ISSN 2271-1813

 

Publication disponible:

Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution 1789-1799

C O M M A N D E R

   

Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la direction de Jean Sgard, Paris, Universitas, 1991: notice 983

NOUVEAU JOURNAL OU RECUEIL LITTÉRAIRE (1740)

1Titres Nouveau journal ou recueil litteraire.

2Dates [Septembre-novembre] 1740. 2 volumes. Aucune mention de privilège ni de permission.

Prospectus soit «Programme» mentionné dans l'Avertissement comme ayant paru «il y a deux mois», donc en juillet 1740, mais non retrouvé.

La périodicité n'est pas annoncée expressément, mais on peut déduire du texte de l'«Avertissement» de chacune des deux «parties» qu'elle devait être bimestrielle.

Les deux livraisons soit «parties» parues ne portent aucune autre date que le millésime de 1740. Mais on sait qu'à Genève, Jean Caze procéda à la lecture de la première partie du 2 au 4 septembre 1740 et à celle de la seconde du 8 au 10 novembre 1740[20].

3Description La collection ne comporte que deux «parties», l'une de 176 p., l'autre de 191-[1] p., d'environ 105 x 170, in-8º.

Epigraphe: «Fungar vice cotis. Horat. de Arte Poetica».

4Publication Adresse mentionnée sur le titre, et sans doute réelle: «A Geneve, Chez Pierre Pellet, Imprimeur»[21].

La diffusion du périodique était assurée par le libraire genevois Isaac-Marc Bardin[22].

«Le Prix de chaque Journal sera 10. sols argent courant de Geneve», lit-on au verso du titre de chacune des deux parties.

5Collaborateurs Le périodique est anonyme, «mais il ressort du contenu même de ce recueil que son rédacteur devait être un jeune pasteur ou un théologien genevois  et l'on ne voit guère que Jacob Vernet qui, à cette date, ait pu entreprendre une telle publication», écrivais-je en 1972[23]. Depuis lors, Françoise Weil a attiré mon attention sur deux phrases écrites par Jacques Bibaud du Lignon dans ses lettres à Louis Bourguet[24], l'une en date du 23 août 1740: «Vous aurés sans doute vu le Programme que l'on vient de publier a Geneve pour un Journal, Me Tolot est un des auteurs»; l'autre, toujours de Lausanne, en date du 20 septembre 1740: «Je n'ai point souscrit pour le Journal de Mr Tolot qui a envoyé son 1er volume à Mr de Bochat». Sur la base de ces deux passages, on peut tenter d'identifier le fondateur et principal éditeur du Nouveau journal ou recueil litteraire avec l'apothicaire, poète et publiciste Jean-Baptiste TOLLOT[25]. Il est probable néanmoins que les théologiens et pasteurs Jacob Vernet et François Deroches, tous deux contemporains de Tollot, l'épaulaient dans son entreprise et avaient contribué à guider ses choix.

6Contenu Faute d'avoir retrouvé le «Programme» du périodique, on ignore quel avait été le contenu annoncé. Le contenu réel est exclusivement littéraire, avec une nette prédominance des sujets philosophiques et théologiques. On trouve dans l'ordre: le texte commenté d'une lettre de Jean-Pierre de Crousaz[26] «à un Ami de M. Pope» sur le système de Leibniz; le résumé d'une dissertation sur l'«idée de la religion naturelle»[27]; une édition de l'Epître à Emilie de Voltaire, annotée et commentée par le mathématicien genevois Jean-Louis Calendrini[28]; l'extrait de chacun des deux tomes des Lettres sur la religion essentielle à l'homme de Marie Huber et celui de leur réfutation par François Deroches; la défense par Pierre Roques[29] de sa dissertation sur l'âme de Jésus-Christ (Londres, 1739) attaquée par François Deroches; une lettre sur la découverte de l'imprimerie, dont l'auteur anonyme n'est autre que Léonard Baulacre[30]; une analyse de la tragédie Coligni ou la St. Barthelemi de Baculard d'Arnaud; un «Essai sur l'Education» resté anonyme; une «Fable allégorique» attribuable à Jean-Baptiste Tollot lui-même; diverses «Nouvelles littéraires», sans oublier deux lettres de lecteurs, écrites l'une de Genève, le 3 juillet 1740[31], l'autre de Vevey, le 15 octobre 1740.

Table des articles des deux parties, à la fin de la seconde partie.

7Exemplaires B.P.U. Genève, Rb 355; B.C.U. Lausanne, B 1562; Z.B. Zurich, Gal. XXV. 458.

8Bibliographie Blaser F., Bibliographie der Schweizer Presse, Basel, 1956, t. I, p.  550. – Candaux J.-D., «Les Gazettes helvétiques», dans Couperus, p. 162-163.

Jean-Daniel CANDAUX

 

Δ 20. Voir B.P.U. Genève, ms. Jallabert 67, articles 101 et 140 de l'année 1740.

Δ 21. Voir sur lui John R. Kleinschmidt, Les Imprimeurs et libraires de la République de Genève, 1700-1798, Genève, 1948, p. 152.

Δ 22. «Mr Bardin m'a fait des compliments de la part des Editeurs du Journal de Geneve, et des offres de donner place aux pieces que je voudrois leur envoyer, j'ai repondu civilement mais sans m'engager», écrit Jacques Bibaud Du Lignon à Louis Bourguet le 25 octobre 1740 (voir note 24).

Δ 23. Dans Couperus, p. 163.

Δ 24. B.P.U. Neuchâtel, ms. 1270, fº 141-146.

Δ 25. Voir sur ce personnage encore mal connu John Briquet, Biographies des botanistes à Genève de 1500 à 1931, Genève, 1940, p. 459-460.

Δ 26. Le célèbre professeur de Lausanne entretenait avec Jean-Baptiste Tollot une correspondance dont il subsiste une douzaine de lettres à la B.C.U. de Lausanne.

Δ 27. L'auteur en serait-il le pasteur et futur bibliothécaire genevois Jean-Louis Lullin, dont la thèse de 1729 s'intitulait De theologia naturali in genere?

Δ 28. «L'habile et célèbre Professeur qui a travaillé au Commentaire» n'est pas nommé, mais il est suffisamment désigné par l'énoncé de ses autres travaux.

Δ 29. Sur l'auteur et l'œuvre, voir Hans Jakob Holzhalb, Supplement zu dem Allgemeinen [...] Schweizerischen Lexicon, Zürich, 1791, V, p. 179-180.

Δ 30. Voir Léonard Baulacre, Œuvres historiques et littéraires, publ. Edouard Mallet, Genève-Paris, 1857, t. II, p. 326.

Δ 31. En écho au «Programme», manifestement.

 


Merci d'utiliser ce lien pour communiquer des corrections ou additions.

© Universitas 1991-2017, ISBN 978-2-84559-070-0 (édition électronique)