiction d'une «Dulcinée» à qui le Mercure est adressé sous forme de lettre. Dufresny considère que le journalisme est affaire de style, et le Mercure, de diversité: «Cette ébauche précipitée sera suivie de plusieurs autres. Pourrais-je à la continue travailler, limer et polir un Livre par mois? non, c'est bien assez de l'ébaucher. A l'égard du style, vous l'aurez tel qu'il me viendra, naturel et négligé» (juin-juil.-août 1710, p. 3-4). «Il faudrait que mon Mercure fût un Protée, pour prendre entre les mains de chaque lecteur une forme convenable à l'idée qu'il s'en est faite» (sept.-oct. 1710, p. 4-5).

Principaux auteurs mentionnés (S.M., p. 240-270): Crébillon, P. Anselme, Savary, A. Parent, chevalier de Mailly, E. Le Noble, A. Hamilton, La Motte; «Parallèle burlesque ou Dissertation qu'on nommera comme on voudra sur Homère et Rabelais» (édité dans les Œuvres de Dufresny, analysé dans R.M.).

Table séparée: en appendice de S.M., traitement informatique complet, ayant donné lieu à trois listings: 1) table chronologique; 2) index alphabétique des auteurs d'articles; 3) index alphabétique des thèmes (méthode d'investigation du L.A. 96, C.N.R.S.-Paris-IV).

7Exemplaires B.N., 8º Lc2 33 (microfilm M 238); B.A.A., 3 ex. (dont un inc.); B.N., Cons. (1711-1712); B.N.U. Strasbourg (inc.); Maz., ex. avec ex-libris ms. d'Antoine de Wacqueville, de l'abbé Fauvel, d'Antoine Moriau, procureur, de Marie Chartier; Ars., ex. aux armes de la marquise de Pompadour (Olivier, pl. 2399, fer nº 4). Hatin signale des exemplaires ayant appartenu à Delisle de Sales et à Talleyrand (B.H.C., p. 27).

8Bibliographie Camusat, Histoire critique des journaux, 1734, t. II, p. 216-228 (art. de J.-F. Bernard); B.H.C.; H.G.P.

Réédition: Genève, Slatkine.

Contrefaçons: La Haye, T. Johnson; Toulouse, J. Loyau ou J. Guillemette (Archives de la Comédie-Française, inc.); Lyon (B.N. Madrid).

Mentions dans la presse du temps: Nouvelles extraordinaires (de Leyde), Le Nouveau Mercure (Trévoux), Journal de Verdun, Mémoires de Trévoux (S.M., p. 94-106); Journal historique (Rotterdam, 31 juil. et 21 août 1710).

Sources, dans l'ordre chronologique: – Registre des ouvrages présentés au Chancelier (R.), B.N., ms. f. fr. 21941, fº 127v et 131v, privilège sollicité et accordé à Dufresny, 10 juillet et 28 août 1710. Renouvellement du privilège, 21 décembre 1713, ibid., f. fr. 21942, p. 198. – La Musique du diable ou le «Mercure galant» dévalisé, Paris, Le Turc [fausse adresse], 1711, B.U. Yale. – Du Noyer, Lettres historiques et galantes, vers 1711, Lettres LXII, LXXVII, LXXXI, LXXXIII. – Vic J., «Les Idées de Charles Rivière Dufresny», Revue du dix-huitième siècle, 1916, nº 2, p. 121-141; 1917, nº 1, p. 235-252. – Wallon S., «Une chanson à siffler au temps de Louis XIV», Revue de musicologie, t. LIV, 1968, p. 102-105. – Moureau F., «En prologue à la seconde querelle: Rabelais et Montaigne, “modernes” et “libertins” en 1711», Bulletin de la Société des Amis de Montaigne (R.M.), 5e Série, nº 1, 1972, p. 11-23. – Idem, «Fiction narrative, nouvelles et faits divers au début du XVIIIe siècle: l'exemple du Mercure galant de Dufresny», Cahiers de l'U.E.R. Froissart, nº 3, [Valenciennes], 1978, p. 126-134. – Idem, Un singulier Moderne: Dufresny, auteur dramatique et essayiste (1657-1724) (S.M.), Lille, Service de reproduction des thèses, Paris, Champion, 1979, 2 vol. – Idem, Dufresny, auteur dramatique (1657-1724), Paris, Klincksieck, 1979. – Idem, Le «Mercure galant» de Dufresny (1710-1714) ou le journalisme à la mode, Studies on Voltaire, t. CCVI, 1982. – Voir également la bibliographie du Mercure galant (de de Visé).

Historique A la mort d'un de Visé, épuisé de trop de complaisances, le Mercure de Dufresny fut reçu «avidement» (Bernard, t. II, p. 217). Il reste «moderne», et l'affaire des pré-publications de J.-B. Rousseau (S.M., p. 101-103, 165-171) semble liée à ce milieu politico-mondain qui soutenait le très officiel mensuel littéraire, où Dufresny avait été nommé à la condition qu'il ne s'occupât guère de politique (S.M., p. 93-95). Sa réputation de légèreté lui servit en l'espèce: il s'occupe aussi, avec quelque négligence, des généalogies et des jeux d'adresse, articles d'institution du Mercure. En revanche, il s'attache à donner de l'actualité poétique, une image sans «prévention»: imprimant les auteurs «modernes», il n'oublie pas les poètes qui ne sont pas de sa chapelle (S.M., p. 157-183). Les contemporains y virent un choix excellent (Bernard, t. II, p. 218). Cet auteur dramatique parfois malchanceux s'abstint de parler de théâtre, à une exception notable: Rhadamiste et Zénobie de Crébillon (S.M., p. 249-255). «Moderne», Dufresny l'est à plusieurs titres, par d'«étonnants parallèles» (R.M.; S.M., p. 259-270) et une esthétique originale de l'ébauche; il l'est encore par sa curiosité des sciences de la nature, de la chimie, des mœurs exotiques. Mais les contemporains furent surtout sensibles au charme des chansons et des historiettes qu'il composait, parfois sans enthousiasme.

François MOUREAU

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)