ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 981

NOUVEAU JOURNAL HELVÉTIQUE (1769-1780)

1Titres Nouveau journal helvetique ou Annales litteraires et politiques de l'Europe et principalement de la Suisse. Le titre courant dit simplement: Journal helvetique.

De septembre 1770 à avril 1771, le titre est modifié et devient: Nouveau journal helvetique ou Correspondance litteraire de l'Europe et principalement de la Suisse.

Continuation du Journal helvetique 1 et du Nouvelliste suisse.

Continué dès 1781 par le Journal de Neuchâtel ou Journal helvetique 2.

2Dates Septembre 1769 - décembre 1780. 131 fascicules.

Périodicité mensuelle. Les livraisons de février-juin 1779 n'ont pas paru. Chaque fascicule est daté du mois et de l'année.

3Description Les fascicules ont en moyenne 128 p. in-8º, 100 x 155 (rogné). Malgré le changement de titre et d'adresse, la pagination des livraisons de septembre-décembre 1769 continue celle du Journal helvétique 1, à rythme semestriel. En 1770 et 1771, la pagination est quadrimestrielle. Dès janvier 1772, elle devient mensuelle et recommence donc à chaque livraison. Aucune tomaison, aucune numérotation des fascicules.

4Publication Adresse imprimée et réelle: «A Neuchatel, de l'Imprimerie de la Société Typographique».

Prix de l'abonnement: pour la Suisse, 5 # de Suisse, ou 7 # 10 sols de France, port en sus; pour la Franche-Comté, 15 # de France; pour le reste de la France, 18 #, franc de port.

Nombre des souscripteurs: 400 en 1769, moins de 250 à partir de 1772[16].

5Collaborateurs La rédaction est assurée par le professeur Jean-Elie BERTRAND[17], aidé de son beau-père le banneret Frédéric-Samuel OSTERVALD, tous deux étant d'ailleurs au nombre des fondateurs et des directeurs de la Société typographique de Neuchâtel[18]. Après le décès de Bertrand en février 1779, la rédaction est confiée au pasteur Henri-David de CHAILLET.

Trois collaborateurs parisiens rétribués se sont succédé du printemps 1770 à janvier 1772: Barnabé Farmain de ROZOI jusqu'en octobre 1770, DAUDÉ DE JOSSAN alias Lamberguen de septembre 1770 à juin 1771, François-Thomas-Marie BACULARD D'ARNAUD d'août 1771 à janvier 1772. Un quatrième, Laus de Boissy, n'est engagé qu'en 1780[19]. Le seul collaborateur régulier du périodique paraît avoir été le bibliothécaire et naturaliste genevois Jean SENEBIER. Il faudrait une étude plus poussée pour savoir si les signatures de Dorat, d'Isaac Iselin, de Paul-Henri Mallet, du marquis de Pezay et de l'académicien Thomas résultent d'emprunts ou de collaborations occasionnelles.

6Contenu Sauf pendant les mois de septembre 1770 à avril 1771, le journal est divisé en quatre parties, à savoir: 1) «Annales littéraires de la Suisse», soit comptes rendus d'ouvrages récents d'auteurs suisses, imprimés en Suisse (l'Encyclopédie d'Yverdon par exemple) ou relatifs à la Suisse; 2) «Annales littéraires de l'Europe», soit recensions de publications littéraires, historiques, scientifiques et philosophiques d'actualité; 3) «Pièces fugitives», réunissant notamment des discours académiques et des variétés poétiques; 4) «Annales politiques de l'Europe», soit nouvelles de l'étranger.

Auteurs étudiés: Abauzit, Algarotti, Beccaria, Fréd. Berthoud, Jean-Elie Bertrand, Bodmer, Bonnet, Marc-Théodore Bourrit, Jérôme-Emmanuel Boyve, Alexandre-César Chavannes, Jean-André Deluc, Diderot, Füssli, Salomon Gessner, Haller, Gottlieb Emanuel von Haller, Hume, Isaac Iselin, Samuel Johnson, Klopstock, Langhans, Lavater, Charles-Godefroy de Polier, Jean-Jacques Rousseau, Horace-Bénédict de Saussure, Seigneux de Correvon, Jean Senebier, Shakespeare, Johann Rudolf Sinner, Sterne, Henri Struve, Jean Téron, le docteur Tissot, Abraham Trembley, Emer de Vattel, Voltaire, Gabriel Walser, Johann Goerg Zimmermann.

Table des articles à la fin de chaque livraison. Aucune table générale.

7Exemplaires Stadt-und Universitätsbibliothek, Berne, H. XVIII. 24; B.P.U. Genève, Gf 95; Société d'histoire et d'archéologie, Genève, Ds 38; Société de lecture, Genève, Rc 70; B.C.U. Lausanne, B 1560; B.P.U. Neuchâtel, AW 9600, QW 602; Bibliothèque des Pasteurs, Neuchâtel, P 58.11.3.

8Bibliographie Voir à l'article du Mercure suisse 1. – Guyot Ch., «Relations intellectuelles franco-neuchâteloises vers 1780», Musée neuchâtelois, 1940 et 1941. – Idem, La Vie intellectuelle et religieuse en Suisse française à la fin du XVIIIe siècle, Henri-David de Chaillet, 1751-1823, Neuchâtel, La Baconnière, 1946. – Schlup M., «Diffusion et lecture du Journal helvétique au temps de la Société typographique de Neuchâtel, 1769-1782», dans La Diffusion, p. 59-71.

Jean-Daniel CANDAUX

 

Δ 16. Sur la distribution et la diffusion du journal, on trouve d'abondants renseignements dans l'article cité de Michel Schlup.

Δ 17. Sur ce neveu du célèbre Elie Bertrand, voir en dernier lieu la notice biographique de Jacques Rychner dans Aspects du livre neuchâtelois, études réunies à l'occasion du 450e anniversaire de l'imprimerie neuchâteloise, Neuchâtel, B.P.U., 1986, p. 250, note 23.

Δ 18. Dont les archives sont conservées, on le sait, à la B.P.U. de Neuchâtel.

Δ 19. Voir l'article cité de Michel Schlup, p. 61.

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)